MUSIQUE Dans le 1er, un nouveau disquaire propose plus de 7 000 références

Régis Longre : « Je viens de réaliser mon rêve, installer ma boutique de disquaire. » Photo Progrès /Christian SALISSON
Régis Longre : « Je viens de réaliser mon rêve, installer ma boutique de disquaire. » Photo Progrès /Christian SALISSON

Régis Longre, quadra lyonnais féru de vinyles, a ouvert sa boutique, 7, rue du Jardin des Plantes. Alors que beaucoup de passionnés déplorent la disparition des disquaires, Régis Longre, qui baigne dans cet univers depuis toujours, croit fermement au succès de sa démarche. Rencontre.

Quel a été votre parcours avant de devenir disquaire ?

« Dans mon enfance, la musique était très présente dans ma famille. Ma mère chantait dans une chorale, mon père était organiste et j’ai un frère musicien professionnel. À mon adolescence, je suis devenu vraiment fan de musique et à 15 ans, je dépensais tout mon argent de poche pour acheter des disques, notamment des vinyles. Du rock alternatif, du rythm’n blues, de la musique noire américaine, du jazz… Puis j’ai obtenu un Deug d’histoire. Mais je voulais devenir disquaire, créer ma boutique. »

Comment avez-vous franchi le pas ?

« Sans les fonds nécessaires, j’ai commencé par travailler à la bibliothèque de l’Université Lyon 3, pendant six à sept ans. Puis j’ai suivi une formation à la chambre de commerce pour gérer une entreprise et me suis lancé dans cette activité de disquaire, depuis chez moi, en vendant par correspondance et sur les salons. »

Et finalement vous avez installé votre boutique ?

« Oui ! Au bout de treize ans de vente à distance, j’ai eu envie de créer ma boutique. Vendre des disques dans une relation directe avec le public est plus agréable, plus facile aussi, le contact plaisant. En général, les amateurs de vinyles possèdent une bonne culture musicale. Le marché, difficile, il est vrai, dans les années 1990 à 2000, s’est stabilisé. Il se redéveloppe un peu. J’ai eu l’opportunité de trouver un local disponible dans ce que les amateurs appellent le quartier des disquaires, dans le secteur de la place Sathonay et je viens d’y ouvrir mon magasin, Réglis/records, il y a quelques jours. »

Quelle est la particularité de votre offre ?

« 6 000 références en 33 tours, 1 000 en 45 et environ 600 CD. Dans des musiques disco, pop-rock des années 70/80, afro-américaine (soul, funk), jazz et blues, mais je présente également de la musique classique, c’est une de mes particularités et des musiques du monde aussi. »

Réglis/Records, 7 rue du Jardin des Plantes (1er ). Contact : 09.86.74.25.25.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?