SOCIÉTÉ L'association Gaelis trouve la vie étudiante trop chère, notamment à Lyon

Plus de 2 400 €… C’est le prix estimé de la rentrée étudiante à Lyon. Photo d’illustration Progrès /Joël PHILIPPON
Plus de 2 400 €… C’est le prix estimé de la rentrée étudiante à Lyon. Photo d’illustration Progrès /Joël PHILIPPON

A quelques jours de la rentrée, l’association Gaelis a publié son analyse du coût de la vie étudiante. Plus de 2400 € : c'est le prix estimé de la rentrée étudiante à Lyon.

C’est parti, ou presque. Anticipant la rentrée, l’association Gaelis a publié son analyse du coût de la vie étudiante, plus particulièrement à Lyon. Le tout sur la base d’une inscription à l’université, sans aide boursière, avec d’une part les frais spécifiques de rentrée, d’autre part ceux liés à la vie courante (transport, loyer).

2437 euros (montant arrondis) : c’est la somme estimée par l’association étudiante pour assurer la rentrée dont 1170 euros pour les dépenses liées à la rentrée (inscription, complémentaire santé, assurance logement, frais d’agence, matériel pédagogique) et 1267 euros pour celles de la vie quotidienne chaque mois (loyers, repas, téléphone, loisirs, consommables, transports). Ce sont ces dernières dépenses qui augmentent fortement selon Gaelis (+9,21%) alors que les frais spécifiques marquent une hausse de 0,92% depuis l’an dernier.

Le poids du logement

Les loyers pèsent lourd, en moyenne 610,50 euros pour un appartement entre 20 et 30 mètres carrés, ce qui traduit une augmentation de 7,3 % en un an à Lyon, devenue la 3e  ville la plus chère de France derrière Paris et Nice. Les transports constituent la deuxième tranche de dépenses. Ici, Gaelis calcule une hausse de 46,80 % en se basant essentiellement sur des trajets en voiture. L’association remarque toutefois que l’abonnement campus TCL a augmenté de 20 centimes (32 euros par mois) et se dit « vigilante sur l’augmentation, progressive mais certaine, des abonnements étudiants du Sytral, ceux-ci étant déjà élevés notamment par rapport aux autres villes de France ».

Pour en savoir plus

Et des frais annexes

Surtout, Gaelis dénonce les « frais complémentaires, disparates, réclamés aux étudiants selon leur établissement. « Un étudiant en kinésithérapie doit dépenser entre 1 800 et 2 567 euros selon son année » assure l l’association, qui rappelle que « les seuls frais légitimes sont les frais d’inscription qui s’élèvent à 170 euros et le paiement de la CVE-C (contribution de vie étudiante et campus) d’un montant de 91 euros ».

Un peu moins selon l’Unef

L’Unef a aussi fait son enquête sur une quarantaine de villes françaises. Selon l’autre syndicat étudiant le coût de la vie pour Lyon avoisine 963 euros, soit un peu moins que l’estimation de Gaelis.

La différence est essentiellement due à une estimation moindre du loyer : 535 euros en moyenne, ce qui place Lyon non seulement derrière Nice, mais aussi après Bordeaux et Aix-en-Provence. L’Unef partage en revanche les conclusions de Gaelis pour la position de «3e ville la plus chère de France» après Paris et Nice, quand on se base sur les enveloppes logement, transport et coût de la vie.

Le syndicat remarque que Lyon fait partie des quatre villes de province dans lesquelles l’abonnement annuel aux transports en commun excède 300 euros. Plus précisément, seule la ville de Rennes affiche un tarif supérieur (336 euros par an).

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?