Urbanisme Perrache en travaux : ce qui va changer d’ici 2020

Sous la voûte Ouest en cours de réaménagement. Sol et murs ont été rénovés afin d’amener, dans ce passage placé sous la gare, davantage de lumière.  Photo Progrès /Aline DURET
Sous la voûte Ouest en cours de réaménagement. Sol et murs ont été rénovés afin d’amener, dans ce passage placé sous la gare, davantage de lumière.  Photo Progrès /Aline DURET
Ce bâtiment abritant des bureaux sera démoli pour laisser place à l'aménagement de la voûte Ouest. Photo Progrès /Aline DURET
Ce bâtiment abritant des bureaux sera démoli pour laisser place à l'aménagement de la voûte Ouest. Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Vue de la voûte Ouest et ses nouvelles ouvertures, côté place Carnot, conçue par l'Atelier Ruelle. / Visuel Asylum
Vue de la voûte Ouest et ses nouvelles ouvertures, côté place Carnot, conçue par l'Atelier Ruelle. / Visuel Asylum
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Photo Progrès /Aline DURET
Sous la voûte Ouest en cours de réaménagement. Sol et murs ont été rénovés afin d’amener, dans ce passage placé sous la gare, davantage de lumière.  Photo Progrès /Aline DURET Ce bâtiment abritant des bureaux sera démoli pour laisser place à l'aménagement de la voûte Ouest. Photo Progrès /Aline DURET Photo Progrès /Aline DURET Photo Progrès /Aline DURET Vue de la voûte Ouest et ses nouvelles ouvertures, côté place Carnot, conçue par l'Atelier Ruelle. / Visuel Asylum Photo Progrès /Aline DURET Photo Progrès /Aline DURET Photo Progrès /Aline DURET

Aux abords des voûtes et de la gare, les chantiers se multiplient dans le cadre du réaménagement du centre d’échanges, désormais baptisé pôle d’échanges multimodal de Perrache (PEM). Le projet urbain, piloté par la SPL Lyon Confluence pour le compte de la Métropole de Lyon, est conçu par les urbanistes de l’atelier Ruelle.

Le projet Perrache concerne au moins quatre secteurs, tous placés dans ce quartier « frontière » situé entre la Presqu’île et la Confluence. D’un coût total d’environ 40 millions d’euros, il est financé par la Métropole de Lyon (15 M€), le Sytral (11 M€) et la Ville de Lyon (1,5 M€). Pour la partie gare, la SNCF a investi 12 M€, aidée par l’État et la Région qui se sont engagés chacun, à hauteur de 3,7 M€.

Le chambardement de la place Carnot

Équipées d’une pince hydraulique, des pelles mécaniques se sont attaquées en avril à l’escalier de six mètres de haut situé place Carnot, à deux pas du centre d’échanges et de l’accès à la ligne A du métro. L’idée, en faisant disparaître cet ouvrage est de « désencombrer » l’espace, afin de donner davantage de lisibilité au débouché de la voûte Ouest côté place Carnot et d’offrir aux usagers un accès beaucoup direct à la station de métro dont la billetterie, placée à l’entrée, sera réaménagée.

Aujourd’hui, une autre phase commence, avec l’aménagement de cette partie d’espace public débarrassée de son escalier qui relie le cœur de la place Carnot au métro. « Nous reprenons l’aménagement avec les mêmes matériaux de la place », précise Nicolas Basagana, chef de projet à la SPL Lyon Confluence qui pilote le projet pour le compte de la Métropole.

Des démolitions sous la voûte Ouest

La voûte Ouest, ce passage long de 280 mètres reliant la place des Archives à la place Carnot est fermé depuis 2018. Pour être transformé de fond en comble et ne laisser circuler que les vélos et les piétons. L’idée retenue par les urbanistes de l’Atelier Ruelle pour gommer un peu de cette barrière qui, depuis des décennies coupe le quartier en deux, est de créer une succession de passages. Ce qui suppose des aménagements et des démolitions.

Ainsi, une ouverture sera créée au beau milieu de la voûte. Les piétons pourront rejoindre directement la station Perrache du métro A. Un peu plus loin, au niveau de la gare, la destruction d’un bâtiment de deux étages - nous sommes à deux pas de la gare - permettra d’y amener de la lumière naturelle, laissant ainsi une partie de la voûte à ciel ouvert sur une cinquantaine de mètres. Enfin, et cette fois à l’extrémité de ce tunnel, côté place Carnot, de grandes ouvertures seront réalisées sur le voile courbe en béton.

Les démolitions démarrent, tandis que la rénovation de la voûte est déjà bien avancée. L’objectif est bien d’amener le plus possible la lumière, par des ouvertures, mais aussi par l’apport de matériaux clairs au sol et sur les murs. Ces travaux seront terminés au printemps 2020 pour une ouverture au public espérée en mai.

