Mobilité Trottinettes sur les trottoirs : les premiers PV tombent

Un conducteur de trottinette contrôlé car il portait des écouteurs.  Photo Progrès /Joël PHILIPPON
Un conducteur de trottinette contrôlé car il portait des écouteurs. Photo Progrès /Joël PHILIPPON

L’accident mortel de trottinette électrique survenu lundi à Paris pose de nouveau la question de la sécurité de ce mode de transport en ville. Jeudi, à Lyon, la Direction de la sécurité publique a réalisé une opération de contrôle visant ces engins.

Il n’a roulé que quelques mètres sur le trottoir, avant d’être contrôlé par la police. Il venait d’enfreindre l’arrêté du maire de Lyon qui, depuis mai, interdit la circulation des trottinettes électriques sur les trottoirs de la ville. « Je n’étais pas au courant, je prends une trottinette pour économiser le métro, c’est raté ! », constate le jeune homme, qui devra s’acquitter d’une amende maximale de 38 euros. Insuffisant, selon un passant qui interpelle un policier en annonçant son intention « d’écrire au préfet pour qu’il augmente les amendes ».

5 000 trottinettes à Lyon

Nouvelle venue dans l’espace public, la trottinette électrique est au centre d’une problématique inédite de sécurité, à laquelle la Direction de la sécurité publique du Rhône a répondu ce jeudi par un contrôle ciblé, à l’angle du cours Gambetta et de l’avenue Félix-Faure à Lyon. « Cinq mille trottinettes circulent au quotidien à Lyon, explique la commissaire Mathilde Bourgoin qui dirige l’opération, et il y a un flou juridique ». Il devrait être dissipé en septembre, avec un décret qui assujettira les utilisateurs de ces engins aux règles du Code la route. Circuler sur un trottoir ou avec des écouteurs coûtera alors 135 euros.

Ce jeudi, les policiers ont donc fait de la prévention auprès des conducteurs de trottinettes qui circulaient avec des écouteurs ou casques, en rappelant les dangers de cette pratique.

Pour les cyclistes, qui doivent respecter le Code de la route, plus de prévention, mais des sanctions. La vingtaine de policiers nationaux et municipaux mobilisés sur l’opération a procédé à plusieurs verbalisations.

Christine MÉRIGOT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?