TRANSPORTS Nœud ferroviaire lyonnais: la Ville de Villeurbanne se prononce pour la création de deux voies en souterrain

Le doublement des voies ferrées, le long de l’avenue Stalingrad, devrait être souterrain selon la majorité des élus villeurbannais.  Photo Progrès /Sabrina MADAOUI
Le doublement des voies ferrées, le long de l’avenue Stalingrad, devrait être souterrain selon la majorité des élus villeurbannais.  Photo Progrès /Sabrina MADAOUI

Concernée par le débat sur le nœud ferroviaire lyonnais, la Ville de Villeurbanne, via les élus du conseil municipal, s’est prononcée majoritairement en faveur d’un scénario de doublement des voies ferrées en souterrain, entre Lyon Saint-Clair et la Guillotière, le long de l’avenue Stalingrad.

Dans le cadre de la volonté d’amélioration du réseau ferroviaire lyonnais, la Ville de Villeurbanne est impactée par les perspectives d’ajout de nouvelles voies entre Lyon Saint-Clair et la Guillotière, c’est-à-dire le long de l’avenue Stalingrad, au niveau communal.

Le projet présenté dans le cadre du débat public, propose deux scénarios : la création de deux voies en surface et deux quais supplémentaires à la gare de la Part Dieu ou celle de deux voies enterrées avec une nouvelle gare souterraine à la Part Dieu. C’est sur ce dernier choix que se sont positionnés les élus lors du dernier conseil municipal. Ceci, à la majorité (lire ci-contre).

Aérien : « trop de nuisances pour les riverains »

Car, selon le maire PS Jean-Paul Bret, « il s’agit de préserver les capacités de renouvellement urbain, de modernisation et d’attractivité du quartier tertiaire de l’avenue Stalingrad, constitué d’immeubles de bureaux datant des années 70 à 80. On peut donc s’interroger sur la pertinence d’une construction de superstructure aérienne à l’heure où l’enjeu est de supprimer les autoponts et autres trémies. »

 Les habitants de Villeurbanne ont déjà eu la possibilité de donner leur avis sur le nœud ferroviaire lyonnais, lors d’une réunion publique. Photo Progrès /Sabrina MADAOUI
Les habitants de Villeurbanne ont déjà eu la possibilité de donner leur avis sur le nœud ferroviaire lyonnais, lors d’une réunion publique. Photo Progrès /Sabrina MADAOUI
 Les élus villeurbannais ne partagent pas la position du maire de Lyon, Gérard Collomb, sur la nécessité de développer la Gare de la Part Dieu. Ils préféreraient que Saint-Exupéry devienne la 6e gare lyonnaise avec un vrai cadencement des transports avec Lyon. Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Les élus villeurbannais ne partagent pas la position du maire de Lyon, Gérard Collomb, sur la nécessité de développer la Gare de la Part Dieu. Ils préféreraient que Saint-Exupéry devienne la 6e gare lyonnaise avec un vrai cadencement des transports avec Lyon. Photo Progrès /Joel PHILIPPON
 La gare de la Part Dieu est quotidiennement surchargée. Photo Progrès /Benoit MOUGET
La gare de la Part Dieu est quotidiennement surchargée. Photo Progrès /Benoit MOUGET
 La gare TGV de Saint-Exupéry doit prendre toute sa place, pour aller de pair avec le développement de l’agglomération à l’Est de Lyon. Photo Progrès /Philippe Juste
La gare TGV de Saint-Exupéry doit prendre toute sa place, pour aller de pair avec le développement de l’agglomération à l’Est de Lyon. Photo Progrès /Philippe Juste
 Les habitants de Villeurbanne ont déjà eu la possibilité de donner leur avis sur le nœud ferroviaire lyonnais, lors d’une réunion publique. Photo Progrès /Sabrina MADAOUI  Les élus villeurbannais ne partagent pas la position du maire de Lyon, Gérard Collomb, sur la nécessité de développer la Gare de la Part Dieu. Ils préféreraient que Saint-Exupéry devienne la 6e gare lyonnaise avec un vrai cadencement des transports avec Lyon. Photo Progrès /Joel PHILIPPON  La gare de la Part Dieu est quotidiennement surchargée. Photo Progrès /Benoit MOUGET  La gare TGV de Saint-Exupéry doit prendre toute sa place, pour aller de pair avec le développement de l’agglomération à l’Est de Lyon. Photo Progrès /Philippe Juste

Un constat partagé par de nombreux élus, de tous bords. Pour Hervé Morel (UDI), « le nœud est saturé et il faut ressortir le trafic de fret. L’usage de ces trains supplémentaires plus de 20 heures par jour serait intolérable en surface pour les riverains. Et le projet souterrain sera le moins cher à moyen terme. »

Ce que confirme Hector Bravo (PCF), qui ajoute que « l’on paie le sous-investissement dans l’entreprise publique qu’est la SNCF depuis des décennies et le réseau ferré français. Aujourd’hui, on se réveille, on est en retard et on veut construire rapidement. C’est dommage. » Quant à Stéphane Poncet (VBM), il évoque « une solution de bon sens en souterrain car l’aérien dénaturerait le quartier et provoquerait trop de nuisances pour le voisinage, même si le coût est plus élevé. »

Il faut se pencher sur le développement de Saint-Exupéry

Jean-Wilfried Martin (LR) assure, pour sa part, qu’il est « nécessaire de doubler ces voies en souterrain et surtout de faire de Saint-Exupéry la 6e  gare lyonnaise, de la développer au lieu de la Part Dieu, en mettant en place un cadencement avec Lyon et en travaillant avec le Sytral. »

Enfin, Gilbert-Luc Devinaz (PS) a enfoncé le clou en donnant sa préférence sur le doublement en aérien des voies sur Villeurbanne, mais précisant également que « raisonner en centralité serait une erreur. La Part Dieu est une gare centrale mais ne doit pas être unique, alors que le territoire de la Métropole de Lyon se développe à l’Est. Le débat public doit donc surtout se pencher sur le développement de Saint-Exupéry, 3e aéroport français et pôle multimodal, axe européen très important. »

Les Verts à contre-courant

Béatrice Vessiller.  Photo  DR
Béatrice Vessiller. Photo DR

La voix discordante au conseil municipal sur ce sujet est celle de l’élue écologiste Béatrice Vessiller : « Nous partageons l’idée que ce nœud ferroviaire doit être desserré pour renforcer la desserte des trains du quotidien (TER qui peuvent devenir des RER métropolitains), améliorer les TGV et le fret dans une gare de Part-Dieu saturée. »

Pour autant, la chef de file d’Europe Écologie Les Verts (EELV) mise plutôt sur l’aérien : « Les mobilités propres sont une priorité pour la mobilité, une urgence sanitaire et climatique. Ce que subit notre territoire, ce sont des périodes de canicule plus intenses et une fragilisation importante de la nappe phréatique qu’il faudrait protéger de travaux inconsidérés. C’est pourquoi nous privilégions la solution aérienne car ce serait une opportunité de requalifier le boulevard Stalingrad, malgré les nuisances, et de créer de nouvelles gares. » C’est pourquoi « nous ne partageons pas l’avis de la Ville de privilégier la solution souterraine », conclut l’élue écologiste.

F.V.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?