Urbanisme Bientôt du nouveau pour l’Arena de l’Asvel à Villeurbanne ?

Le projet de salle multifonction de l’Asvel sur le site du stade Georges-Lyvet dans le quartier de Cusset.  Photo Progrès /Illustration architectures
Le projet de salle multifonction de l’Asvel sur le site du stade Georges-Lyvet dans le quartier de Cusset.  Photo Progrès /Illustration architectures

Le lundi 13 mai, la Métropole votera le nouveau Plan local de l’urbanisme (PLU) du Grand Lyon. À l’issue, le constructeur de la salle multifonction ambitionnée par l’Asvel pourra déposer le permis de construire et la ville le signer. Reste qu’un certain nombre d’incertitudes n’ont toujours pas été levées…

L’heure approche pour DCB construction, le promoteur de l’Arena de l’Asvel. C’est le lundi 13 mai que le Plan local de l’urbanisme (PLU) de la Métropole doit être voté. Une fois ce document d’urbanisme validé, l’entreprise pourra déposer le permis de construire pour voir enfin la grande salle multifonction de l’Asvel se réaliser. Elle doit permettre au club de jouer les matches de l’Euroligue de basket. Une date à l’été 2019 a toujours été avancée. Reste à savoir quand la société le fera, d’autant qu’un certain nombre d’incertitudes pèsent sur le projet depuis l’annonce par l’OL de la réalisation à proximité du Groupama stadium de sa propre salle.

Il y a également les problèmes de financement du projet. Ce que le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret (PS) confirme encore. Ces incertitudes ne sont dans tous les cas pas levées pour l’instant. Nous avons tenté d’en savoir plus auprès de DCB construction qui avait dit en fin d’année vouloir déposer le permis dès que possible. Mais contactée, la société n’a pas souhaité donner suite à nos appels.

En attendant, une fois que le permis sera déposé, la mairie le signera comme convenu. Il faudra ensuite purger les recours éventuels. Ce qui prendra au mieux quelques mois si personne n’enclenche une procédure au tribunal pour empêcher la réalisation de la salle.

Un projet qui n’est pas encore figé

Vu le contexte, la seule possibilité pourrait venir des riverains opposés à la construction de l’Arena juste devant leurs fenêtres dans le quartier de Cusset. Les seules récriminations sont venues de ces habitants. Mais pour l’instant, aucun d’eux n’a menacé de s’engager dans une telle procédure.

Dans tous les cas, Jean-Paul Bret rappelle que le projet n’est pas figé jusqu’à cette étape : une phase de concertation réglementaire sera ouverte. Les riverains pourront alors s’exprimer afin de modeler plus précisément les contours du projet à propos de la question des accès, du trafic et des nuisances des supporters. Le maire qui juge le stade de Cusset comme le meilleur endroit de l’agglomération pour accueillir l’Arena, l’a promis et l’a d’ailleurs redit lors de la dernière assemblée générale du conseil de quartier de Cusset.

Le constructeur qui devra avoir bouclé son tour de table et le financement, pourra alors commencer les travaux. La date de 2020 a été annoncée, et celle de 2022 est toujours ambitionnée pour la livraison de la salle dont l’exploitation sera assurée par la société Legends, information communiquée mi-mars par la ville.

Un projet à 60 millions d’euros

Le projet de salle multifonction de l’Asvel sur le site du stade Lyvet à Cusset est un programme évalué à environ 60 M€. L’ambition est de construire une salle de 10 000 places assises et de 12 000 debout.

L’Asvel continuera de jouer ses matches de championnat à l’Astroballe. Elle jouera ses matches d’Euroligue dans l’Arena. Pour se faire, son budget devra passer de 9 à 10 M€.

Le maire toujours vigilant

Jean-Paul Bret, maire PS de Villeurbanne.  Photo Progrès   /Maxime JEGAT
Jean-Paul Bret, maire PS de Villeurbanne.  Photo Progrès /Maxime JEGAT

Jean-Paul Bret se veut vigilant. Interrogé par divers médias au sujet de l’Arena, il rappelle et confirme ce qu’il nous avait déjà confié il y a quelques semaines. « Si l’Asvel met son avenir sinon dans les mains d’Aulas mais au moins d’une grande complémentarité, le club mettra en péril le projet qu’il avait retenu en devenant une sorte d’OL Basket. « C’est à ce moment-là, un avenir qui ne s’inscrit plus dans l’histoire du club » a-t-il répondu à Rue-89 Lyon, repris par le site Basket Europe. Il demande à l’Asvel de sortir de l’incertitude dans laquelle elle a plongé le dossier depuis la fin de l’année et l’annonce par l’OL de la construction d’une grande salle multifonction à proximité du Groupama stadium.

À ce sujet, l’Olympique lyonnais est toujours à la recherche du meilleur emplacement autour de son stade. Quatre sont à l’étude à Décines. Tous ont besoin d’une révision du PLU. L’un appartient au club, un autre à la Métropole et les deux autres à des propriétaires privés. Un terrain avait aussi été envisagé à Meyzieu. Mais la Métropole, d’après le maire Christophe Quiniou, refuse de le déclasser. Cette piste serait donc abandonnée. À moins que l’OL ne revienne à la charge.

Concernant l’Asvel, des discussions sont engagées avec l’OL pour une prise de participation minoritaire afin de rapprocher les deux clubs. Une période d’exclusivité a été fixée jusqu’au 30 juin. Le but est d’augmenter le budget de l’Asvel pour son entrée en Euroligue à l’automne. Pas de fusionner les projets de salles en un seul.

Christophe GALLET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?