TRAVAUX Quai Perrache à Lyon: la métamorphose a commencé

La raboteuse déverse le bitume amianté dans des bennes recouvertes de plastiques hermétiques.  Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
La raboteuse déverse le bitume amianté dans des bennes recouvertes de plastiques hermétiques.  Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL
La raboteuse déverse le bitume amianté dans des bennes recouvertes de plastiques hermétiques.  Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL Photo Progrès/Jean-Alain GARAVEL

La restructuration du quai Perrache qui borde l’autoroute A7 démarre avec une opération de désamiantage de la chaussée. Elle préfigure le projet à terme du boulevard urbain le long du Rhône rendu possible avec le déclassement de l’A6/A7 entre Limonest et Pierre-Bénite.

Curieux chantier tout de même. Au cours de ces derniers jours, passants et automobilistes ont pu découvrir une partie du quai Perrache comme empaquetée de blanc. Une protection qui dissimule des travaux pas tout à fait comme les autres.

Car pour les entreprises en place, il s’agit d’engager une opération très délicate, le désamiantage de la chaussée. Étape nécessaire entreprise dans le cadre de la transformation du quai Perrache par les services de la Métropole de Lyon.

Désamiantage total de la chaussée

Tout se passe, pour le moment, dans la partie Nord du quai, sur un tronçon placé entre les rues du Bélier (à proximité des anciennes prisons) et Casimir-Perrier (à hauteur de l’ancien Marché-Gare). Là, il s’agit de lancer des travaux préparatoires avant le réaménagement définitif de cette portion de quai à l’horizon 2020. Un chantier imposant qui a démarré avec le désamiantage total des chaussées concernées.

Actuellement les travaux sont réalisés entre le cours Bayard et la rue Casimir-Périer. Et ils ont un impact sur la circulation, un seul sens (sud/nord) étant maintenu sur le quai entre les rues Périer et Marc-Antoine-Petit.

La fluidité du trafic s’en ressent pour les automobilistes qui, venant de Bellecour, via l’axe Nord/Sud souhaitent rejoindre le quai Perrache. Ces travaux concernent également les réseaux qui sont rénovés car très anciens ou déviés, car des plantations nouvelles y sont envisagées.

Trottoirs plus larges, plantations d’alignement

À partir de novembre, c’est tout le profil de ce morceau de quai qui va changer : élargissement des trottoirs du côté des immeubles, réalisation d’une piste cyclable à double sens, emplacements pour le stationnement aménagés entre la piste et la chaussée qui reste à double sens, mais dont le tracé sera dévié pour être plus proche de l’autoroute.

À cela, il faut ajouter des plantations d’alignement, le long du front bâti.

 Le projet tel qu’il a été présenté aux riverains du quai Perrache.   Photo Progrès /Ilex
Le projet tel qu’il a été présenté aux riverains du quai Perrache.   Photo Progrès /Ilex

Il est question aussi d’aménager un terre-plein paysager entre le quai Perrache et l’actuelle A7, du cours Suchet au sud de la Confluence préfigurant le terre-plein définitif du futur boulevard urbain. Ces modifications ont reçu le feu vert des conseillers municipaux en séance publique le 1er  juillet.

L’occasion aussi pour les élus de prendre connaissance du montant de l’opération estimé à 5,5 millions d’euros, pris en charge par la Métropole de Lyon, maître d’ouvrage de l’opération et par la Ville de Lyon.

La partie Sud du quai Perrache, située entre la rue Casimir-Perrier et le grand carrefour du pont Pasteur sera elle aussi transformée. Mais progressivement et un peu plus tard. Là, c’est la SPL Lyon Confluence qui sera à la manœuvre.

D'ici là, plutôt en 2020, elle va assurer la continuité cyclable dans cette partie du quai. Sous forme de bande ou de piste, mais de manière provisoire, en raison des multiples chantiers en cours ou à venir le long du quai. Le reste se fera plus tard… En gros, le quai Perrache devrait être en chantier pendant encore 4 ou 5 ans.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?