HABITAT À Caluire, un nouveau logement pour aider les femmes victimes de violences conjugales

Les représentants des différents partenaires du projet se sont félicités de son aboutissement : la Ville de Caluire, la Métropole, l’association Le Mas, le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles...  Photo Le Progrès /Sylvie SILVESTRE
Les représentants des différents partenaires du projet se sont félicités de son aboutissement : la Ville de Caluire, la Métropole, l’association Le Mas, le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles... Photo Le Progrès /Sylvie SILVESTRE

Un hébergement d'urgence vient d'ouvrir à Caluire pour protéger les femmes qui auront déposé plainte contre un conjoint violent.

La présidente de la Fondation des femmes, Anne Cécile Mailfert, a réclamé la création d'un «Grenelle des violences faites aux femmes» et dénoncé le peu de moyens où l'absence de repli pour celles qui portent plainte après des coups portés par leur conjoint ou ex-conjoint.

Où aller ? Comment ne pas rentrer chez soi ? C'est à cette problématique que devrait répondre l'ouverture d'un hébergement d'urgence à Caluire.

Trois ans pour aboutir au projet

C'est grâce à un legs que l'association Le Mas (1) a pu acquérir ce huitième  logement sur le territoire de la Métropole. D'une superficie de 56 m², bien situé dans la commune, il sera mis à disposition de femmes victimes de violences.

Ainsi mises à l'abri après un dépôt de plaintes, elles pourront plus facilement se reconstruire et retrouver une vie normale avec leurs enfants. Un accompagnement juridique, social et psychologique est aussi prévu pour les accompagner sur le chemin de l'autonomie, durant au moins 6 mois ou un an.

«Ces femmes opèrent généralement un retour à l'emploi rapide, elles éprouvent un réel besoin de reconnaissance sociale », souligne une des responsables du Mas.

Pierre Mercier, directeur général de l'association, rappelle qu'il a fallu trois ans pour faire aboutir ce projet : « Il nécessite le concours de nombreux partenaires et servira de support pour d'autres actions ».

La commune n'ayant pas d'appartement en bien propre, l’association a demandé à la Métropole de s'engager dans cette démarche, ce qu'elle a fait à hauteur de 40.000 euros.

D'autres subventions ou financements ont été apportés par la Ville de Caluire, la Fondation Abbé-Pierre le Mas et Néma Lové (2), complétés par un prêt locatif aidé d'intégration, pour un prix de revient global de 91.000€.

(1) Le Mas accueille, aide et accompagne les personnes en situation de vulnérabilité, souffrance psycho-sociale, précarité ou exclusion. Depuis 2013, elle est engagée dans la création et la gestion de logements pour les femmes victimes de violences.

(2) Néma Lové produit des solutions adaptées de logement pour les personnes en difficulté.

De notre correspondante Sylvie SILVESTRE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?