MOBILITE Trottinettes: hausse exponentielle des accidents en ville

Les médecins du Centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc alertent sur la dangerosité des trottinettes électriques. Photo Le Progrès /Maxime JEGAT
Les médecins du Centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc alertent sur la dangerosité des trottinettes électriques. Photo Le Progrès /Maxime JEGAT

Avec la multiplication de l’offre de trottinettes électriques en libre-service, le nombre d’accident explose à Lyon, comme le constatent les médecins du Centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc et, dans une moindre mesure, ceux du Médipôle, à Villeurbanne.

La multiplication de l’offre de trottinettes électriques s’accompagne, à Lyon comme dans d’autres grandes villes, d’une forte hausse des accidents. Difficile d’avoir des chiffres précis car la Sécurité routière n’isole pas ces accidents en tant que tels, indique la préfecture du Rhône. Du côté des services d’urgences, la situation est hétérogène. Selon les Hospices civils de Lyon, « il n’y a pas de phénomène » alors qu’au Médipôle et surtout au Centre Hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc (CHSJSL), les médecins constatent bien une hausse des accidents. Au point que ce dernier établissement a publié un communiqué pour alerter le public.

145 accidents entre janvier et mai pris en charge à l'hôpital St Luc-St Joseph

Proche des quais et de l’Université Lyon 2, l’hôpital du centre-ville est en première ligne : il a pris en charge 145 victimes d’accidents de trottinettes entre janvier et mi-mai contre 35 entre mi-septembre et décembre 2018. C’est, aujourd’hui, 12 % du total des accidents de la route pris en charge dans cet hôpital.

« La trottinette semble un objet enfantin, un jouet, mais ce n’est pas un engin anodin. Elle a un moteur électrique, elle peut aller vite », souligne le Dr Philippe Schiele, chirurgien au service de chirurgie orthopédique et traumatologie de cet hôpital, qui a constaté, ces derniers mois, une hausse inhabituelle de traumatismes « à haute énergie », comparable aux accidents de moto, mobylette ou de scooter. Il s’agit de fracture des chevilles, jambes, radius avec des « fracas importants », c’est-à-dire des os éclatés en petits morceaux parce que la victime a avancé ses bras en protection de la chute… Les chirurgiens sont aussi frappés par ces fractures de l’extrémité supérieure du fémur chez tous ces patients jeunes alors que c’est un traumatisme caractéristique de la femme âgée souffrant d’ostéoporose.

Outre les conséquences personnelles et sociétales en termes d’arrêt de travail et d’études, ces blessures peuvent, « comme tout traumatisme, laisser des séquelles douloureuses et des lésions arthrogènes », précise le Dr Schiele. C’est d’ailleurs l’une des craintes de Solène, victime d’un accident de trottinette à Lyon (lire par ailleurs).

Comme cette jeune femme, la plupart des victimes vues au CHSJSL sont des étudiants ou de jeunes actifs : 75 % ont moins de 40 ans. Beaucoup ont eu un comportement imprudent. « Typiquement, l’accident survient dans un contexte festif. C’est le retour de soirée : on a bu, il est trop tard pour les transports en commun, on monte à deux sur la trottinette », détaille Philippe Schiele.

Trois à quatre par jour aux urgences du Médipôle de Villeurbanne

Au Médipôle, les victimes, âgées le plus souvent de 18 à 30 ans, sont davantage des jeunes actifs. « On constate un pic vers 18 heures. Ils sont rentrés chez eux et c’est après-coup qu’ils viennent aux urgences », explique le Dr  Victor Guérand, urgentiste. Sur les 150 passages quotidiens aux urgences, aujourd’hui, trois à quatre sont des accidents de trottinette « contre zéro en janvier », note le Dr  Guérand. Ici aussi, la majorité sont des fractures de chevilles, poignets mais aussi des traumatismes crâniens. Victor Guérand se souvient d’un accident particulièrement grave : une fracture du pancréas due à une chute sur le guidon.

Si la plupart des accidents concernent les utilisateurs eux-mêmes, quelques personnes âgées ont également été admises après avoir été renversées par une trottinette.

La trottinette semble un objet enfantin, un jouet, mais ce n’est pas un engin anodin.

Dr Philippe Schiele

Quelques précautions

➤  Porter des protections : casque, coudières, genouillères, protèges-poignets, gants, etc.

➤ Ne pas avoir consommé de produits pouvant altérer la vigilance : alcool, stupéfiants, certains médicaments.

➤ Ne pas monter à deux sur la trottinette.

➤ Éviter d’utiliser une trottinette quand il pleut car l’engin risque de déraper sur les surfaces lisses et humides (comme une bouche d’égout, les rails du tramway, etc.). Sinon, préférer les modèles avec une roue motrice à l’arrière de la trottinette, moins susceptibles de déraper.

➤ Anticiper le freinage. On ne peut pas freiner brutalement comme sur un vélo. Plusieurs mètres sont nécessaires pour s’arrêter. Mieux vaut privilégier un modèle où le frein est fixé sur la roue arrière.

➤ Ne pas prendre de vitesse pour franchir un obstacle comme un trottoir.

➤ Être attentif à son environnement : les autres usagers n’entendent pas les trottinettes électriques.

Sylvie MONTARON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?