RHONE Journées du patrimoine: le plus gros camion du monde exposé chez Renault Trucks

C’est le PDG des usines Berliet, Paul Berliet, qui a eu l’idée de la construction du T100 en 1957, le plus gros camion du monde à son époque. Photo Progrès /Fondation Berliet
C’est le PDG des usines Berliet, Paul Berliet, qui a eu l’idée de la construction du T100 en 1957, le plus gros camion du monde à son époque. Photo Progrès /Fondation Berliet

Le deuxième exemplaire du T100 construit en 1957 et rapatrié d’Algérie en 1981 sort du hangar de la fondation Berliet. À l’occasion des Journées du patrimoine, le mastodonte sera visible le temps d’une journée, samedi 21 septembre, au siège de Renault Trucks, route de Lyon, à Saint-Priest. Le Géant des sables (5 mètres de long, des roues de 2,20 mètres) sera visible dans le Rhône pour la première fois depuis très longtemps.

Le mythique Berliet T100 n°2 ressort de son hangar du Montellier dans l’Ain, à quelques encablures au nord de la commune de Montluel. Le monstre d’acier haut de 5 mètres, long de 15 mètres, muni de roues de 2,2 mètres de diamètres et pesant 50 tonnes, après avoir été exposé au salon Rétromobile à Paris du 6 au 10 février , fera cette fois le chemin jusqu’aux usines Renault Trucks à Saint-Priest. Il sera visible ce samedi 21 septembre de 10 h à 17 h 30 à l’occasion des journées du patrimoine.

Un première pour le département du Rhône

Une première pour le département du Rhône depuis des décennies. Le camion était remisé depuis 1981 par la fondation Berliet qui entretient et remet en état le patrimoine de l’entreprise. Il n’était sorti de son conservatoire que deux fois en pratiquement 40 ans après une carrière d’une vingtaine d’années auprès des compagnies pétrolières dans le sud de l’Algérie.

Le Géant des sables, plus gros camion du monde à son époque, imaginé par Paul Berliet, le PDG des usines Berliet, a été construit en neuf mois en 1957. Quatre exemplaires sont sortis des usines de l’entreprise à Vénissieux/Saint-Priest. C’est le second qui a rejoint la Fondation Berliet.

