Rhône Lyon: un apéritif au petit goût de cerise, il fallait y penser, deux Lyonnais l'ont fait

Romain Chambe et Franceska Gadjova lancent l’Apéritif de Lyon : une gamme de cinq assortiments, à base de cerises. Photo Le Progrès/ DR
Romain Chambe et Franceska Gadjova lancent l’Apéritif de Lyon : une gamme de cinq assortiments, à base de cerises. Photo Le Progrès/ DR
Photo Le Progrès / DR
Photo Le Progrès / DR
Romain Chambe et Franceska Gadjova lancent l’Apéritif de Lyon : une gamme de cinq assortiments, à base de cerises. Photo Le Progrès/ DR Photo Le Progrès / DR

Afin de sauver l’exploitation familiale basée dans les Monts du Lyonnais, deux Lyonnais lancent L’Apéritif de Lyon, une gamme d’apéritifs à base de cerises.

Quenelle, saucisson brioché, cervelle de canut, mais également tarte à la praline ou encore bugnes… Lyon regorge de spécialités culinaires toutes meilleures les unes que les autres, le tout agrémenté évidemment de beaujolais ou de côtes-du-Rhône.

Et si la rosette, le Jésus ou les grattons complètent la liste, il manquait pourtant une boisson qui pouvait faire office d’apéritif. Deux Lyonnais viennent de répondre à cet oubli, en créant une gamme complète qu’ils ont officiellement appelée L’Apéritif de Lyon. Explications.

Photo Le Progrès /DR
Photo Le Progrès /DR

L’exploitation familiale à l’abandon

À l’origine, le Lyonnais Romain Chambe, qui vient chaque été durant des années, ramasser les cerises chez Paul, son grand-père, à Chevinay. Des souvenirs magiques…

Au sein de l’exploitation, on trouve majoritairement des burlats et des Hedelfingen, ramassées sur des gros arbres. Mais la donne a changé depuis une dizaine d’années : les grossistes veulent "calibrer", des drupes à la forme parfaite. Les fruits des Chambe ne correspondent plus aux critères et peu à peu, les vergers sont laissés à l’abandon en 2010.

Une situation insupportable pour le jeune homme, qui se promet de trouver une solution pour ne pas voir disparaître le patrimoine familial. Étudiant à Lyon, puis manager d’un cinéma, il cherche un moyen de valoriser ces cerises goûtues et s’intéresse à la transformation de cette matière première en alcool. Dès 2012, il se lance dans des tests en tous genres afin de trouver comment utiliser au mieux ces fruits.

Photo Le Progrès / DR
Photo Le Progrès / DR

Crème et liqueur… avant l’apéritif

Réserviste militaire, il rencontre lors d’une formation Franceska Gajdova. La jeune parisienne, emballée par les valeurs du projet, le rejoint dans l’aventure en juin 2016. Tous deux découvrent les spécificités du métier de liquoriste et lancent une liqueur et une crème de cerise, riches en fruits.

Ils créent la société Chamblance et produisent, la même année, 3 000 bouteilles. Avec cet essai, le jeune couple teste le marché, le présentant lors des foires et multipliant les dégustations. Rapidement, leurs produits connaissent le succès, notamment auprès des restaurants et des hôtels. Mais c’est autour d’un apéritif que les demandes sont nombreuses…

Lauréats du réseau Entreprendre

Tout se déclenche en avril 2018, où ils deviennent lauréats du réseau entreprendre. Ils décident d’acquérir une grosse bâtisse viticole à L’Arbresle afin de multiplier par dix leur production. Dès le mois de mai, plus d’une quarantaine de cuves sont prêtes à accueillir les nouvelles cerises… et le nouveau projet : une gamme d’apéritif à 14,9° en cinq déclinaisons, à base de cerises et d’extraits de plantes, sortie en avril dernier.

Accompagnés sur le lancement de cette gamme par Damien Thérond et Thibaud Moro, deux étudiants de l’ESSCA Lyon, Romain Chambe et Franceska s’apprêtent déjà à débuter la cueillette de leurs fruits qui commencent à rougir.

Les cerises comme complément du raisin dans les verres des tables Lyonnaises ? Le jeune couple y compte bien, se tournant d’abord vers la capitale des Gaules mais lorgnant évidemment vers l’international…

Domaine et distillerie Chamblance. Mail : contact@chamblance.fr

Une gamme de cinq apéritifs

Photo Le Progrès /DR
Photo Le Progrès /DR

Dès le départ, Chamblance n’a pas lancé un, ni deux mais une gamme complète de cinq apéritifs. « Nous travaillons des assemblages de cerises différents. Les goûts ne sont pas les mêmes et nous avons opté pour plusieurs tonalités, en associant des plantes aromatiques. Plutôt que de choisir, nous avons préféré les proposer toutes… » explique Franceska. Et ils ont bien fait ! Deux d’entre eux ont été médaillés au concours international de Lyon…

1- L’original, dont la recette équilibrée reste centrée sur le fruit.

2- Le délicat, aux fines notes de cannelle et de rooibos.

3- Le subtil dans lequel la verveine et la citronnelle apportent une fraîcheur acidulée.

4- Le gourmet, rencontre de la badiane (anis étoilé) et de la finesse du basilic.

5- L’audacieux, où la cardamome et le gingembre apportent du caractère à la cerise.

Les bouteilles sont disponibles dans les magasins Terres lyonnaises, dans l’Intermarché Lyon 3 mais également dans plusieurs centres Leclerc.

Le prix public est de 12 €.

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?