Gastronomie Le restaurant du Château de Saint-Priest haut en saveurs avec Léonie Gauthier

Nouveau restaurant dans le Château de Saint-Priest. Léonie Gauthier, cheffe, Stéphane Alcantara, responsable et Vincent Thomassin, chef pâtissier.  Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Nouveau restaurant dans le Château de Saint-Priest. Léonie Gauthier, cheffe, Stéphane Alcantara, responsable et Vincent Thomassin, chef pâtissier.  Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Photo Progrès /Curtis TRUCHON
Nouveau restaurant dans le Château de Saint-Priest. Léonie Gauthier, cheffe, Stéphane Alcantara, responsable et Vincent Thomassin, chef pâtissier.  Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON Photo Progrès /Curtis TRUCHON

Tout nouveau, le restaurant semi-gastronomique fait entrer dans l’univers gourmand, design et coloré de la cheffe de cuisine, Léonie Gauthier et du chef pâtissier, Vincent Thomassin. À découvrir, sans plus tarder.

Sous une verrière de 215  m², le restaurant du Château de Saint-Priest, ouvert depuis mars, déploie 120 couverts, sans en avoir l’air ! Vous voilà au cœur d’un bâtiment construit au XVe   siècle, classé aux Monuments Historiques, et superbement réhabilité par la municipalité.

Guidés par le produit de saison et la météo

Sous la houlette des associés Sébastien Stouvenot, François Roche et Laurianne Ripe, une signature semi-gastronomique raffinée s’affirme, grâce à la jeune cheffe Léonie Gauthier et son équipe.

Passée par O’Di’Vin à Saint-Bonnet-de-Mure, La Villa par Thierry Marx et divers traiteurs lyonnais, elle impulse un régulier renouveau du menu du jour et du menu-carte : « Le produit de saison et la météo nous guident, et surtout pas de routine, ici ! »

Un menu du déjeuner, à moins de 20  €, c’est plutôt sympa, dans ce cadre inédit

Quant au menu-carte, il constitue le bon plan pour découvrir les mets alliant avec finesse des saveurs et couleurs de la région et d’ailleurs. Aux bases classiques de la cuisine française, la cheffe associe une petite dose de créativité, bien mesurée.

Le fait maison s’impose par exemple, avec la terrine de foie gras marbrée d’un craquelin de fruits secs, sirop de vin chaud, et la quenelle de volaille aux escargots, écume de cresson. Les plats sont généreux et goûteux, comme la selle d’agneau en croûte d’herbes, jus corsé et caponata de légumes au citron confit, ou la lotte rôtie piquée au chorizo, sauce vierge et polenta, notre recette du jour (lire par ailleurs). Il y a aussi toujours un plat végétarien.

Enfin, vraiment exquis, les desserts du chef pâtissier, Vincent Thomassin, au beau parcours : Martinez à Cannes, Montecarlo Bay , Lancaster à Paris et ouverture de pâtisseries en Argentine. Très gourmande et design, la tarte revisitée au chocolat de Madagascar et sa poire en trois façons. Plutôt original et astucieux, le duo de pommes crues et cuites au thé russe, façon feuille à feuille au chocolat noir.

On se voit déjà sur la terrasse face au jardin, qui sera dressée dès le 1er juin, tout en appréciant un verre de champagne ou un cocktail du moment.

Photo Le Progrès/Curtis TRUCHON
Photo Le Progrès/Curtis TRUCHON

Ingrédients (8 pers)

1 queue de lotte, 100 g de chorizo fort et sec.

Polenta  : 500 g de polenta, 2  litres d’eau, 1 litre de crème, sel, poivre.

Huile vierge  : 100 g de chorizo, 1 botte de ciboulette, 200 g d’huile d’olive de bonne qualité, sel, poivre.

Procédé

Lever les filets de lotte. Tailler des tronçons de 160 g. Piquer chaque tronçon avec deux morceaux de chorizo, taillés en bâtonnets. Réaliser cette opération la veille de la cuisson, afin que le goût du chorizo se diffuse.

Cuire la polenta dans deux  litres d’eau bouillante. À mi-cuisson, ajouter la crème et remuer constamment. Assaisonner.

Tailler le chorizo en fine brunoise. Ciseler la ciboulette. Mélanger l’ensemble avec l’huile d’olive et assaisonner.

Rôtir la lotte façon meunière, avec la farine et le sel.

Pour le dressage, déposer un cercle de polenta au centre de l’assiette. Sur le côté gauche de la polenta, déposer deux  tranches de lotte rôtie. Verser une cuillère d’huile vierge sur le tour de la polenta. Terminer avec un peu de fleur de sel.

Vin conseillé

Graves du Château Piaut Simon ou côtes-du-roussillon Héritage. Domaine du Château de Corneilla.

Restaurant du château de Saint-Priest 2, rue de l’Égalité à Saint-Priest. Tél. 04.87.65.06.02. Déj  : lundi au dimanche. Soir  : vendredi et samedi .

Midi (semaine) : formule (entrée-plat ou plat-dessert) : 16 € et menu 19  €.

Midi et soir , menu-carte à 26  € (entrée-plat ou plat-dessert), 34  € (entrée-plat-fromage ou dessert) et 39  € (entrée-plat-fromage-dessert). Bouteilles à partir de 19  €. Verres de vin de 6 à 9  €.

En terrasse, carte de boissons servie, vendredi et samedi de 9  h  30 à 23  h  30, et les autres jours, jusqu’à 18  heures. Parking à proximité.

Christel REYNAUD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?