INSOLITE Un clip promotionnel pour l’OL tourné à Caluire-et-Cuire

Le tournage s’est déroulé de 8 heures à 14 heures mardi 16 avril. La résidence Jean-Désiré-Trait a déjà servi de décor pour un épisode de la série de France 2, Chérif.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU La trentaine de techniciens présents n'ont rien laissé au hasard.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU
Le tournage s’est déroulé de 8 heures à 14 heures mardi 16 avril. La résidence Jean-Désiré-Trait a déjà servi de décor pour un épisode de la série de France 2, Chérif.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU La trentaine de techniciens présents n'ont rien laissé au hasard.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU
De longues attentes de préparation, sous une météo peu clémente, entre deux prises d'une quinzaine de minutes. Photo Progrès /Raphaël MANCEAU
De longues attentes de préparation, sous une météo peu clémente, entre deux prises d'une quinzaine de minutes. Photo Progrès /Raphaël MANCEAU
La trentaine de techniciens présents n'a rien laissé au hasard.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU
La trentaine de techniciens présents n'a rien laissé au hasard. Photo Progrès /Raphaël MANCEAU
Le tournage s’est déroulé de 8 heures à 14 heures mardi 16 avril. La résidence Jean-Désiré-Trait a déjà servi de décor pour un épisode de la série de France 2, Chérif.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU La trentaine de techniciens présents n'ont rien laissé au hasard.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU De longues attentes de préparation, sous une météo peu clémente, entre deux prises d'une quinzaine de minutes. Photo Progrès /Raphaël MANCEAU La trentaine de techniciens présents n'a rien laissé au hasard.  Photo Progrès /Raphaël MANCEAU

Des équipes de tournage ont investi la résidence Jean-Désiré-Trait dans le quartier de Montessuy. Il s’agit d’un clip promotionnel pour la présentation des équipements de l’Olympique Lyonnais, en vue de la saison 2019-2020. Avec la rappeuse Chilla comme guest-star.

Une trentaine de techniciens se sont affairés toute la matinée au pied de la Grande Barre, sous le regard surpris de quelques habitants de passage. Les prises de vues se sont enchaînées à un rythme effréné jusqu’à environ 14 heures.

« On cherchait une ambiance “street” »

Friands de décors urbains pour assurer leur communication, les grands équipementiers n’hésitent pas à mettre en scène la fibre populaire du football. De par sa structure, la résidence est un lieu idéal pour ce genre de tournage. «  On a choisi de venir ici car on cherchait une ambiance “street”, informe Jérémie Chevret, producteur pour la société lyonnaise Plus de Prod. Et il est plus simple de tourner là qu’au fin fond de Vaux-en-Velin. »

« C’est très bien, c’est un super décor pour nous, en film et en photos. C’est un endroit génial », s’enthousiasme également Boris Vassallo, son homologue de l’agence marseillaise HVH, coproductrice du clip.

Lyonnaise d’adoption, la rappeuse Suisse Chilla est la tête d’affiche du projet, qui comprend aussi un danseur du Pokemon Crew. Entourée de figurants et de certaines de ses amies, l’artiste de 24 ans a ainsi dû se plier aux exigences de l’exercice, sous la pluie et dans un froid glacial. « On n’a pas le choix, sourit Jérémie Chevret. On n’a pas de plan de secours. On est en extérieur toute la journée, donc on doit s’adapter. »

Lyon sous tous les angles

Organisé sur trois jours, le tournage a débuté lundi dans l’enceinte du Groupama Stadium, en présence d’une quinzaine de joueurs et joueuses de l’Olympique Lyonnais. « Aujourd’hui, on continue dans la ville avec des endroits déconnectés du stade, annonce le producteur lyonnais. Ce mardi matin, on est ici, et on passe l’après-midi à la Croix-Rousse. Mercredi, on déambule un peu dans toute la ville. Le film met vraiment Lyon en avant, avec des lieux très représentatifs. »

Le film met vraiment Lyon en avant, avec des lieux très représentatifs

Jérémie Chevret, producteur pour la société lyonnaise Plus de Prod

Très cloisonné, afin que le design du nouveau maillot de l’OL ne filtre pas, l’opération ne se fait pas sans certaines obligations.

« Il faut faire attention de ne pas trop le montrer, pour que ce ne soit pas divulgué au public, note Boris Vassallo. Le reste des contraintes fait partie de notre travail, on a l’habitude de gérer ça au quotidien. »

Les marques, au-delà de la rivalité des clubs

Il est de notoriété publique que Lyonnais et Marseillais ne se portent pas dans leur cœur quand il s’agit de football. La rivalité entre les Olympiques est souvent source de tensions, mais le business redistribue les cartes.

 On n’est plus dans la rivalité OL-OM, juste dans la question de la praticité »


« Le tournage est pris en charge par une boîte de production marseillaise, explique Jérémie Chevret. Ils font appel à nous pour tout ce qui est du repérage, de l’organisation et de la logistique. On n’est plus dans la rivalité OL-OM, juste dans la question de la praticité. Quand des gens viennent tourner dans la région, ils ont besoin de trouver une équipe, du matériel, de la logistique, du repérage. Donc ils font appel à des Lyonnais, ce qui leur fait gagner du temps et de l’argent en allant directement à l’essentiel. »

Une collaboration qui satisfait les deux parties. « La marque nous a sollicités pour faire toute la création du contenu, de l’idée originale jusqu’à la postproduction, ajoute Boris Vassallo. Les différents lieux ont été choisis en collaboration avec le réalisateur et la marque, en fonction du script qui a été écrit. On a demandé à une production locale de nous trouver des décors. »

De notre correspondant local, Raphaël MANCEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?