INTERNET “#Etmaintenant”, les cyclistes signalent les bizarreries du réseau de la Métropole

« Et maintenant, que vais-je faire ? », ironise un internaute, lors des travaux rue de la Villette, début juillet.  Photo Progrès /@NitnerocP
« Et maintenant, que vais-je faire ? », ironise un internaute, lors des travaux rue de la Villette, début juillet.  Photo Progrès /@NitnerocP
Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter
« Et maintenant, que vais-je faire ? », ironise un internaute, lors des travaux rue de la Villette, début juillet.  Photo Progrès /@NitnerocP Capture d'écran Twitter

Qui aurait cru que Gilbert Bécaud puisse permettre à la Métropole de Lyon d’améliorer ses aménagements ? Sa chanson "Et maintenant" est devenue un hashtag sur Twitter, permettant aux internautes de signaler les anomalies des pistes cyclables. La Métropole leur répond.

#Etmaintenant, ça sort d’où ?

Début juillet, la Métropole de Lyon a dévoilé une nouvelle fonctionnalité sur son application Toodego, permettant aux utilisateurs d’alerter sur le stationnement gênant de vélos ou de trottinettes en libre-service ou encore d’indiquer les positions de marquage au sol illisibles ou incohérentes.

Les cyclistes, souvent gênés par des obstacles sur leurs pistes, s’en emparent massivement. Face aux multiples requêtes remontées, et sur les conseils d’une internaute, l’association “La ville à vélo” lance une campagne de communication parallèle autour du hashtag “#EtMaintenant”. Sur Twitter, elle lance aux usagers : "Cyclistes du Grand Lyon, la continuité des pistes laisse parfois à désirer. On a besoin de vous ! »

L’expression Et maintenant ?   fait d’ailleurs référence à la chanson éponyme de Gilbert Bécaud, dans laquelle l’utilisateur, confronté à une piste cyclable qui s’arrête ou à un véhicule garé au beau milieu de la voie, ne peut que se demander : « Que vais-je faire ? »

Comment ça marche ?

L’idée : prendre en photo une anomalie liée aux pistes cyclables, puis poster le cliché sur Twitter avec “#EtMaintenant”, en taguant la commune concernée et la Métropole. L’objectif : que les problèmes remontent grâce à l’engouement des internautes, et que des décisions soient prises pour y remédier.

L’initiative prend de l’ampleur et, en un mois, plus d’une centaine de messages sur le réseau social ont été recensés. Dans un long “thread”, l’association La ville à vélo tente de regrouper toutes les suggestions apportées par les “twittos”.

Quelles solutions ?

Les propositions liées au hashtag sont-elles réellement écoutées par la Métropole ?Oui : le compte Twitter du @GrandLyon apporte même des éléments de réponse sur certains problèmes soulevés sur le réseau social.Souvent, il se montre même lucide, avouant que certaines zones ne sont pas adaptées, et demandant aux internautes de déposer leurs suggestions sur l’application Toodego.

La Métropole, alertée par le hashtag, a saisi les enjeux que représente la circulation des cyclistes. Sur son compte Twitter, David Kimelfeld s’est félicité des réaménagements de la rue Pierre-Audry, dans le 9e arrondissement, où des espaces pour vélos ont été créés.

« Une belle occasion pour les citoyens de faire remonter leur quotidien, et pour la Métropole, d’être à leur écoute », conclut justement un internaute.

Justin NOTO

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?