Rhône Sud Est lyonnais: les vacances d’été, bêtes noires des animaux domestiques

Béatrice Taouvel, chef animalière à la SPA de Lyon et du Sud-Est. Photo Progrès /R. M.
Béatrice Taouvel, chef animalière à la SPA de Lyon et du Sud-Est. Photo Progrès /R. M.

Chaque été, le refuge de la SPA de Brignais enregistre son plus haut pic d’abandons.

La chef animalière à la SPA de Lyon et du Sud-Est, Béatrice Taouvel, est désespérée. Chaque été, le même scénario se répète. Avec l’arrivée des vacances d’été, des propriétaires d’animaux se séparent de leur compagnon. Chiens, chats, nouveaux animaux de compagnie sont déposés au refuge de Brignais, lorsqu’ils ne sont pas abandonnés sur le bord des routes.

La saison d’été bat encore son plein, il est donc difficile d’avancer des chiffres explique la chef animalière. « Dans l’ensemble, d’une année sur l’autre, ce sont sensiblement les mêmes. C’est sans fin. A croire que les campagnes menées contre l’abandon ne servent à rien », peste Béatrice Taouvel.

 Un vrai pacha ce matou. "Il est tout le temps dans nos pattes", plaisante Béatrice Taouvel. Photo Progrès /R. M.
Un vrai pacha ce matou. "Il est tout le temps dans nos pattes", plaisante Béatrice Taouvel. Photo Progrès /R. M.
 Ce cochon d’Inde vit sa vie. Photo Progrès /R.M
Ce cochon d’Inde vit sa vie. Photo Progrès /R.M
 Des poules, rien de mieux pour vous nettoyer un terrain. Photo Progrès /R. M.
Des poules, rien de mieux pour vous nettoyer un terrain. Photo Progrès /R. M.
 Des chèvres et boucs qui auraient toute leur place à la ferme. Photo Progrès /R. M.
Des chèvres et boucs qui auraient toute leur place à la ferme. Photo Progrès /R. M.
 Certains animaux sont très craintifs et ont pu subir des maltraitances. Photo Progrès /R. M.
Certains animaux sont très craintifs et ont pu subir des maltraitances. Photo Progrès /R. M.
 Il n’est plus tout jeune mais sera un excellent compagnon. Photo Progrès /R. M.
Il n’est plus tout jeune mais sera un excellent compagnon. Photo Progrès /R. M.
 Les familles d’accueil recherchent de préférence des petits chiens. Photo Progrès /R. M.
Les familles d’accueil recherchent de préférence des petits chiens. Photo Progrès /R. M.
 Le refuge de Brignais peut accueillir jusqu’à 230 chiens. Photo Progrès /R. M.
Le refuge de Brignais peut accueillir jusqu’à 230 chiens. Photo Progrès /R. M.
 Mignon le petit chien ! Photo Progrès /R. M.
Mignon le petit chien ! Photo Progrès /R. M.
 Qui veut bichonner ce toutou ? Photo Progrès /R. M.
Qui veut bichonner ce toutou ? Photo Progrès /R. M.
 Le chat supporte difficilement d’être privé de liberté. Photo Progrès /R. M.
Le chat supporte difficilement d’être privé de liberté. Photo Progrès /R. M.
 Recroquevillé dans son coin. Photo Progrès /R. M.
Recroquevillé dans son coin. Photo Progrès /R. M.
 Un chaton tigré qui ne supporte pas d’être enfermé. Photo Progrès /R. M.
Un chaton tigré qui ne supporte pas d’être enfermé. Photo Progrès /R. M.
 La deuxième semaine d’août est plus propice aux adoptions. Photo Progrès /R. M.
La deuxième semaine d’août est plus propice aux adoptions. Photo Progrès /R. M.
 Le refuge de Brignais compte beaucoup de chats. Photo Progrès /R. M.
Le refuge de Brignais compte beaucoup de chats. Photo Progrès /R. M.
 Une souris blanche qui s’impatiente. Photo Progrès /R. M.
Une souris blanche qui s’impatiente. Photo Progrès /R. M.
 La cohabitation ne pose pas de problème à ces cochons d’Inde. Photo Progrès /R. M.
La cohabitation ne pose pas de problème à ces cochons d’Inde. Photo Progrès /R. M.
 Autre lapin à adopter. Photo Progrès /R. M.
Autre lapin à adopter. Photo Progrès /R. M.
 Un petit rongeur très docile   Photo Progrès /R. M.
Un petit rongeur très docile   Photo Progrès /R. M.
 Ce gros chien placide attend un maître. Photo Progrès /R. M.
Ce gros chien placide attend un maître. Photo Progrès /R. M.
 Ce petit lapin est très joueur. Photo Progrès /R. M.
Ce petit lapin est très joueur. Photo Progrès /R. M.
 Une retraite au calme pour les chats qui ne sont pas adoptables. Photo Progrès /R. M.
Une retraite au calme pour les chats qui ne sont pas adoptables. Photo Progrès /R. M.
 Un vrai pacha ce matou. "Il est tout le temps dans nos pattes", plaisante Béatrice Taouvel. Photo Progrès /R. M.  Ce cochon d’Inde vit sa vie. Photo Progrès /R.M  Des poules, rien de mieux pour vous nettoyer un terrain. Photo Progrès /R. M.  Des chèvres et boucs qui auraient toute leur place à la ferme. Photo Progrès /R. M.  Certains animaux sont très craintifs et ont pu subir des maltraitances. Photo Progrès /R. M.  Il n’est plus tout jeune mais sera un excellent compagnon. Photo Progrès /R. M.  Les familles d’accueil recherchent de préférence des petits chiens. Photo Progrès /R. M.  Le refuge de Brignais peut accueillir jusqu’à 230 chiens. Photo Progrès /R. M.  Mignon le petit chien ! Photo Progrès /R. M.  Qui veut bichonner ce toutou ? Photo Progrès /R. M.  Le chat supporte difficilement d’être privé de liberté. Photo Progrès /R. M.  Recroquevillé dans son coin. Photo Progrès /R. M.  Un chaton tigré qui ne supporte pas d’être enfermé. Photo Progrès /R. M.  La deuxième semaine d’août est plus propice aux adoptions. Photo Progrès /R. M.  Le refuge de Brignais compte beaucoup de chats. Photo Progrès /R. M.  Une souris blanche qui s’impatiente. Photo Progrès /R. M.  La cohabitation ne pose pas de problème à ces cochons d’Inde. Photo Progrès /R. M.  Autre lapin à adopter. Photo Progrès /R. M.  Un petit rongeur très docile   Photo Progrès /R. M.  Ce gros chien placide attend un maître. Photo Progrès /R. M.  Ce petit lapin est très joueur. Photo Progrès /R. M.  Une retraite au calme pour les chats qui ne sont pas adoptables. Photo Progrès /R. M.

