Patrimoine À Fourvière: ces vestiges qui chamboulent, en partie, un projet d'urbanisme

Le pavillon d’accueil : juste au-dessous se trouve la fin de l’aqueduc du Gier. Le projet a dû être modifié. Photo Progrès /Aline DURET
Le pavillon d’accueil : juste au-dessous se trouve la fin de l’aqueduc du Gier. Le projet a dû être modifié. Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Le pavillon d’accueil : juste au-dessous se trouve la fin de l’aqueduc du Gier. Le projet a dû être modifié. Photo Progrès /Aline DURET Photo Progrès /Aline DURET Photo Progrès /Aline DURET

Les aménageurs du projet « Un Elan pour Fourvière » ont dû adapter tous les plans pour respecter l’existence des vestiges archéologiques présents dans le sous-sol. La construction d’un parking souterrain de 140 places a ainsi été retoquée. Et les fouilles ne sont pas terminées.

C’est un chantier privé, mais il intéresse le public et au moins pour deux raisons. Fourvière, sa Basilique et ses vues panoramiques exceptionnelles sur Lyon et ses environs, voient défiler au bas mot deux millions de touristes. Et puis, comme le souligne Magaly Chatin, Délégué générale de la Fondation Fourvière, « Ces travaux permettent à la ville et à la région de disposer d’une meilleure connaissance du site ». Les fouilles archéologiques entreprises dans le cadre du projet « Un nouvel Elan pour Fourvière » ont permis de mettre au jour des petits trésors voire de réécrire un peu de l’histoire lyonnaise. « On pensait que les Gaulois étaient restés en bas, ajoute la Déléguée. Les découvertes récentes montrent qu’ils sont montés ici, avant les Romains ».

Le parking retoqué ne se ferait pas

Et des surprises il y en aura peut-être d’autres, car le programme de fouilles n’est pas terminé. Cela a des conséquences pour ce projet. Allongement des délais de réalisation, certains bâtiments verront le jour avec un an de retard, mais aussi hausse de la facture. Au total et pour l’instant, la Fondation, propriétaire des lieux, a dû investir plus de 500 000 € pour des travaux de fouilles préventives. Un nouvel appel est lancé aux généreux donateurs.

« Les plans ont dû être changés pour respecter l’existence de ces vestiges », admet Magaly Chatin. La découverte d’une partie de l’aqueduc du Gier sous le pavillon d’accueil, a entraîné des modifications. Le projet de parking souterrain de 140 places qui devait être édifié sous la future Maison Decourtray a été « retoqué » et « il ne se ferait pas ». Le risque avancé par les spécialistes ? Ébranler la Maison Carrée, tomber sur des découvertes remarquables. Des fouilles engagées sur le terrain concerné en septembre pourraient lever quelques interrogations.

« Il faut proposer des alternatives »

Et puis, la voiture ne serait plus, semble-t-il, en odeur de sainteté à Lyon comme sur les hauteurs de Fourvière. Du coup, explique la Déléguée générale, « le parking en surface existant placé devant la Maison Carrée restera en l’état ». Mais il convient aussi d’alerter les collectivités sur la nécessité d’une meilleure offre de substitution. « On aura besoin de vous », lance le président de la Fondation, Philippe Demarescaux au président de la Métropole de Lyon David Kimelfeld, venu faire une visite, ce jeudi 18 juillet des 5e et 9e arrondissements. « Faute de parking, on aura besoin de transports en commun, d’un funiculaire qui fonctionne ». Fourvière avec moins de voitures, pourquoi pas ? « Mais il faut proposer des alternatives, admet Magaly Chatin, c’est impératif il faut y aller, il faut des actes et des décisions ». « Nous allons intensifier les transports, la question a été posée aux services techniques du Sytral » déclare le président de la Métropole qui souhaite même inscrire sur son agenda de rentrée un rendez-vous sur place, avec la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?