Transports Métro E : le prolongement jusqu’à la Part-Dieu approuvé par le Sytral

Les membres du comité syndical du Sytral ont décidé d’approuver les demandes d’extension du projet émanant de la concertation publique. Des études vont être faites dans le sens d’un prolongement à Part-Dieu Est depuis Bellecour et de celui d’un prolongement plus à l’Ouest.

C’est à l’unanimité que les membres du comité syndical du Sytral ont voté pour la poursuite de l’étude du projet de ligne E.

Le projet a été soumis à concertation publique du 4 mars au 6 mai. « Un véritable succès, une concertation exemplaire », ont tous déclaré en substance les élus présents lors de ce comité. « Le Sytral a pu, tout au long de la concertation, noter un engouement et un retour positif des participants et acteurs du territoire. Le projet de nouvelle ligne E est plébiscité et sort conforté de cette concertation préalable », a ainsi résumé la présidente, Fouziya Bouzerda.

Les enseignements de la concertation pris en compte et approuvés par le Sytral sont multiples : d’abord le terminus de Bellecour est privilégié (à 75 % des participants contre 30 % pour le scénario avec terminus à Hôtel de ville). Le choix de la station Alaï, également plébiscité, va dans le sens d’un futur pôle multimodal.

Autre consensus qui a émergé : les participants ont clairement demandé deux stations, une à Libération, l’autre à Ménival. Semblant évidente, la station Point du Jour n’a fait l’objet, quant à elle, d’aucun débat, « même si la position de la station doit être étudiée plus finement », stipule le Sytral.

En revanche, les stations Trion et Saint-Irénée ont paru toutes deux pertinentes, mais la faisabilité et la fréquentation estimée de la seconde l’emporte. Enfin, près de 500 contributions ont mentionné la nécessité de prolonger jusqu’à la Part-Dieu, mais aussi plus à l’ouest avec la proposition de desserte entre Craponne et Francheville.

Des études techniques complémentaires seront réalisées (comprenant également les sondages géotechniques, levers topographiques) pour un montant en hausse et désormais estimé à 2 milliards d’euros (le modèle financier restant à affiner). S’il voit le jour, ce nouveau métro ne sera pas mis en service avant 2030.

Sandrine RANCY

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?