LYON Délice network, une question de goût pour les villes

Aux côtés de Monsieur Paul, Camille Benoist, de Délice Network a comme objectif de promouvoir la gastronomie dans 30 villes du monde entier. Photo Progrès /David TAPISSIER
Aux côtés de Monsieur Paul, Camille Benoist, de Délice Network a comme objectif de promouvoir la gastronomie dans 30 villes du monde entier. Photo Progrès /David TAPISSIER

Crée à Lyon en 2007, Délice Network est un réseau de villes autour de la gastronomie. Son but? Promouvoir les produits locaux, mais également les bonnes pratiques et permettre à chaque ville de s’enrichir des spécificités, de l’approche de la culture des autres.

« Lyon capitale de la Gastronomie » Un titre qui n’a jamais été aussi vrai et qui se justifie encore un peu plus avec l’organisation de la 4e édition du Lyon Food festival, du 12 au 15 septembre. Montréal, Kobé, Madrid, Helsinki, Honk-Kong, autant de destinations présentes aux Subsistances durant quatre jours et qui sont, tout comme Lyon, membres du réseau international des villes de gastronomie Délice Network.

Présent en 2018, Honk-Kong revient en 2019. Photo archives Progrès/Frédéric CHAMBERT
Présent en 2018, Honk-Kong revient en 2019. Photo archives Progrès/Frédéric CHAMBERT

Rien d’étonnant, du coup, que ce soit à Lyon que ce réseau ait été fondé comme l’explique Camille Benoist, manager de l’association.

« C’est une initiative lyonnaise ! En 2007, la Ville de Lyon a compris que dans la coopération, la gastronomie était partout. Quand on reçoit une délégation, l’intérêt pour tout ce qui est goût est évident. L’idée de se nourrir de rencontres et de bonnes choses n’est pas incompatible… au contraire et c’est dans l’ADN de Lyon. Du coup, la ville a créé un réseau, dont les membres sont des villes de 30 pays différents. Et mon rôle, c’est de l’animer et de partager les bonnes pratiques. »

Une expertise dans la gastronomie

Et ça marche ! Pour la jeune femme, associer le côté ancestral et l’innovation de la gastronomie est primordial aujourd’hui. Et ce maillage au fil du temps est devenu un réseau d’expertise. « Lyon qui a fondé Délice, l’accueille au sein de l’Office de Tourisme, mais en a quitté la présidence. Ce sont 30 villes qui adhèrent et notre rôle est de leur permettre de s’enrichir mutuellement. Par exemple pour créer C'est Lyon qui régale, l’Office de tourisme est allé à Lausanne. La gastronomie permet de développer l’économie, de faire rayonner la ville et de favoriser le bien-être de ses habitants » rajoute-t-elle. « Politique et gastronomie sont finalement assez liées : toutefois, ce ne sont pas les maires qui sont derrière les fourneaux, mais ce sont eux qui peuvent faire monter la mayonnaise ! »

Car en 10 ans, bien des choses ont changé : on vient dans une ville pour ses monuments, ses événements, mais aussi pour sa cuisine, ou ses produits que l’on veut ramener. Les marchés locaux sont recherchés, le bio et ses producteurs et la durabilité sont au cœur des préoccupations. « Aujourd’hui ce sont les collaborations qui font la richesse des rencontres. Toutes les villes travaillent sur les bonnes pratiques, Délice est un vivier extraordinaire » conclut-elle.

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?