ENVIRONNEMENT Comment végétaliser la Presqu’île : ce que veulent les Lyonnais

Parmi les remarques des Lyonnais, on trouve celle-ci : «Il serait bon de creuser ces espaces végétalisés, et non simplement poser des bacs sur le bitume. C’est totalement contre-productif et incohérent avec l’idée d’une ville éco-citoyenne». Photo Progrès /Michel NIELLY
Parmi les remarques des Lyonnais, on trouve celle-ci : «Il serait bon de creuser ces espaces végétalisés, et non simplement poser des bacs sur le bitume. C’est totalement contre-productif et incohérent avec l’idée d’une ville éco-citoyenne». Photo Progrès /Michel NIELLY

Alors que la consultation lancée par la mairie sur la végétalisation de la Presqu’île s’est achevée la semaine dernière, nous sommes allés jeter un œil dans le millier de contributions laissées par les Lyonnais, à l’unanimité favorables à davantage de vert en ville. Extraits.

1- Ne pas empiéter sur les voies de bus

C’est un fait : à lire les commentaires, dans leur grande majorité, les Lyonnais réclament que les pistes cyclables et voies de bus soient pérennisées. Pour preuve : « Il faudrait végétaliser sans empiéter sur les voies cyclables ou de bus. » « L’idée de végétaliser la Presqu’île est intéressante, mais complètement contradictoire si les installations viennent supprimer les voies dédiées aux modes doux ! » « Les voies de bus doivent être au contraire valorisées car c’est un moyen de locomotion plus viable que la voiture : il faut en profiter pour retravailler les accès des modes doux autres (vélo, roller, trottinette…). »

2- Stop au béton, oui à la fraîcheur

« Végétaliser, il ne suffit pas de le promettre. Il faut le faire. Or, vous faites le contraire, à commencer par la place des Terreaux », affirme un autre habitant qui demande : « Pourquoi avoir engagé des travaux dispendieux pour refaire une place bétonnée au lieu de la végétaliser ? Idem pour la place des Jacobins et bien d’autres… » Un autre suggère : « Place Gabriel-Rambaud devant les Halles de la Martinière : pourquoi ne pas créer un jardin avec massifs. »

3- Planter à même la terre

Les Lyonnais sont favorables à une végétalisation mais une végétalisation intelligente d’un point de vue écologique. « Il serait bon de creuser ces espaces végétalisés, et non simplement poser des bacs sur le bitume. On améliorera ainsi la circulation de l’eau vers les sous-sols », écrit un habitant. Une autre : « Pas de bacs à fleurs. C’est totalement contre-productif et incohérent avec l’idée d’une ville éco-citoyenne. Plantons des arbres dans les cours d’école pour faire de l’ombre, utilisons tous les toits terrasses… » Un autre cite « l’exemple d’un aménagement récent et réussi sur le cours Lafayette ».

4- Végétaliser et piétonniser

« Au vu du nombre important de commerces, cette rue gagnerait à être piétonne. » « Faisons de la Presqu’île une zone piétonne et le commerce en sera très largement facilité ! Des tas de villes le font déjà, pourquoi cela serait-il impossible à Lyon ? » Les remarques nombreuses pour rendre le quartier piéton s’accompagnent aussi d’idées sur les livraisons - « Le matin avant 10 heures » - et sur l’accès résidents - « ayant un garage ou parking dans le périmètre avec limite de vitesse 30 km/h ».

5- Quelle essence d’arbre ?

« Plantez des palmiers. C’est zéro entretien », écrit cet habitant de la Part-Dieu qui a lui-même un palmier planté depuis 6 ans dans son jardin et qui se porte à merveille. « Pas de feuilles qui tombent au sol et c’est plus joli esthétiquement. » Une autre : « Les arbres seront-ils de la même espèce que ceux qu’on plante sur les nouvelles places de Confluence comme les places Camille-George de chaque côté de la rue Dénuzière ? Autant dire inutile pour faire de l’ombre. Il existe des espèces qui font de l’ombre avec des racines peu profondes. »

6- Repenser le stationnement

Récent repreneur d’une boutique rue Edouard-Herriot proche de Bellecour, ce commerçant constate que cette rue est extrêmement bruyante et que le stationnement des véhicules se fait uniquement sur le même côté de la chaussée. Il écrit : « Dans une politique d’équité et d’équilibre, il faudrait revoir ce plan en mettant les espaces végétalisés en quinconce de part et d’autre de la rue et les places de parking également. Cela créera une unité. Les bacs cacheraient les voitures stationnées, donc une pollution visuelle réduite. »

7- Pour aller plus loin

« Il serait utile de créer plus de bacs pour récupérer le compost des riverains afin de l’utiliser pour nourrir ces futurs espaces verts. La boucle serait bouclée », écrit quelqu’un. Une autre : « Il faut chercher à développer des espaces d’agriculture urbaine ou plutôt permaculture comme à Détroit. » et encore une autre : « Pourquoi pas des parcelles de jardins partagés et collaboratifs comme le font les Incroyables comestibles  ? » Sans compter cette proposition : « On pourrait réduire les risques d’inondation et les rejets de pollution en construisant des jardins de pluie, ou des noues. De nombreux travaux, lyonnais, montrent tous les bénéfices de ces techniques de gestion des eaux pluviales dites vertes. »

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?