Rhône Les commerçants de la Presqu’île préparent déjà Noël

Les simulations graphiques d’Illuminations Hexagone permettent d’imaginer à quoi pourraient réellement ressembler les décorations.  Photo Progrès /Carré Nord Presqu’île
Les simulations graphiques d’Illuminations Hexagone permettent d’imaginer à quoi pourraient réellement ressembler les décorations.  Photo Progrès /Carré Nord Presqu’île
Photo Progrès /Carré Nord Presqu’île
Photo Progrès /Carré Nord Presqu’île
Les simulations graphiques d’Illuminations Hexagone permettent d’imaginer à quoi pourraient réellement ressembler les décorations.  Photo Progrès /Carré Nord Presqu’île Photo Progrès /Carré Nord Presqu’île

Même si décembre peut paraître encore loin, des commerçants de la Presqu’île, unis sous le Mouvement Carré Nord, commencent déjà à préparer les fêtes de fin d’année. Leur idée : illuminer sept rues de la Presqu’île pour mettre en valeur les commerces. Un projet qui manque pour le moment de financements.

Alors que certains en sont encore aux achats de la rentrée des classes, les commerçants de la Presqu’île, eux, voient plus loin. Ces dernières semaines, le Mouvement Carré Nord, qui regroupe près de 240 commerces, a commencé à mettre en œuvre un projet  d'illumination de Noël, pour les prochaines fêtes de fin d’année. Le collectif, qui lutte pour une meilleure visibilité des commerçants de ce secteur du 2e  arrondissement, espère ainsi mettre en valeur sept rues du quartier entre le 6 décembre et le 4 janvier. Le projet a été monté en partenariat avec l’entreprise Illuminations Hexagone, qui propose des décorations écoresponsables, en utilisant des ampoules LED qui consomment moins d’énergie, et en recyclant les matériaux non utilisés au cours de la fabrication des décorations.

Un projet soutenu par la ville

Avant de pouvoir faire briller les rues de la Presqu’île, le Mouvement Carré Nord doit d’abord trouver les fonds pour financer une telle opération. Carole Chateau, présidente du collectif, explique que « ce type de projet est porté à 70 % par des fonds publics ». Le mouvement devrait donc pouvoir compter sur deux subventions. Une de la Ville de Lyon, à hauteur de 20 000 €, qu’elle remettrait au collectif en tant « qu’association porteuse de projet ». Une seconde, de l’État cette fois, dans le cadre du programme de "revitalisation des centres-villes" mis en place à la suite des nombreux week-ends de manifestation des gilets jaunes. Mais pour un projet dont le montant s’élève à presque 60 000 €, les subventions ne suffisent pas.

Peu de temps pour rallier les commerçants

Décidée à mener ce projet à bien, Carole Chateau est donc allée démarcher les commerçants de la Presqu’île, avec l’aide d’une dizaine de confrères. Elle leur a notamment distribué un courrier, accompagné d’un coupon de participation, expliquant l’intérêt du projet : « Rendre la Presqu’île attractive en illuminant ses artères principales permettrait de donner l’image d’une ville chaleureuse et favoriserait une déambulation agréable et festive (et donc prolongée) à tous nos clients », écrit-elle.

Avec pour le moment une vingtaine de chèques à hauteur de 150 € par commerce, et autant d’accords de principe, Carole Chateau aimerait convaincre 110 commerçants supplémentaires pour aller au bout du projet. Et si parler de Noël en août peut prêter à sourire, elle a pourtant bien fait de s’y prendre à l’avance. Avec les nombreux départs en vacances, elle reconnaît qu’il est « difficile de courir après les participants au mois d’août ». D’autant plus que le mouvement a besoin de tous les engagements avant le 15 août, car le projet doit être validé par la Ville à la fin du mois…

Laurène ROCHETEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?