Six mois de retard pour le nouvel accès à la gare

Les travaux sont en cours pour aménager le nouvel accès à la gare de Perrache, place des Archives. À gauche, le long du mur en pierre, les voyageurs découvriront un vaste auvent équipé d’écrans d’informations et de billetteries automatiques.  Photo Progrès /Aline DURET
Les travaux sont en cours pour aménager le nouvel accès à la gare de Perrache, place des Archives. À gauche, le long du mur en pierre, les voyageurs découvriront un vaste auvent équipé d’écrans d’informations et de billetteries automatiques.  Photo Progrès /Aline DURET

Les travaux commencés en août 2018 visent à créer un nouvel accès à la gare de Perrache depuis la place des Archives. Mais le chantier piloté par SNCF Gares et Connexions connaît des difficultés et prend du retard.

« Côté surprise, on a été gâté », admettent les aménageurs. Amiante à évacuer, mais aussi étanchéité dégradée du parking de la gare qui se trouve juste en dessous à reprendre, mauvais état de la dalle. Et si on ajoute à cela, explique Nicolas Basagana, « des poutres et des ouvrages maçonnés placés pas exactement là où on les attendait, on peut craindre un retard de six mois par rapport au calendrier ».

C’est donc début 2020, que les voyageurs découvriront, le long du mur en pierre réhabilité, un vaste auvent équipé d’écrans d’informations et de billetteries automatiques. Puis une rampe, sorte de cheminement en pente douce installé le long du mur leur permettant, via un passage existant sous les voies ferrées, d’accéder directement aux voies ferrées. Une activité de type brasserie devrait ouvrir ses portes à la fin des travaux.

L’ouverture de ce nouvel accès à la gare entraînera alors la démolition de l’escalator placé sous le portique entre les voûtes, au début du cours Charlemagne.

Prolongement du T2 vers la Confluence : il faudra attendre 2020

Cours Charlemagne, les travaux ont commencé pour "apaiser" l’espace public autour de la station Suchet.  Photo Progrès /Aline DURET
Cours Charlemagne, les travaux ont commencé pour "apaiser" l’espace public autour de la station Suchet.  Photo Progrès /Aline DURET

C’était une demande des habitants. Excédés de monter dans des rames bondées même en dehors des heures de pointe, les usagers du tramway verront sans doute arriver d’un bon œil prolongement de la ligne T2 qui, pour l’instant, s’arrête à Perrache, en direction de la Confluence. Car il s’agit ni plus ni moins de doubler l’offre, précisent les services du Sytral. Le jeu en vaut la chandelle.

Des travaux ont commencé, cours Charlemagne, pour anticiper ce prolongement qui ne sera opérationnel qu’en 2020. Maître d’ouvrage de l’opération, le Sytral a souhaité profiter des travaux en cours côté place des Archives, pour démarrer la première phase du projet : la reconfiguration de la station Suchet qui sera rebaptisée Place des Archives.

Dans ce secteur placé entre la gare et le cours Suchet, il s’agit d’aménager une « zone apaisée » sans circulation automobile, faisant la part belle aux piétons et aux vélos. L’idée est de rendre le « cheminement plus simple », alors les trottoirs y seront plus larges, le revêtement sera modifié de façade à façade, les places de stationnement supprimées et la station de tramway réaménagée. Un système de bornes pour ménager un accès aux seuls véhicules autorisés sera installé. Ces travaux seront terminés à la fin de l’été.

Puis il faudra encore patienter pour voir le T2 poursuivre son chemin au-delà de Perrache. Car c’est en 2020 que la portion, entre place des Archives et Montrochet, futur terminus, sera opérationnelle.

T1 et T2 : les lignes sont fatiguées

Crées en 2001, les lignes de tramway T1 et T2 sont fatiguées. Les rails et les aiguillages, usés par le passage des rames doivent être rénovés ou même remplacés. Ces travaux qui vont être menés cet été à Perrache mais aussi à proximité de la station Gare de la Part-Dieu, génèrent des perturbations depuis le 1er  juillet. Mais c’est à partir du 8 juillet que les choses se corsent. À partir de là, le T1 ne circulera qu’entre IUT Feyssine et Charpennes. Le trafic sera totalement interrompu dans les secteurs de Perrache et de la Part-Dieu jusqu’au 25 août. Un service de navettes sera mis en place pour rejoindre Montrochet et Debourg.

Fréquentation en hausse, c’est « impressionnant »

Le nombre de voyageurs explose sur tout le réseau TCL avec ses quelque 480 millions de voyages en 2018. Du côté du Sytral, on annonce des hausses de fréquentation depuis 2010 qui n’étonneront aucun utilisateur : +80 % sur le tramway, +20 % sur le métro et +21 % sur le bus. Les chiffres sont assez impressionnants, admettent les services, qui annoncent en 2018, 121 000 voyages sur la ligne T1 et 104 000 sur le T2. C’est beaucoup. Et c’est ici que ressurgit l’éternel débat : pourquoi ne pas avoir choisi le métro plutôt que le tram à la Confluence ?

A.DU.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?