Le T100 Berliet construit en 1957 à quatre exemplaires. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 Berliet construit en 1957 à quatre exemplaires. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 Berliet construit en 1957 à quatre exemplaires. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 Berliet construit en 1957 à quatre exemplaires. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 en pleine démonstration. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 en pleine démonstration. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 dans le Sahara. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le T100 dans le Sahara. Photo Progrès /Fondation Berliet
Les essais du T100 dans l’Est lyonnais. Photo Progrès /Fondation Berliet
Les essais du T100 dans l’Est lyonnais. Photo Progrès /Fondation Berliet
Un moteur de 700 chevaux équipe le T100. Photo Progrès /Fondation Berliet
Un moteur de 700 chevaux équipe le T100. Photo Progrès /Fondation Berliet
Les roues font un diamètre de 2,2 mètres. Photo Progrès /Fondation Berliet
Les roues font un diamètre de 2,2 mètres. Photo Progrès /Fondation Berliet
Le camion fait 5 mètres de haut. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN
Le camion fait 5 mètres de haut. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN
Lorsque le T100 a été convoyé en février au salon Rétromobile, porte de Versailles, à Paris, il a fallu un porte-char pour le tracter. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN
Lorsque le T100 a été convoyé en février au salon Rétromobile, porte de Versailles, à Paris, il a fallu un porte-char pour le tracter. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN
Un ancien Berliet nous a transmis cette photo. Il s’agit d’André Josserand près de la roue du T100, en 1959. Photo Progrès /Bernard PACKIER
Un ancien Berliet nous a transmis cette photo. Il s’agit d’André Josserand près de la roue du T100, en 1959. Photo Progrès /Bernard PACKIER
Il a fallu neuf mois en 1957 pour produire le T100. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN
Il a fallu neuf mois en 1957 pour produire le T100. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN
Après avoir été exposé au salon Rétromobile de Paris, en février, le T100 est retourné à la fondation Berliet au Montellier dans l’Ain.   Photo Progrès /Laurent THEVENOT
Après avoir été exposé au salon Rétromobile de Paris, en février, le T100 est retourné à la fondation Berliet au Montellier dans l’Ain.   Photo Progrès /Laurent THEVENOT
Le Berliet T100 dans son hangar au Montellier, dans l’Ain. Photo Progrès /Laurent THEVENOT
Le Berliet T100 dans son hangar au Montellier, dans l’Ain. Photo Progrès /Laurent THEVENOT
 Le T100 roule au diesel, comme en témoigne la fumée noire qui s'en dégage. Photo Progrès /Laurent THEVENOT
Le T100 roule au diesel, comme en témoigne la fumée noire qui s'en dégage. Photo Progrès /Laurent THEVENOT
 Dans le désert algérien, Maurice Carlet pose en uniforme à côté du camion T100. Photo Progrès /d’archives Maurice Carlet
Dans le désert algérien, Maurice Carlet pose en uniforme à côté du camion T100. Photo Progrès /d’archives Maurice Carlet
Le T100 Berliet construit en 1957 à quatre exemplaires. Photo Progrès /Fondation Berliet Le T100 Berliet construit en 1957 à quatre exemplaires. Photo Progrès /Fondation Berliet Le T100 en pleine démonstration. Photo Progrès /Fondation Berliet Le T100 dans le Sahara. Photo Progrès /Fondation Berliet Les essais du T100 dans l’Est lyonnais. Photo Progrès /Fondation Berliet Un moteur de 700 chevaux équipe le T100. Photo Progrès /Fondation Berliet Les roues font un diamètre de 2,2 mètres. Photo Progrès /Fondation Berliet Le camion fait 5 mètres de haut. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN Lorsque le T100 a été convoyé en février au salon Rétromobile, porte de Versailles, à Paris, il a fallu un porte-char pour le tracter. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN Un ancien Berliet nous a transmis cette photo. Il s’agit d’André Josserand près de la roue du T100, en 1959. Photo Progrès /Bernard PACKIER Il a fallu neuf mois en 1957 pour produire le T100. Photo Progrès /Jean-Pierre BALFIN Après avoir été exposé au salon Rétromobile de Paris, en février, le T100 est retourné à la fondation Berliet au Montellier dans l’Ain.   Photo Progrès /Laurent THEVENOT Le Berliet T100 dans son hangar au Montellier, dans l’Ain. Photo Progrès /Laurent THEVENOT  Le T100 roule au diesel, comme en témoigne la fumée noire qui s'en dégage. Photo Progrès /Laurent THEVENOT  Dans le désert algérien, Maurice Carlet pose en uniforme à côté du camion T100. Photo Progrès /d’archives Maurice Carlet

Visible sur les routes jusqu’à Vénissieux ce mercredi

Le camion prendra la route ce mercredi 18 septembre à 8 heures. Le T100 sera tracté par un porte-char Renault Trucks T de l’entreprise Transports Lavoye, fidèle client Berliet puis Renault Trucks depuis sa création en 1944.

Le convoi de 32 mètres effectuera une boucle en direction de l’Est. Le déplacement étant exceptionnel, l’itinéraire est à la hauteur. Il lui faut des routes adaptées à son gabarit. Du Montellier, l’engin passera par Pérouges, Meximieux, Blyes, Loyettes. Il entrera dans l’Isère et empruntera la déviation de Crémieu pour filer sur Saint-Quentin-Fallavier pour rejoindre par la départementale 318 le siège des usines Renault Trucks au 99, route de Lyon, à Saint-Priest.

Sur place, le public pourra admirer les héritiers du T100 et les comparer : il s’agit des Renault Trucks T, C, K et D Wide, précise la société.

Convoyage du T100 ce mercredi 18 septembre. Samedi, exposition du camion de 10 heures à 17 h 30 au siège social de Renault Trucks, 99, route de Lyon à Saint-Priest. Accueil du public dans la limite des places disponibles, aucune inscription préalable n’est nécessaire. Parking gratuit sur place.

Christophe GALLET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?