« Un acte réfléchi, un choix »

La France figure au hit-parade des pays européens en matière d’abandons d’animaux. « C’est regrettable d’autant que les propriétaires sont libres de choisir. L’adoption doit être un acte réfléchi. Rien ne les oblige à prendre un animal. S’ils n’en sont pas capables, alors qu’ils n’en prennent pas. L’excuse des vacances ne prend pas. Beaucoup de pensions pour animaux se sont développées. Des associations aussi se proposent de venir chez vous pour nourrir votre compagnon. Combien de fois j’ai eu des familles venues déposer leurs nouveaux animaux de compagnie (NAC) dire "On n’a personne à qui le confier, il sent mauvais, il faut changer constamment sa litière. Ou les enfants n’en veulent plus."»

Des NAC de plus en plus nombreux que la SPA a du mal à caser. Dans le bâtiment qui leur est consacré, lapins, cobayes, cochons d’Inde voisinent avec des rats, petits rongeurs, furets, chinchilla… « Il nous est même arrivé d’avoir des serpents, des singes que nous avons dû diriger vers d’autres structures plus adaptées. Car la majorité des animaux récupérés ici sont des chiens et des chats », renseigne la chef animalière. « Les gros chiens vifs, comme les malinois, ont du mal à partir. Les adoptants recherchent de préférence des toutous de petites tailles. »

Beaucoup trop de chats

Animal préféré des Français, le chat domestique est un prédateur pour la petite faune sauvage. La Ligue de la protection des oiseaux qui s’est emparée du problème mène actuellement une campagne en direction des propriétaires pour limiter ses ravages. Un constat partagé par Béatrice Taouvel.

« Nos box accueillent, en effet, beaucoup de chatons souvent d’une même portée. Nous avons au centre un vétérinaire qui ne fait que de la stérilisation et de la castration. Contre leur prolifération, les mairies ont obligation de leur côté de mener des campagnes de stérilisation des chats errants », rappelle la chef animalière qui espère un retour à l’adoption après la première quinzaine du mois d’août.

R. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?