Aménagements La santé à la Croix-Rousse, des projets qui se portent bien

L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse située Grande Rue de la Croix-Rousse va être réaménagée.  Photo Progrès /Aline DURET
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse située Grande Rue de la Croix-Rousse va être réaménagée.  Photo Progrès /Aline DURET
Relocalisation du service des maladies infectieuses dans un nouveau bâtiment situé rue Hénon.  Photo Progrès /Aline DURET
Relocalisation du service des maladies infectieuses dans un nouveau bâtiment situé rue Hénon.  Photo Progrès /Aline DURET
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse située Grande Rue de la Croix-Rousse va être réaménagée.  Photo Progrès /Aline DURET Relocalisation du service des maladies infectieuses dans un nouveau bâtiment situé rue Hénon.  Photo Progrès /Aline DURET

Il y a sur le plateau Croix-Roussien, et comme ont pu le constater les nombreux participants venus assister à une réunion publique sur ce thème mercredi 12 juin, beaucoup d’initiatives en matière de santé. Petit tour d’horizon.

Des médecins généralistes qui partent à la retraite au même moment et parallèlement une population qui augmente… Il n’en faut pas davantage pour que la Croix-Rousse, à l’image de bien des communes françaises, connaissent des difficultés dans ce domaine. Le constat est somme toute « assez banal », souligne David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, mais aussi maire du 4e arrondissement, qui met aussitôt l’accent sur une situation paradoxale. « Le ratio qui nous concerne montre qu’il a un médecin généraliste pour 1 380 habitants, ce qui nous place à la dernière position », constate l’élu qui se refuse à parler tout de même de « désert médical ». Mais à côté de cela, dit-il, il y a sur le plateau croix-roussien, beaucoup d’initiatives engagées dans le domaine de la santé.

À l’hôpital de la Croix-Rousse : des projets “intégrés” à la vie du quartier

L’établissement édifié au XIXe  siècle sur un large périmètre allant de la rue Hénon à la montée de la Boucle via la Grande Rue de la Croix-Rousse n’en a pas fini avec les travaux. Les engins de chantier ont investi l’angle de la rue Hénon et de la rue de Cuire afin de relocaliser le service des maladies infectieuses dans un nouveau bâtiment. La livraison est prévue en mai 2020. Une autre échéance, « très attendue », note Jean-Claude Teoli, directeur de l’hôpital, est « l’ouverture des urgences la nuit à partir du mois de novembre. Ce qui implique, ajoute-t-il la création de lits supplémentaires ».

Toujours au chapitre des projets, l’établissement qui a enregistré 40 000 hospitalisations en 2018, s’apprête à agrandir la maternité. Ou plutôt « l’énorme maternité » précise le directeur, qui prend en charge 4 200 accouchements, mais qui en refuse plus de 1 000 chaque année, faute de place. Et c’est bien pour les accueillir qu’il est question de lancer à l’horizon 2023 une extension et de rénover l’unité néonatalité.

Les habitants et riverains de l’hôpital verront aussi quelques changements à proximité de l’entrée située Grande Rue de la Croix-Rousse à hauteur de la place Joannès-Ambre. La direction qui souhaite réaménager cet accès, entend réaliser aussi, sur une emprise occupée actuellement par du stationnement, une maison d’accueil entre 2021 et 2022.

Bientôt une maison de santé rue de Nuits

Adjoint au maire du 4e en charge de l’Urbanisme, Jean Truc a par ailleurs annoncé l’installation dans quelques mois d’un cabinet médical, une maison de santé à l’initiative de quatre jeunes médecins.

«Ils sont venus nous interroger, désirant s’implanter à la Croix-Rousse et travailler en commun. La solution a été trouvée assez rapidement et la maison qui abritera six cabinets en tout ouvrira à l’angle des rues de Nuits et Dumont-d’Urville» a-t-il ajouté. «Il s’agit d’améliorer l’accès aux soins pour tous, précise Philippe Guétat, au nom de l’Agence Régionale de Santé et d’aborder la question des consultations non programmées. On va les développer pour répondre à des demandes qui atterrissent à l’hôpital de la Croix-Rousse».

Un autre projet de toute autre ampleur devrait voir le jour plus à l’Ouest, dans un secteur proche de la place Flammarion. Médicina, c’est le nom de cette initiative privée. L’idée que devait développer Pierre Néron-Bancel, au nom de Médicina, est de regrouper un certain nombre de professionnels médicaux et paramédicaux dans un même bâtiment. L’objectif ? Pouvoir disposer de services mutualisés, y compris un outil numérique commun.

« Nous, on apporte une logistique », explique l’intervenant qui évoque une première réalisation dans le secteur de Rockefeller et qui va abriter une centaine de professionnels de santé. « À la Croix-Rousse, précise Jean Truc, c’est au Nord des tours Pernon de la rue Hénon que le bâtiment haut de 3 ou 4 étages devrait voir le jour ».

«Des financements pharaoniques?»

Au-delà du problème des médecins qui prennent leur retraite et de tous ceux qui ne prennent pas de nouveaux patients, la question soulevée par certains habitants dans l’assistance concernait le financement de tous ces projets « qui semblent pharaoniques ».

La Métropole de Lyon intervient ponctuellement sur le projet de la rue Roussy, ont répondu les intervenants, projet innovant d’accueil de patients développé par le Conseil local de santé mentale sur le 4e et réalisé par ICF Habitat. L’ARS (Agence régionale de Santé) et l’Assurance Maladie soutiennent les maisons de santé, établissements dans lesquels il n’y a pas de dépassement d’honoraires.

Au sein de l’Hôpital de la Croix-Rousse, les dépenses engagées par les Hospices Civils de Lyon «sont conséquentes mais contrôlées».

A. DU.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?