Vie étudiante Lyon: ça matche entre les étudiants Erasmus et les familles d'accueil

Massoud est un étudiant afghan arrivé en France l’année dernière. Il est venu trouver un accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Massoud est un étudiant afghan arrivé en France l’année dernière. Il est venu trouver un accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Jean-Pierre et Michelle, un couple de retraités, s'est proposé comme accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Jean-Pierre et Michelle, un couple de retraités, s'est proposé comme accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Annelie est une étudiante allemande venue pour trouver un accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Annelie est une étudiante allemande venue pour trouver un accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Valérie et Alessia, mère et fille, se sont proposées comme accueillants. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Valérie et Alessia, mère et fille, se sont proposées comme accueillants. Photo Progrès /Guillaume RESIN
Massoud est un étudiant afghan arrivé en France l’année dernière. Il est venu trouver un accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN Jean-Pierre et Michelle, un couple de retraités, s'est proposé comme accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN Annelie est une étudiante allemande venue pour trouver un accueillant. Photo Progrès /Guillaume RESIN Valérie et Alessia, mère et fille, se sont proposées comme accueillants. Photo Progrès /Guillaume RESIN

L’association CosmoLyon a organisé pour les étudiants en Erasmus un « speed meeting », calqué sur le modèle plus sentimental des speed datings, afin de les mettre en relation avec les familles d'accueil. Reportage.

Généralement, les speed-dating sont mis en place pour aider les gens à trouver l’amour. Ici ce n’est pas le cas, mais c’est tout aussi important ! Des étudiants Erasmus se sont rendus au « Speed Meeting » organisé par l’association CosmoLyon à la Maison des Étudiants , dans l’espoir de trouver quelqu’un pour les accueillir chez eux cette année.

Tout au long de la soirée, ce ne sont pas moins de 26 accueillants qui sont venus sur place pour se présenter auprès de 31 étudiants en Erasmus, issus d’une dizaine de nationalités différente (Italie, Allemagne, Etas-Unis, Canada, Japon, Mexique, Afghanistan, Algérie, Pologne, Brésil). « Ils peuvent découvrir la culture lyonnaise, comment on vit ici, ou même une autre culture. C’est important d’avoir un autre contact que seulement celui du milieu étudiant quand on fait une mobilité internationale. » explique Delphine, co-organisatrice de l’événement et présidente de l’association. « Ce qui m’intéresse en France, ce n’est pas seulement d’échanger avec des étudiants, mais c’est aussi échanger avec des familles ou des gens d’un autre milieu » surenchérit Annélie, étudiante allemande de 22 ans venue pour l’occasion.

« Ça nous permet de découvrir quelqu’un qui vient d’un autre pays et avec une autre culture »

« Ici en France, c’est une culture occidentale, alors que c’est une culture orientale chez moi. Si on mélange les deux, on prend les points positifs et on peut comprendre quelle est la situation de la vie en France, comment une famille vit, etc. », ajoute Massoud, étudiant afghan présent en France depuis un an et venu trouver un accueillant.

Du côté des accueillants, on souligne l’importance du partage. C’est notamment le cas de Michelle et Jean-Pierre, couple de retraités qui avait déjà hébergé une étudiante américaine il y a vingt-cinq ans. « On ne va pas dire que ça nous permet de voyager, mais quelque part ça nous permet de découvrir quelqu’un qui vient d’un autre pays et avec une autre culture. Et c’est vrai que c’est toujours enrichissant. »

Le principe était simple, chaque accueillant s’installait sur une des tables prévues, débordant au final sur des sièges adjacents sous le nombre important de personnes venues. Ensuite, chaque Erasmus tournait de table en table afin de discuter et de vérifier les attentes de chacun. Une rencontre ne pouvait pas dépasser les cinq minutes, matérialisée par un coup de cloche qui marquait le moment où il fallait changer de table.

« Lyon est la plus belle ville de France et on a tellement de choses à faire découvrir »

Les familles avec enfants et adolescents étaient aussi particulièrement enthousiasmées à l’idée d’accueillir des étudiants internationaux chez eux. C’est le cas notamment d’Alessia, jeune fille de 17 ans souhaitant faire plus tard un Erasmus en Écosse pour étudier l’Histoire de l’Écosse et la littérature écossaise. « Je sors souvent à Lyon, donc j’ai plein de trucs à faire découvrir à Lyon. Ça doit être super compliqué pour un étudiant de débarquer dans une ville qu’il ne connaît pas du tout » confie-t-elle.

« J’aimerais tellement que si elle, elle débarque dans une ville, qu’elle soit aidée par une famille, par un étudiant ou autre. Je suis amoureuse de ma ville. Pour moi, Lyon est la plus belle ville de France et on a tellement de choses à montrer que ça ferait vraiment plaisir de les faire découvrir à des étudiants étrangers » renchérit Valérie, la mère d’Alessia.

Les résultats seront connus prochainement pour voir quels étudiants ont matché avec quels accueillants.

Guillaume RESIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?