Part-Dieu Le projet d’aménagement de l’Esplanade Mandela est lancé

Sur l’Esplanade Nelson-Mandela, l’enjeu consiste à inventer un nouvel espace.  Photo Progrès/Infographie Marion SAIVE
Sur l’Esplanade Nelson-Mandela, l’enjeu consiste à inventer un nouvel espace.  Photo Progrès/Infographie Marion SAIVE

Une réunion publique d’information s’est tenue en présence de Catherine Panassier, maire du 3e, Guillaume Petit de la SPL Part-Dieu mandatée par la Ville de Lyon et la Métropole pour réfléchir à la transformation de l’Esplanade Nelson-Mandela prévu d’ici à 2024.

Lundi 20 mai, l’amphithéâtre des Archives Départementales a fait salle comble à l’appel d’une concertation qui s’ouvre sur l’agrandissement de l’Esplanade Nelson-Mandela. L’enjeu consiste à inventer un nouvel espace. Le site dévoilé s’étire sur 35 000 m² soit près de quatre hectares. Il forme un triangle bordé à l’Ouest par la rue du Général Mouton-Duvernet, à l’Est par la rue Maurice-Flandin (Nord) et au Sud, la rue Jeanne-Hachette. À l’intérieur se trouve l’esplanade Nelson-Mandela de 1,8 hectare et sa grande étendue de pelouse à ciel ouvert.

« On souhaite un espace très ouvert et libre par rapport aux hauteurs d’immeubles de la Part-Dieu. L’idée consiste à travailler avec vous l’aspect multi-usages toutes générations de ce poumon de la Part-Dieu, sa partie sportive, ses plantations, la biodiversité » a lancé en préambule Catherine Panassier, maire du 3e.

Le cabinet Initial Consultants a déjà travaillé sur l’analyse environnementale. Ses représentants ont présenté au public le site grâce à une collecte d’informations : le périmètre, les emprises, les contraintes dont le T4 et la centrale de production de froid urbain réalisée en sous-terrain rue Mouton-Duvernet, les aménagements Sky 56 où est installée l’entreprise Orange, Equinox, les Archives Départementales, le Fort de Montluc au Sud-Ouest, le parc du Fort au Sud-Est, les usages existants sur l’esplanade Nelson Mandela (jeux de prairie et de détente, skate parc, espace canin), l’analyse de la végétation, des sols, etc.

Ceci avant d’entamer le processus de dialogue et de concertation prévu à partir du 12 juin sous la forme d’ateliers et de micro-chantiers.

Le calendrier

Trois ateliers aux archives départementales
Mercredi 12 juin à 15 h, jeudi 13 juin à 12 h et 18 h 30 participants par atelier associant les riverains, associations, conseils de quartier et comités d’intérêt locaux.

Micro-chantiers
Du vendredi 5 au mercredi 10 juillet

Exposition restitution parcours Mandela
Samedi 14 septembre

Projet d’aménagement
2020 : consultation et études maîtrise d’œuvre

2021 : consultation d’entreprises

2022 : démarrage des travaux

2024 : fin du projet

Coût global estimé
Six millions d’euros hors taxe (études et maîtrise d’œuvre compris)

Crispation autour du projet Fit Arena

Présenté comme un futur complexe privé doté de deux terrains multisports sur 2 200m2 dont 760m2 non couverts à usage privé, avec possibilités d’offres de créneaux publics, le projet Fit Arena devrait se situer à l’arrière du Fort Montluc, soit au Sud-Est du triangle. Un emplacement choisi par un urbaniste de la SPL Part-Dieu en lien avec les ABF, dans la continuité des parkings de la rue Jeanne Hachette et qui a fait réagir l’assistance. D’autant que 17 arbres devront être coupés.

« Nous découvrons cet espace Arena alors que nous avons besoin en urgence d’une espace vert. Or, il faudra patienter jusqu’à 2024 » s’est indigné le représentant du CIL Dauphiné-Savoie.

« L’endroit est mal choisi là » a renchéri le représentant du CDQ Dauphiné Sans-Souci qui mentionne une qualité patrimoniale dégradée à côté du Fort de Montluc classé « On détruit un espace vert pour cet équipement dont la localisation n’est pas adaptée au site, ni aux usages. »

Des propos adoubés par l’association Les Coccinelles de Sans-Souci qui s’inquiète avec la création de ce complexe sportif du futur point de vue en termes de verticalité et de l’éventualité d’un effet caisse de résonance. « Si c’est figé à l’avance et que ce n’est pas discutable, ce ne sera pas de la concertation ! »

Une habitante suggère de le déplacer au Nord du périmètre « Là où les supporters de l’OL font la queue pour prendre le tramway direction Décines. »

« Le projet Fit Arena est encore au stade d’étude. On revoit bientôt les porteurs de ce projet et on reviendra vers vous » a promis Catherine Panassier qui engage les habitants à venir nombreux aux ateliers de concertation.

Fermeture ou pas de l’Esplanade ?

Un sujet sensible pour les riverains de cette Esplanade qui abrite régulièrement des campements sauvages. Fermeture complète, en partie ou pas du tout ? Tel est l’un des enjeux majeurs de cette concertation. Une fermeture de l’espace correspondrait à 1,5 km de clôture. Ce lundi, la majorité de l’assistance ne souhaitait pas une « nouvelle prison ».

« Vu les usages constatés, c’est un problème de politique publique. Comment on maîtrise cet espace pour qu’il ne soit pas une nuisance pour les riverains » a souligné Pierre Bérat, conseiller Les Républicains du 3e. Un riverain s’est ému : « Le parc doit rester accessible aux jeunes qui ne partent pas l’été. Je suis étonné que l’on soit capable de faire respecter le stationnement en ville et pas du tout l’implantation de tentes sauvages ! »

Quid du périmètre ?

« Vous avez l’air de dire que l’on est à la Part-Dieu. Mais on se trouve sur le secteur Dauphiné Sans Souci où la Part-Dieu gagne du terrain » a rappelé Pierre Bérat « On n’aura pas les mêmes résultats si on est dans un lieu de quartier. » Un particulier s’est dit surpris par les périmètres tracés selon lui « trop restreints ». « On crée un lieu où il y a peu de logements et beaucoup de travailleurs. La réalité est contraire. Avec un biais d’étude, on arrivera à un biais de résultats. »

La concertation a déjà commencé.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?