TRANSPORTS Villeurbanne: ligne T6, ils veulent que le tram file droit jusqu’à La Doua

En bleu le tracé retenu (pour l’heure ?) par le Sytral ; en vert l’itinéraire préconisé par l’association « Déplacements citoyens ». Ce prolongement du T6 est annoncé à l’horizon 2024-2025. Photo Progrès /DR
En bleu le tracé retenu (pour l’heure ?) par le Sytral ; en vert l’itinéraire préconisé par l’association « Déplacements citoyens ». Ce prolongement du T6 est annoncé à l’horizon 2024-2025. Photo Progrès /DR

Lors de son assemblée générale, l’association « Déplacements citoyens » a réitéré son opposition au passage du T6 sur l’avenue Barbusse à Villeurbanne. Et présenté un tracé alternatif rectiligne entre Grandclément et la Doua, qui emprunte, au niveau du centre-ville, des rues à la lisière des Gratte-Ciel.

Jean Murard. Photo Le Progrès/Herve PUPIER
Jean Murard. Photo Le Progrès/Herve PUPIER

« Il faut vous donner les moyens de faire bouger les lignes », lance, jeudi soir, à l’assistance, Jean Murard en guise de conclusion à l’assemblée générale de « Déplacements citoyens ». En l’occurrence, le président de la petite association indépendante évoque la future ligne de tramway T6 et la nécessité, partagée par les cinquante à soixante participants, d’obtenir que le Sytral revoie sa copie concernant le tracé nord. Appelée à entrer en service à la fin de cette année entre Debourg (Gerland) et Hôpitaux Est (Lyon/Bron), cette nouvelle ligne doit en effet, dans un second temps, rejoindre La Doua à l’horizon 2024-2025. Le projet donne lieu à une première phase de concertation jusqu’à mi-juin avec notamment deux réunions publiques (1).

« Préserver l’avenue Barbusse, un espace festif capital pour la ville »

Le principal reproche adressé à ce prolongement de 5,5 kilomètres, situé dans sa quasi-totalité sur le territoire villeurbannais, porte sur l’absence d’alternative au passage du tram avenue Henri-Barbusse , principale artère commerçante de la commune. Or pour Jean Murard, il est inconcevable que cette option soutenue par le maire Jean-Paul Bret (PS) , prévale. « L’avenue Barbusse, considère-t-il, c’est un espace festif capital pour la ville. Bouleverser ce lieu convivial serait une erreur majeure. »

Après avoir planché sur la question depuis deux ans, l’équipe de « Déplacements citoyens », convaincue de l’intérêt de « cette première grande ligne de rocade de l’agglomération (Gerland/La Doua) », plaide pour un itinéraire un peu plus à l’est du centre, à la lisière des Gratte-Ciel, via la rue du Dr Rollet et l’avenue du Commandant Lherminier.

Mais Jean Murard se garde de parer ce tracé de toutes les vertus. « Au regard de la configuration des rues de Villeurbanne, il n’existe pas de solution idéale, souligne-t-il. Le point noir de notre proposition se situe sur l’étroite rue des Bienvenus (12 m de large sur 800 m avec quelques dizaines d’expropriations à la clé, selon J.P. Bret N.D.L.R.). L’implantation de deux voies de tram y apparaît difficile mais possible. Mais le trajet retenu (pour l’heure ?) par le Sytral comporte aussi un obstacle de taille avec un passage sur deux cents mètres par la petite rue Billon (10 m de large). » Et d’expliquer pourquoi, selon lui, l’hypothèse défendue par l’association est la meilleure : « Notre tracé très rectiligne comporte une dizaine de virages en moins par rapport à celui du Sytral, ce qui induit un gain de temps (15 minutes plutôt que 20 minutes pour les 5,5 km), une usure moindre du matériel (rails, freins…), davantage de sécurité et de confort pour les voyageurs. » Sans oublier de marteler : « Il préserve l’avenue Barbusse, les Champs-Élysées villeurbannais. »

> NOTE

(1) La première réunion s’est tenue le 9 mai, la seconde est fixée au 29 mai à 19 h, 36, rue Maurice-Flandin à Lyon

Les riverains de la rue Billon sur des charbons ardents

La petite rue Billon, entre le parc du centre et le  site ACI, filiale de Renault, qui doit déménager en 2020 Herve PUPIER
La petite rue Billon, entre le parc du centre et le site ACI, filiale de Renault, qui doit déménager en 2020 Herve PUPIER

Les riverains de la rue Billon présents, jeudi soir au Palais du Travail, à l’occasion de l’A.G. de « Déplacements citoyens », étaient venus exprimer leur désarroi. « La perspective de voir passer, toutes les cinq minutes, un tram bruyant sous nos fenêtres a de quoi nous alarmer », a ainsi lâché une femme quand son voisin affichait sa stupéfaction : « Lorsque j’ai acheté ma maison il y a trois ans, rien ne m’a été annoncé. Comment peut-on envisager un tel projet dans une rue aussi étroite et dans une zone pavillonnaire ? » Bien sûr, ces habitants angoissés sont prêts à soutenir tous les tracés alternatifs présentés…

À cet égard, un Villeurbannais, reconnaissant n’être impacté par aucun des itinéraires possibles, a souligné : « Si finalement, la rue Billon était abandonnée au profit des rues Dr Rollet et des Bienvenus, d’autres Villeurbannais seraient pénalisés et expropriés. C’est toute la question de l’intérêt général qui prime sur les intérêts particuliers. »

Le représentant de l’association « L’Agora pour Villeurbanne », très mobilisée par ce dossier, a renchéri : « Quel que soit le tracé retenu, il y aura des personnes qui vont subir des désagréments. C’est inévitable. » Avant de rappeler : « Notre position est la suivante : pas de tram sur Barbusse et pas de terminus provisoire (qui dure) du côté des Gratte-Ciel. Le T6 doit arriver à La Doua tout de suite, sachant que le savoir-faire des techniciens du Sytral n’est pas en cause, ils répondent aux commandes des décideurs politiques. »

H.P.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?