URBANISME Quartier de l’Industrie, une allée au nom de Michel-Rosset

Michel Rosset était un homme attaché à son arrondissement.   Photo Le Progrès /D.R.
Michel Rosset était un homme attaché à son arrondissement.  Photo Le Progrès /D.R.
Vue de l'allée Michel Rosset depuis le quai Paul Sédaillan.  Photo Progrès /Dominique Gourat
Vue de l'allée Michel Rosset depuis le quai Paul Sédaillan.  Photo Progrès /Dominique Gourat
Michel Rosset était un homme attaché à son arrondissement.   Photo Le Progrès /D.R. Vue de l'allée Michel Rosset depuis le quai Paul Sédaillan.  Photo Progrès /Dominique Gourat

Reliant la rue des Docks au quai Paul-Sédaillan, l’allée Michel-Rosset est une voie piétonne tout juste aménagée. Elle facilite les trajets de ceux qui privilégient les modes doux.

Sincère, profond et amplement mérité, l’hommage rendu récemment à Michel Rosset, en baptisant à son nom une nouvelle voie du quartier de l’Industrie, a permis de revenir sur le trop court parcours d’un homme aux qualités et aux actions multiples.

C’est autour de son épouse Marie-Christine, de ses enfants et de ses petits-enfants qu’a eu lieu le dévoilement de la plaque à sa mémoire, par le maire de Lyon, Gérard Collomb, en présence du député Hubert Julien-Laferrière, de Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon, de Bernard Bochard, maire du 9e et de nombreux élus.

Sens du dialogue et générosité

Parti trop tôt, le 17 juillet 2015, Michel Rosset laisse à chacun le souvenir «de sa présence généreuse, de son élégance raffinée et de son attention aux autres», comme l’a souligné le maire de Lyon, au cours du discours où il a longuement détaillé l’investissement de cet «homme de convictions». Délégué à l’Économie et au commerce local au sein de la mairie du 9e de 2008 à 2014, Michel Rosset était convaincu du potentiel du 9e arrondissement auquel il était attaché.

Il a œuvré avec passion à l’aménagement de la Grande rue de Vaise, fédéré les commerçants de Centre 9 autour d’événements comme Vaisetival et se sera investi pour la réimplantation d’une activité commerciale au Vergoin, tout en s’enthousiasmant pour le développement du quartier de l’Industrie.

«Militant associatif toujours soucieux de résoudre les difficultés de son prochain», il a également occupé, entre autres, la fonction de président du Tennis Club de Saint-Rambert.

C’est à l’unanimité qu’il a été décidé de donner son nom à une artère de ce nouveau quartier.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?