URBANISME «L’immeuble Sky56 va-t-il tomber sur la tête des salariés d’Orange?»

Le Sky 56 est un immeuble de bureaux de 14 niveaux qui s’élève à l’angle de l’avenue Félix-Faure et de la rue Mouton-Duvernet dans le quartier d’affaires de la Part Dieu. Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Le Sky 56 est un immeuble de bureaux de 14 niveaux qui s’élève à l’angle de l’avenue Félix-Faure et de la rue Mouton-Duvernet dans le quartier d’affaires de la Part Dieu. Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Le Sky 56 est un immeuble de bureaux de 14 niveaux qui s’élève à l’angle de l’avenue Félix-Faure et de la rue Mouton-Duvernet dans le quartier d’affaires de la Part Dieu. Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA

Vitres fissurées ou brisées, stores électriques en panne, toilettes défectueuses : les 2 500 salariés d’Orange travaillant dans l’immeuble de bureaux «Sky 56», dans le quartier de la Part-Dieu, essuient les plâtres..

L’intersyndicale Orange/DTSI a choisi d’employer le ton de l’humour pour attirer l’attention de sa direction sur les conditions de travail des 2 500 salariés d’Orange logés dans huit étages de l’immeuble de bureaux Sky56 dans le quartier d’affaires Part-Dieu (Lyon 3e ) près de la gare SNCF.

Ainsi, dans son communiqué, elle interroge : «L’immeuble Sky56 va-t-il tomber sur la tête des salariés d’Orange ?» L’immeuble peut-être pas, mais ils ne sont pas à l’abri de recevoir quelques débris de verre. Avec les fortes chaleurs, deux vitres de la façade extérieure se sont fissurées sans tomber et une troisième a atterri au pied de l’immeuble sur une voie d’accès heureusement privée et déserte lors de la chute. Chez Orange, la direction a pris des mesures : «La société qui a installé ces vitres a contrôlé les façades Nord et Est. Elle opère actuellement sur la façade Ouest et continuera sur la façade Sud ce jeudi. On ne sait pas encore pourquoi c’est tombé.»

Depuis février 2019 qu’ils sont entrés dans l’immeuble de bureaux, les salariés d’Orange essuient les plâtres allant de déconvenue en déconvenue : «une partie des W.-C. est condamnée pour malfaçon du 1er  au 13e étage, des fuites dans les locaux dues à des bacs de récupération d’eau mal placés qui débordent et des poignées d’issues de secours arrachées… » Marie-Paule Blanchet, délégué CFDT chez Orange et porte-parole de l’intersyndicale a bien du mal à tenir la liste à jour.

À cela, s’est ajouté en début de semaine dernière, l’explosion de vitres au risque de blesser gravement les salariés et les passants qui longeraient le bâtiment… 

Pourtant à l’angle de la rue Mouton Duvernet et de l’avenue Félix-Faure, il a fière allure dans sa coque de verre le Sky56 qui culmine à 56 mètres de hauteur. Immeuble HQE de 14 niveaux il abrite des bureaux, une salle de restauration, une crèche d’entreprise. «Haute Qualité Environnementale, je veux bien mais avec les normes les plus basses s’emporte la déléguée syndicale qui peste aussi contre l’attente devant les ascenseurs qui avoisine le matin les 7 minutes.»

Selon Marie-Paule Blanchet, «l’immeuble serait bourré de malfaçons» grippant un peu plus le quotidien des salariés d’Orange arrivés là entre février et avril 2019 dans une toute nouvelle configuration de travail. Alors, quand la domotique fait des siennes avec des stores électriques qui dysfonctionnent en pleine canicule, c’est compliqué. «Une télécommande gère sept stores en même temps. Impossible de les dissocier. Quand on ferme les stores, on ne peut plus les relever. Du coup, en journée, on travaille dans le noir avec l’électricité» note Marie-Paule. Chez Orange, on reste zen : «on apprend à vivre dans un nouvel immeuble. Quand les problèmes sont signalés, les correctifs sont apportés. Il y a peut-être des défauts dans le bâtiment. Sur l’aménagement intérieur des ergonomes et des acousticiens vont venir pour donner plus de confort aux salariés opérant dans les espaces de travail partagés. Une partie des stores a été remplacée. Nous avons changé l’algorithme de l’ascenseur et l’affichage.»

Un bon point tout de même par rapport à leur ancienne adresse : le système de réfrigération qui permet de conserver une température de 25 degrés dans les clusters.

Marie-Christine PARRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?