Patrimoine Clap de fin pour la rénovation des façades de l’Institut Lumière

La réhabilitation des façades de l’Institut Lumière (Lyon 8e) donnant sur la place Ambroise-Courtois et la rue du Premier-Film, est achevée. Photo Progrès/Nadine MICHOLIN
La réhabilitation des façades de l’Institut Lumière (Lyon 8e) donnant sur la place Ambroise-Courtois et la rue du Premier-Film, est achevée. Photo Progrès/Nadine MICHOLIN

Le chantier aura duré treize mois au lieu de neuf. Entamée en juin 2018, la consolidation des façades de l’édifice, inscrit au titre des Monuments historiques, a nécessité plus de temps que prévu pour un coût financier d’un million d’euros.

Après l’autorisation des travaux délivrée le 1er février 2018, le chantier devait durer neuf mois (de juin 2018 à février 2019). Il en aura fallu treize pour boucler des travaux de consolidation imposants. Ils concernaient les quatre balcons de l’Institut, situés chacun sur une façade de la villa côté place Ambroise-Courtois et rue du Premier-Film.

Il s’agissait de reprendre complètement les balustrades fragilisées par l’eau de pluie qui s’infiltrait, le linteau d’une baie (façade côté est), ainsi que les corniches en pierre sous les balustrades, puis de redéposer le carrelage.

Parallèlement à l’étanchéité, la mise en conformité du paratonnerre et l’éclairage à faible consommation de mise en valeur ont été réalisés. Notifié en mai 2018, le marché avait été conclu avec la société Comte (échafaudage, maçonnerie, pierre de taille) pour un montant de 303 757 €.

Un rajout de pierres fait grimper la facture

Malgré les sondages et après dépose totale du revêtement (carrelage), il s’est avéré que les pierres des corniches étaient très dégradées. Le rajout de pierres conformes à l’édifice a fait grimper la facture jusqu’à 395 447 €. Quant aux poutrelles métalliques constituant la structure des quatre terrasses de l’édifice, en particulier leur étanchéité, elles étaient particulièrement altérées et corrodées. Des renforts complémentaires ont été indispensables pour garantir la stabilité de l’ensemble de l’édifice ainsi que sa sécurité.

 

Une villa, propriété de la Ville

La villa des Frères Lumière, maison d’habitation de la famille Lumière, a été construite entre 1899 et 1902 à proximité immédiate des usines Lumière. Propriété de la Ville de Lyon depuis 1975, elle abrite l’Institut Lumière (association loi 1901 fondée à Lyon en 1982) qui consacre son activité à la diffusion et à la conservation du patrimoine cinématographique et le musée de l’Institut Lumière.

Toutefois, le montant final de l’opération reste conforme à celui estimé et initialement approuvé en décembre 2017, c’est-à-dire un million d’euros. Pour la trentaine de salariés de l’Institut Lumière, cette restauration, qui redonne du lustre au bâtiment inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 20 mai 1986, est superbe.

Durant le célèbre festival Lumière, du 13 au 21 octobre 2018, les équipes avaient même réussi à habiller, avec habileté, les échafaudages de manière à masquer les travaux.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?