Red Bull Jour d’Envol La machine volante des pompiers de la Confluence prête au décollage

La caserne Lyon Confluence s'est transformée en atelier ces dernières semaines pour construire la "machine à voler". Photo Progrès/Maxime JEGAT
La caserne Lyon Confluence s'est transformée en atelier ces dernières semaines pour construire la "machine à voler". Photo Progrès/Maxime JEGAT
Les 40 équipes s'élanceront d'un ponton de six mètres de haut dans la darse de Confluence en tentant d'aller le plus loin possible. Photo Progrès/ Thibaut DALEGRE
Les 40 équipes s'élanceront d'un ponton de six mètres de haut dans la darse de Confluence en tentant d'aller le plus loin possible. Photo Progrès/ Thibaut DALEGRE
La caserne Lyon Confluence s'est transformée en atelier ces dernières semaines pour construire la "machine à voler". Photo Progrès/Maxime JEGAT Les 40 équipes s'élanceront d'un ponton de six mètres de haut dans la darse de Confluence en tentant d'aller le plus loin possible. Photo Progrès/ Thibaut DALEGRE

Les «Bat’Pompiers» pourraient s’envoler vers d’autres cieux ce dimanche… ou bien couler dans les profondeurs de la Saône. Les quatre soldats du feu de la caserne Lyon Confluence vont participer au Red Bull Jour d’Envol, événement déjanté de la marque aux taureaux qui a lieu dans la darse.

Défier les lois de la pesanteur, voilà ce qui motive ces quatre pompiers lyonnais ! À l’origine de ce projet un peu farfelu, on retrouve Julien Bouillon, capitaine de l’équipe. « Au départ, un de nous a entendu parler de l’événement. Il s’est renseigné et a obtenu un dossier d’inscription. Il m’en a parlé et sans trop réfléchir, on s’est lancé là-dedans. Tout le monde était emballé. Il y a eu une grosse effervescence et il a fallu passer à la réalisation. Et là, ce fut plus compliqué (rires) », s’amuse le sergent-chef.

Voilà donc plusieurs mois que la caserne du 2e arrondissement lyonnais est en ébullition. Les camions de pompiers se croisent, les sirènes retentissent, jusqu’ici rien de fou, mais dans un coin de garage, on aperçoit le bolide qui se fond dans le décor. « Les gens vont se dire que ce n’est pas très original d’avoir imaginé une ambulance pour des pompiers, mais c’était un choix réfléchi car on voulait que les gens nous reconnaissent, raconte Julien Bouillon. L’objectif est de passer un super moment entre nous, toujours dans le délire mais aussi de promouvoir notre bal qui aura lieu les 13 et 14 juillet prochain. »

« La machine sera prête ! »

A l'approche du jour J, la « machine à voler » des pompiers lyonnais, qui doivent jongler entre interventions sur le terrain et entraînements physiques, n’était toujours pas fin prête : « Il reste à faire quelques soudures et l’habillage de l’engin à réaliser. On va faire une carrosserie rapidement. Ce n’est pas évident avec nos emplois du temps. » Pourtant, le capitaine des Bat’Pompiers n’est pas inquiet : « la machine sera prête ! »

Si le quatuor lyonnais ne veut pas être ridicule, il se rend compte de la tâche ardue qui l’attend. « Si on arrive à aller au bout du ponton et à planer un peu, on sera content, lâche Julien Bouillon. Après on reste des pompiers, donc compétiteurs. On n’aime pas perdre. On sait que notre performance sportive ne sera pas des meilleures. »

Surtout que certains participants de ce Red Bull Jour d’Envol ont déjà été très loin par le passé. En 2013, une équipe californienne d’ingénieurs en aérospatiale s’était envolée à plus de 78 mètres de la plateforme de lancement.

Les Bat’Pompiers n’ont pas de prétention de cet acabit mais ils auront au moins un avantage sur les autres équipes : évoluer à domicile. D’autant plus que Julien Bouillon et ses collègues connaissent la darse de Confluence comme leur poche : « Je suis plongeur et ça nous arrive régulièrement de plonger dans la darse. On ne peut pas dire que ça donne envie d’y sauter mais, malheureusement, je ne pense pas que ça va nous aider… »

Le Red Bull Jour d'Envol en chiffres

Photo Progrès
Photo Progrès

Rendez-vous ce dimanche 30 juin sur la place nautique pour observer ces engins volants non motorisés.

Thibaut DALEGRE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?