Portrait Après Vegas, la pin-up lyonnaise part à la conquête de la Nouvelle-Zélande

Marion, alias Dollykitten, devant l’hôtel de Las Vegas où s’est déroulé le concours Miss Pin-Up le 15 avril dernier. Photo Progrès /Mike BASSO
Marion, alias Dollykitten, devant l’hôtel de Las Vegas où s’est déroulé le concours Miss Pin-Up le 15 avril dernier. Photo Progrès /Mike BASSO

La lyonnaise Marion Berrou-Drand, alias Dollykitten, a représenté la France au concours Miss Pin-Up de Las Vegas, en avril dernier. Aujourd’hui, elle revient sur cette expérience unique et se lance dans de nouveaux projets, qui l’ont emmenée jusqu’en Nouvelle-Zélande.

Sélectionnées parmi plus de 200 candidates, elles ne sont que 12 à avoir eu la chance de défiler sur le podium du concours Miss Pin-Up, à Las Vegas. Parmi elles, Marion Berrou-Drand, alias Dollykitten. La première Française à faire partie des finalistes. Le 15 avril dernier, elle a défilé en tenue vintage sur la scène du « Viva Las Vegas Pin-Up Contest », organisé à l’hôtel The Orleans, dans la ville du jeu. Si elle n’a pas réussi à se hisser sur le podium (la première place a été attribuée à l’Américaine ShellBell), Marion Dollykitten a toutefois gagné une expérience inoubliable et une jolie renommée dans le monde du mannequinat vintage. « Je garderai un souvenir mémorable de ce moment de ma vie. C’est une expérience fantastique qui m’a permis de rencontrer énormément de monde », déclare-t-elle.

« Je suis fière d’avoir réussi à me dépasser »

Même si ce n’était pas le premier concours auquel elle participait, Marion Dollykitten a rencontré quelques difficultés au cours de cet événement, notamment devoir parler anglais, une langue qu’elle ne maîtrise pas complètement. « Avec la médiatisation de ma sélection et l’importance de ce concours à mes yeux, j’avais particulièrement la pression. » Et malgré un petit moment de doute juste avant de monter sur scène, elle a réussi à aller jusqu’au bout. « Je suis fière d’avoir réussi à me dépasser. J’espère qu’une autre Française aura un jour la chance de remporter ce concours. » Car Marion, elle, ne pense pas se relancer dans l’aventure Miss Pin-Up : « Je ne pense pas retenter le concours, qui m’a généré beaucoup de stress et d’investissement. Je voulais surtout vivre et en profiter, ce qui est chose faite ! » déclare-t-elle. Il est maintenant temps pour elle de se concentrer sur de nouveaux projets.

De nouveaux projets en Nouvelle-Zélande

Marion Dollykitten a déménagé en Nouvelle-Zélande en juin dernier, car il y existe une communauté « pin-up » assez importante. « Mon but est d’y rencontrer autant de passionnés de vintage que possible, tout en améliorant mon niveau d’anglais. J’observe les différences culturelles et j’élargis mon réseau », explique-t-elle. Depuis sa participation au concours de Las Vegas, ses projets se bousculent. Elle a décroché plusieurs shootings photos et a même fait la Une de Pure Vintage Magazine. Enfin, elle s’essaye à l’écriture sur le blog PUL & P , où elle raconte avec humour ses « aventures de vintage girl à l’étranger ».

Vous pouvez suivre les aventures de Marion sur son compte Instagram, Dollykitten_marion.

Concurrentes, mais avant tout amies

Les 12 finalistes se sont rencontrées la veille du concours. « C’était l’occasion de discuter face à face et de faire des photos ensemble, après avoir échangé les unes avec les autres sur internet pendant des mois », déclare Marion Dollykitten. Les participantes ont noué une amitié pendant ce concours. D’ailleurs, la pin-up lyonnaise n’était pas surprise du résultat du concours : « C’est une jeune femme de Las Vegas qui a remporté le titre. Elle était particulièrement à l’aise sur scène, tout en jouant avec le public. Toutes les candidates étaient vraiment belles. » Et même si toutes les participantes n’ont pas pu se faire une place sur le podium, certaines sont tout de même reparties avec un prix : celui de la meilleure garde-robe, par exemple, ou encore celui de la meilleure coiffure ou du meilleur maquillage.

Laurène ROCHETEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?