MOBILITE Drivy, l’autopartage de voiture… par la location

Emmanuel Dubarry, responsable communication de Drivy, récupère les clés de son véhicule ! Photo Progrès /David TAPISSIER
Emmanuel Dubarry, responsable communication de Drivy, récupère les clés de son véhicule ! Photo Progrès /David TAPISSIER
Photo Progrès /David TAPISSIER
Photo Progrès /David TAPISSIER
Emmanuel Dubarry, responsable communication de Drivy, récupère les clés de son véhicule ! Photo Progrès /David TAPISSIER Photo Progrès /David TAPISSIER

Créé en 2010, Drivy propose aux propriétaires d’un véhicule de le mettre en location lorsqu’ils ne l’utilisent pas… À Lyon, 1 500 voitures sont ainsi disponibles sous cette forme d’autopartage. Explications.

Partager sa voiture… avec son voisin. Une idée simple découverte dans un quartier de Marseille à partir d’un simple tableau Excel, mais qui fait tilt dans l’esprit de Paulin Dementhon en 2009.

Et il ne s’est pas trompé puisque 10 ans plus tard grâce à Voiturelib devenu Drivy, ce sont plus de 60 000 journées de location qui ont été comptabilisées uniquement sur Lyon en 2018.  Et le plus amusant dans tout cela, c’est la notion de collaboration : en 2010, ils sont hébergés sur Paris et aidés pour le développement par BlablaCar , autre start-up d’autopartage !

« L’idée reposait sur double postulat de base » explique Emmanuel Dubarry, responsable de la communication. « Pour le propriétaire, une voiture qui ne roule pas s’abîme, perd de la valeur. Surtout dans une ville comme Lyon, où les voitures ventouses sont un vrai problème.

Du coup, la location permet aux propriétaires de drastiquement réduire le poids de ce poste de dépense en forte hausse. Pour l’utilisateur, pas de surprise : déjà c’est moins cher qu’une location traditionnelle !

De plus, le véhicule est choisi, pas de perte de temps pour le récupérer et le laisser au retour. Et surtout… il peut le récupérer pas loin de chez lui ! ». D’ailleurs les Lyonnais ne se trompent pas, lancée en 2010, l’application accueille les rapidement les premiers utilisateurs sur la Presqu’île.

Une assurance intégrée

Première question, assez évidente, l’assurance. Difficile pour un propriétaire de louer sa voiture sans que ce point ne soit réglé. Ils réfléchissent et proposent désormais un produit d’assurance spécial avec Allianz, qui prend le relais de celle du propriétaire lorsque la voiture est louée.

« Le taux de litige est très faible, plus bas que pour les loueurs traditionnels. Le locataire prend huit photos de la voiture, sous tous les angles, avant la prise et reprend huit photos également lorsqu’il la redépose. Du coup, le process de vérification est simplifié » rajoute le responsable de Drivy.

Lyon en chiffres

Photo Le Progrès/ David TAPISSIER
Photo Le Progrès/ David TAPISSIER

1

Une 2 CV Charleston ou une Renault 5 sur Lyon. Vive le vintage…

2

Deux Tesla sont disponibles à la location sur Lyon… L’occasion d’essayer le tout électrique ?

60

En pourcentage, les voitures citadines que l’on peut trouver à Lyon. C’est bien supérieur à Paris et aux autres grandes villes.

300

Nombre de véhicules en libre-service sur un total de 1 500 véhicules disponibles à la location.

60 000

Nombre de journées de location cumulées en 2018.

Un boîtier « open » pour plus de facilité

Comme pour Airbnb, l’optimisation du service passe par une simplification de la remise des clés du véhicule. Un boîtier, installé sur le véhicule, répond à la problématique. « Nous avons développé Drivy Open, une technologie sécurisée permettant de déverrouiller le véhicule réservé avec son smartphone.

L’intérêt est double : un propriétaire peut gérer ses locations à distance, depuis son lieu de vacances ou de travail et le locataire bénéficie d’une expérience client fluide et autonome : il n’a plus besoin de rencontrer le propriétaire et évite, du coup, les paperasses ».

Et ça marche : sur Lyon, ce sont désormais 300 véhicules qui sont équipés de ce boîtier (qui coûte 29 €/mois à la location).

Un service qui a conquis les Lyonnais : la capitale des Gaules est la 2e  ville de France en journée de location cumulée. Une excellente idée pour l’environnement, à mettre en pratique pour partir en vacances…

Application Drivy disponible sur Android et IOS. Site internet : https://www.drivy.com/

« Environ 300 € de gain par mois »

Rebecca, 28 ans, a déjà loué une quarantaine de fois son véhicule en 18 mois. Photo Le Progrès/ David TAPISSIER
Rebecca, 28 ans, a déjà loué une quarantaine de fois son véhicule en 18 mois. Photo Le Progrès/ David TAPISSIER

« En 2017, mon travail m’a fourni une voiture de fonction, mais j’ai fait le choix de ne pas vendre la mienne et j’ai préféré la mettre en partage… J’ai découvert Drivy qui m’a permis de la louer.

Au départ, je rencontrais systématiquement le locataire, mais pour des raisons pratiques évidentes, je suis passé au boîtier open.

En 40 locations, je n’ai jamais eu un seul problème. Ce système me permet de gagner environ 300 € par mois, tout en disposant de ma voiture si j’en ai besoin.

Au contraire, les conducteurs sont attentifs et le plein est souvent fait. En fait, j’ai eu un pépin une fois, ma batterie est tombée en panne car je ne l’avais pas utilisée pendant un certain temps. Du coup, les locations précédentes m’ont payé les réparations… »

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?