Street-art Un peu de gaîté et d’humanité sous l’autopont des Confluences

Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Kid Kreal explique : " Ici, nous réécrivons la mythologie de l’océan indien en portant un regard sur l'anthropologie, l'histoire malgache. Un peu comme ce que propose le musée".  210 heures de travail effectuées de jour comme de nuit ont été nécessaire aux deux artistes. Des amis qui se souviendront des 1000 m² peints, du super retour des passants mais aussi du froid et de la pluie. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Kid Kreal explique : " Ici, nous réécrivons la mythologie de l’océan indien en portant un regard sur l'anthropologie, l'histoire malgache. Un peu comme ce que propose le musée". 210 heures de travail effectuées de jour comme de nuit ont été nécessaire aux deux artistes. Des amis qui se souviendront des 1000 m² peints, du super retour des passants mais aussi du froid et de la pluie. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Côté Ouest où le soleil se couche, signe de la vie ordinaire. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Côté Ouest où le soleil se couche, signe de la vie ordinaire. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Côté Nord synonyme de la lumière. Une partie très conséquente et très lumineuse sur laquelle les deux artistes ont achevé leur travail.  Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Côté Nord synonyme de la lumière. Une partie très conséquente et très lumineuse sur laquelle les deux artistes ont achevé leur travail. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Vingt piliers de soutènement ont aussi été décorés.  Une peinture qui apporte un peu d'humanité et de gaieté dans un lieu dédié aux véhicules. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Vingt piliers de soutènement ont aussi été décorés. Une peinture qui apporte un peu d'humanité et de gaieté dans un lieu dédié aux véhicules. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
La Métropole ayant récupéré l'abri à peintures, les deux compères qui, après le conservatoire de la Réunion travaillent ensemble depuis 11 ans, rapatrient une partie du matériel vers le musée des Confluences. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
La Métropole ayant récupéré l'abri à peintures, les deux compères qui, après le conservatoire de la Réunion travaillent ensemble depuis 11 ans, rapatrient une partie du matériel vers le musée des Confluences. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Une immense fresque dont l'esquisse a d'abord été projetée sur les murs afin de gagner du temps et de respecter les délais imposés. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Une immense fresque dont l'esquisse a d'abord été projetée sur les murs afin de gagner du temps et de respecter les délais imposés. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Côté sud, proche du musée, symbole de la matière. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Côté sud, proche du musée, symbole de la matière. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Les artistes ont divisé l'autopont en 4 parties correspondant aux 4 directions symboliques de la culture malgache. Ici, le côté Est où le soleil se lève, côté sacré qui représente les ancêtres.  Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Les artistes ont divisé l'autopont en 4 parties correspondant aux 4 directions symboliques de la culture malgache. Ici, le côté Est où le soleil se lève, côté sacré qui représente les ancêtres. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Les peintures à l'eau achevées, Kid Kreal trace les bordures. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Les peintures à l'eau achevées, Kid Kreal trace les bordures. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL
Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Kid Kreal explique : " Ici, nous réécrivons la mythologie de l’océan indien en portant un regard sur l'anthropologie, l'histoire malgache. Un peu comme ce que propose le musée".  210 heures de travail effectuées de jour comme de nuit ont été nécessaire aux deux artistes. Des amis qui se souviendront des 1000 m² peints, du super retour des passants mais aussi du froid et de la pluie. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Côté Ouest où le soleil se couche, signe de la vie ordinaire. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Côté Nord synonyme de la lumière. Une partie très conséquente et très lumineuse sur laquelle les deux artistes ont achevé leur travail.  Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Vingt piliers de soutènement ont aussi été décorés.  Une peinture qui apporte un peu d'humanité et de gaieté dans un lieu dédié aux véhicules. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL La Métropole ayant récupéré l'abri à peintures, les deux compères qui, après le conservatoire de la Réunion travaillent ensemble depuis 11 ans, rapatrient une partie du matériel vers le musée des Confluences. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Une immense fresque dont l'esquisse a d'abord été projetée sur les murs afin de gagner du temps et de respecter les délais imposés. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Côté sud, proche du musée, symbole de la matière. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Les artistes ont divisé l'autopont en 4 parties correspondant aux 4 directions symboliques de la culture malgache. Ici, le côté Est où le soleil se lève, côté sacré qui représente les ancêtres.  Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL Les peintures à l'eau achevées, Kid Kreal trace les bordures. Photo Progrès /Jean-Alain GARAVEL

Depuis plusieurs jours, l’autopont des Confluences prend vie sous le rouleau des street artistes, Kid Kréol et Boogie. À l’invitation du musée des Confluences et de la Métropole, ces deux peintres de La Réunion se sont installés quai Perrache avec leurs échafaudages pour réaliser une fresque géante de 100 mètres de long sur les piles de ce pont tout gris. 

210 heures de travail effectuées de jour comme de nuit auront été nécessaires pour peaufiner cette œuvre magistrale qui s’étale sur 1500 m² : « Nous réécrivons la mythologie de l’océan indien en portant un regard sur l’anthropologie et l’histoire malgache. Un peu comme ce que propose le musée des Confluences », expliquent les artistes qui travaillent ensemble depuis onze ans.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?