TRANSPORTS La Part-Dieu classée parmi les pires gares de France

Les critiques ne manquent pas à propos de la gare de la Part-Dieu.  Photo Progrès /Philippe JUSTE
Les critiques ne manquent pas à propos de la gare de la Part-Dieu. Photo Progrès /Philippe JUSTE

Dans une étude de la SNCF, la gare de la Part-Dieu arrive dans les dernières positions françaises. La satisfaction globale des voyageurs entrants notamment fait chuter la note. Les travaux impactent beaucoup la perception du public.

« Vieille, sale, moche, pas très fonctionnelle. » Les 25 minutes de retard de son train y sont peut-être pour quelque chose, mais Maguelone, qui voyage une fois par mois en train, se montre particulièrement dure avec la gare de la Part-Dieu.

« Elle est trop bruyante, poursuit la jeune lyonnaise. Et il y a trop de courant d’air l’hiver. » Un avis partagé. La gare de la Part-Dieu souffre d’une mauvaise image auprès des voyageurs.

Classée 118e sur 123 dans le dernier « tableau de bord » de la SNCF (mars 2019), la Part-Dieu ne séduit pas les usagers qui viennent prendre leur train en plein centre de Lyon. Leur satisfaction globale ne recueille que 6,87 sur 10, bien loin des 8,43 de la gare de Belfort Montbéliard.

Les travaux pointés du doigt

Le chantier entamé pour transformer la gare et le quartier de la Part-Dieu pèse incontestablement sur la perception des voyageurs. « J’ai l’impression qu’elle est toujours en travaux », souffle Catherine, quinquagénaire parisienne.

À ses côtés, son amie Delphine évoque les abords de la gare, «  pas très bien fréquentés  ». Pour Cindy aussi, les travaux compliquent le bon fonctionnement. Elle accompagne son copain Steve qui repart en Normandie. « Les passages ne sont pas assez larges », peste-t-elle.

« Impossible de contourner la file qui embarque dans le TGV », ajoute Maguelone. L’ambiance et le moment passé en gare plombent aussi les notes de la Part-Dieu. « Il y a peu de sièges et pas d’ouverture sur l’extérieur », juge Catherine.

L’information et les commerces rehaussent la note

Mais la gare peut compter sur quelques points forts. D’abord, les voyageurs se montrent assez convaincus par l’affichage et l’information. Ils accordent une note de 7,88 sur 10 dans l’enquête SNCF. John, flegmatique londonien, abonde : « es indications sur le sol m’ont bien aidé. Je suis arrivé facilement ».

Steve aussi, estime que les indications sont lisibles. « Je n’ai pas à me plaindre. » La gare capitalise aussi sur ses commerces. « J’ai facilement trouvé un sandwich végétarien, témoigne encore John. C’est tout ce qui m’intéressait. »

La gare de la Part-Dieu profite d’une note supérieure à 7/10 sur ce point. Pas sûr que cela suffise à redorer son blason. D’autant que les travaux doivent durer au moins jusqu’en 2022.

7,44/10 pour Perrache

La gare de Perrache s’en tire mieux que son homologue. Elle recueille une note générale de 7,44 sur 10. Forte de bonnes annotations en termes d’informations, de déplacements et de propreté, Perrache obtient aussi des appréciations plus que correctes concernant son ambiance. Elle se classe 77e sur 123 dans l’étude.

Focus sur l’étude

Le tableau de bord de la SNCF, réalisé par l’institut BVA, interroge tous les 6 mois les usagers de 123 gares françaises pour évaluer plusieurs thèmes de 0 à 10. Les voyageurs entrants en gare sont amenés à noter les informations, les déplacements, la propreté et la sûreté, et le moment passé en gare.
De ce barème, l’étude calcule la note de satisfaction globale. 280 questionnaires sont réalisés dans chaque gare. Pour Paris, Lyon et Marseille, ce nombre est porté au double.
Dans 36 gares, dont celle de la Part-Dieu, les voyageurs sortants de l’enceinte sont aussi interrogés.

La SNCF compte sur la rénovation de la gare


Si les travaux pèsent lourd dans la mauvaise image actuelle de la gare de la Part-Dieu, la SNCF estime qu’ils représentent une étape indispensable pour lui redonner du lustre. Le transporteur veut aussi relativiser certaines notes.

La SNCF rappelle d’abord que la gare de la Part-Dieu n’était dimensionnée, lors de son inauguration en 1983, que pour 30 000 voyageurs quotidiens.

« L’infrastructure doit être adaptée au flux de 120 000 personnes quotidiennes aujourd’hui », explique l’entreprise publique. Dans ce cadre, les travaux tant décriés doivent servir à adapter l’architecture. La SNCF prévoit de « doubler la superficie de la gare, apporter de la lumière et de la transparence, élargir les couloirs de circulation et améliorer l’offre de services et commerces ».

Des expositions et des concerts

Pendant cette période de travaux, l’entreprise met aussi en place des ajustements. La signalétique au sol guide les usagers. Les écrans sont réorientés pour délivrer au mieux les informations. De nouveaux espaces détente ont vu le jour. La SNCF dit recueillir les avis des usagers pour aménager temporairement les espaces de la gare.

Elle indique : « nous faisons aussi entrer la culture à travers l’organisation d’expositions, de performances ou de concerts pour améliorer l’expérience client ».

Pas de si mauvaises notes

Le transporteur souhaite également mettre en perspective les notes les plus basses obtenues par la gare de la Part-Dieu. « La note la plus basse, 6,29/10, pour la qualité du moment passé en gare, ne constitue pas forcément une mauvaise note, avance la SNCF. Ce thème est traditionnellement le plus bas dans les grandes gares. »

Selon l’entreprise, modifier en profondeur l’ambiance d’une gare demande du temps, de l’investissement et de la communication. La SNCF met par exemple en avant l’ouverture depuis 2 ans de 5 espaces détente pour les usagers.

Blaise FAYOLLE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?