LOISIRS Miribel-Jonage: un parc pour « se croire en vacances »

Près de 35 000 personnes, rassemblées notamment sur la plage du Morlet, étaient présentes au parc de Miribel-Jonage pour le premier dimanche d’août.  Photo Le Progrès /Jérôme MORIN
Près de 35 000 personnes, rassemblées notamment sur la plage du Morlet, étaient présentes au parc de Miribel-Jonage pour le premier dimanche d’août. Photo Le Progrès /Jérôme MORIN

Près d’un Français sur deux ne part pas en vacances cet été, souvent par manque de moyens. Dans l’Est lyonnais, le Grand parc de Miribel-Jonage permet de changer d’air sans se ruiner.

« Je ne pars pas cette année, par manque de moyens », confie Christelle Melin.

Comme 44% des Français, cette secrétaire lyonnaise est privée de vacances cet été. Ce premier dimanche d'août, la quadragénaire a installé sa serviette sur la plage du Morlet, au bord du lac des Eaux bleues, dans le parc de Miribel-Jonage. « Ça permet de sortir de la ville »

Ici, on peut « se croire en vacances sans y être », assure-t-elle. Ses deux amies acquiescent : « Quand on a des sous, on va à la plage de l’Atol », en sable et payante, contrairement aux trois autres.

« Mais ça arrive rarement, ça fait trois ans que je suis séparée. et financièrement, c’est plus difficile, poursuit la secrétaire. L’an dernier, j’ai pu aller à la mer pour faire plaisir à mes enfants. Je viens ici toutes les deux ou trois semaines l’été et parfois en hiver pour me balader. Ça permet de sortir de la ville. »

Un avis partagé par Nicolas, un trentenaire bénéficiant de l’allocation adulte handicapé : « On n’a pas l’impression d’être à Lyon. Ça fait dix ans que je n’ai pas pu prendre de vacances, donc je me contente de petites sorties comme ça. C’est une chance d’avoir un plan d’eau accessible et gratuit. Ça me rappelle un petit coin d’Ardèche, où j’allais quand j’étais jeune. Je prends le temps de bouquiner, de jouer au foot quand je viens là, trois ou quatre fois dans l’été, en fonction de la disponibilité de mes amis. »

Jusqu’à 50 000 visiteurs les week-ends d’été

Romain, un autre Lyonnais de 24 ans, a quant à lui les moyens financiers pour partir en vacances, mais, cette année, pas les congés pour. « Le plan B, c’est de se promener aux alentours. Le cadre de Miribel-Jonage est sympa. Je suis arrivé dans le Rhône il y a deux mois et j’ai connu le site un peu par hasard. Tout le monde recherche ce genre de lieu l’été. On a l’impression d’être à la mer. C’est ma deuxième fois ici, mais il y en aura sûrement une troisième cet l’été », sourit-il.

Il n’est pas le seul à être séduit. Entre 25 000 et 50 000 personnes viennent prendre le soleil à Miribel-Jonage, chaque week-end, pendant la saison estivale.

Jérôme MORIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?