Théâtre Venez vibrer avec Miss Vibration !

Miss Vibration, formidable pièce sur la vie rurale.  Photo Progrès /DR
Miss Vibration, formidable pièce sur la vie rurale. Photo Progrès /DR

A l’affiche des Clochards Célestes sur les pentes de la Croix-Rousse (Lyon 1er), Miss Vibration nous confronte à la vie rurale au milieu des années 1990. Avec une justesse saisissante.

Les héros de Miss Vibration , pièce écrite et mise en scène par Steven Fafournoux, n’ont rien d’héroïques. Sans être exceptionnelle, leur vie est dure. Ce sont des paysans, dans la Loire. Les jeunes rêvent « d’aller à la ville », les plus anciens savent « que l’on naît ici et que l’on meurt ici ». Très peu y échappent. Certes la nature sent bon l’herbe fraîche. Mais il faut se lever à l’aube pour la traite des vaches. Si l’on sait quand on commence (bien trop tôt), on ne sait jamais quand on finit… Il reste la boîte du coin, le samedi soir comme seule distraction, avec les DJ à coupe mulet. Surtout quand s’y déroule l’élection de Miss Vibration, même si tout est joué d’avance.

L’une des prétendantes au titre convoité prend longuement la parole, elle nous explique pourquoi ce concours est son rêve. Le succès lui permettrait enfin « d’aller à la ville ». Elle n’ose y croire. On découvre aussi sa mère, spécialiste émérite du lard aux choux (elle cuisine en direct avec son tablier à fleurs).

Et puis celui qui l’aime sans retour, le surnommé Gasoil, le garçon de la ferme d’à côté. Qui l’emmène partout sur sa vieille mobylette.

Une équipe formidable

Par ce trio de personnages (proches cousins des Deschiens de la série télévisée), on découvre la réalité de la vie dans une campagne française au milieu des années 90. On est saisis par leur humanité rude, leur bon sens mais aussi l’humour qui les tient debout.

Leur avenir limité aux champs et aux vaches. Ils nous serrent le cœur. S’appuyant sur une formidable équipe d’acteurs, Steven Fafournoux a su trouver, aussi bien dans l’écriture que dans la mise en scène, les détails qui sonnent juste.

Miss Vibration , jusqu’au 16 juin, tous les jours à 19 h 30, sauf samedi et dimanche à 16 h 30, relâche le mardi. Tarifs de 7 à 12 €, Théâtre des Clochards Célestes. 51, rue des Tables Claudiennes, Lyon 1er. Tél. 04.78.28.35.19. www.clochardscelestes.com

Nicolas Blondeau

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?