Rhône Lyon : Fanny, 35 ans, décrocheuse de Macron : « S’il fallait le refaire… »

Fanny, 35 ans, activiste écologiste, membre d’Alternatiba : « Mon procès, c’est l’occasion de faire le procès de l’inaction climatique. » Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Fanny, 35 ans, activiste écologiste, membre d’Alternatiba : « Mon procès, c’est l’occasion de faire le procès de l’inaction climatique. » Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Fanny ( à gauche) avait décroché le portrait officiel du président Macron, le 21 février, à la mairie du 2e arrondissement.Photo d’archives Progrès/Aline DURET
Fanny ( à gauche) avait décroché le portrait officiel du président Macron, le 21 février, à la mairie du 2e arrondissement.Photo d’archives Progrès/Aline DURET
Fanny, 35 ans, activiste écologiste, membre d’Alternatiba : « Mon procès, c’est l’occasion de faire le procès de l’inaction climatique. » Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ Fanny ( à gauche) avait décroché le portrait officiel du président Macron, le 21 février, à la mairie du 2e arrondissement.Photo d’archives Progrès/Aline DURET

Poursuivie pour avoir subtilisé le portrait du président de la République à la mairie du 2e arrondissement, cette activiste écolo risque 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende, le 2 septembre. « Bien sûr que cela me fait peur. Mais la catastrophe climatique me fait encore plus peur », dit-elle, en assumant son acte. Portrait.

Elle est partie se mettre au vert, à Kingersheim, près de Mulhouse. A installé sa tente au Camp climat. Et puise de l’énergie au milieu de ceux qui comme elle, veulent construire « un monde plus juste et éviter le chaos qui menace ». Un millier de militants, pour la lutte contre le réchauffement climatique, venus se former à l’action non-violente et préparer les mobilisations futures. Dans sa ligne de mire, à elle, la rentrée et son procès.

Fanny, 35 ans, activiste écologiste, membre d’Alternatiba - ANV COP 21, est poursuivie pour vol en réunion. On lui reproche, le 21 février, d’avoir subtilisé le portrait du président de la République, accroché dans la salle des mariages, de la mairie du 2e arrondissement de Lyon. La convocation au tribunal vient de tomber. Elle comparaîtra en même temps que son camarade, Pierre, le 2 septembre, devant le tribunal correctionnel de Lyon. Elle risque 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende. « Bien sûr que cela me fait peur. Mais la catastrophe climatique me fait encore plus peur. J’assume, je suis sur toutes les photos. C’est bien moi qui ai décroché Macron. Mais pour nous ce n’est pas du vol. C’est une réquisition citoyenne », affirme-t-elle. Son assurance se lit dans ses yeux clairs.

« Si je ne le faisais pas, je ne pourrais pas me regarder dans la glace »

Ce jour-là, l’action est minutieusement préparée : Fanny est volontaire pour décrocher le tableau. « Il fallait quelqu’un. Je savais que cela me projetterait devant les médias. Et qu’il y aurait des conséquences. Je n’y prends aucun plaisir, au contraire, cela me fait stresser, car même si on est formé, on ne sait jamais comment les choses peuvent tourner. Mais s’il fallait le refaire, je le referais. Nous connaissons les risques. »

Cela commence par la convocation au commissariat et le placement en garde à vue qui tombe pile le jour de son anniversaire. Pour ses 35 ans, elle est menottée et conduite, chez elle, par la police, pour une perquisition.

Le 2 septembre, son avocat, militant, plaidera « l’état de nécessité » pour demander la relaxe. On annonce des témoins politiques. « Ce procès, c’est l’occasion de faire le procès de l’inaction climatique. On veut s’en servir comme d’une tribune. C’est dans la logique de nos actions pour faire monter la prise de conscience chez les gens. » Au quotidien, Alternatiba appelle au réveil de la société civile. Les Marches pour le climat marque un tournant. A Lyon, sous les slogans, des dizaines de milliers de personnes défilent. « La question climatique est centrale parce qu’elle est au centre de toutes les batailles. Économique. Sociale. C’est maintenant qu’il faut agir. C’est le seul combat à mener. Si je ne le faisais pas, je ne pourrais pas me regarder dans la glace. »

Angoisse

De Greta Thunberg, cette adolescente suédoise, en grève scolaire, pour sauver la planète et exprimer sa colère contre les générations passées qui n’ont pas su le faire, elle dit : « Elle m’impressionne. Elle est si jeune, si juste. Moi à son âge, j’étais incapable de ça. »

Fanny nait en Normandie au milieu des années 1980 et grandit à la campagne dans une famille, « proche de la nature ». De son enfance, elle garde le souvenir d’un sentiment d’impuissance face aux catastrophes écologiques, que, déjà, on annonçait. Impuissance et angoisse. « Cela me faisait du mal de savoir que des espèces disparaissaient. J’avais l’impression que je n’y pouvais rien. Je préférais fermer les yeux. » Après des études en lien avec l’environnement, elle part à Paris.

À 28 ans, le déclic. Une amie de retour du Canada lui parle de Green Peace et des actions qu’elle a menées avec l’association. Le sujet la passionne. Elle adhère à Green Peace Paris. Puis Green Peace Lyon quand elle quitte la capitale, « inhumaine et trop éloignée de la nature », pour celle des Gaules. Entre-temps, elle croise le chemin d’Alternatiba et se retrouve en phase avec cette approche, « très concrète, et positive », de vouloir changer les choses et de mobiliser les gens. « Cela faisait sens pour moi. J’ai mis toute mon énergie là-dedans. »

De fil en aiguille, elle fait de son militantisme, son métier, devient salariée du réseau Alternatiba – ANV COP 21 et met sa vie personnelle en cohérence. La jeune femme vit dans une tiny house, mange bio, réduit ses déchets, a revu sa manière de voyager. L’avion a laissé la place au vélo itinérant. Aujourd’hui, quand elle pense à l’avenir, l’angoisse est toujours là – « Je m’inquiète pour l’avenir de mes nièces. Elles vont vivre un enfer sur Terre. ». Le sentiment d’impuissance, moins, depuis qu’elle est passée à l’action. « Je me sens utile, je donne tout ce que je peux. Et finalement, je me sens mieux qu’à l’époque où je fermais les yeux. »

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?