MUSIQUE Les bonnes recettes des 3 Cafés Gourmands

Les 3 cafés Gourmands, Mylène Madrias, Jérémy Pauly et Sébastien Gourseyrol dans les coulisses du Ninkasi de Lyon le 20 mars 2019.  Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Les 3 cafés Gourmands, Mylène Madrias, Jérémy Pauly et Sébastien Gourseyrol dans les coulisses du Ninkasi de Lyon le 20 mars 2019. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD

Le trio corrézien vit son incroyable succès la tête dans les nuages et les pieds sur terre. Et part sur les routes des festivals et des grandes salles françaises… dont celle de Larajasse, dans les Monts du Lyonnais, le 14 avril.

Miley Cyrus, Adele, Taylor Swift… et 3 Cafés Gourmands. « À nos souvenirs » : la chanson du trio vient d’atteindre le score enviable de 100 millions de vues sur Internet, rejoignant ainsi les performances des stars précitées. Des artistes qui disposent d’un marché planétaire, alors que le trio gascon a fait son trou en partant de sa « belle Corrèze charnelle ».

Il y a quelques semaines, début janvier pour être précis, Sébastien était prof de maths, à Limoges, et Jérémy, ingénieur. Seule la chanteuse Mylène courait les cachets, après avoir fait le cours Florent.

D’abord pour les copains

« Mylène et Jérémy se sont rencontrés à la maternelle, ils se connaissent depuis toujours. Et ils ont rencontré Sébastien au collège », rappelle leur heureux éditeur, Jean-Pierre Portier. Le trio a commencé à chanter et à faire des sketches ou des imitations pour les copains, à d’Arnac-Pompadour, leur village de Corrèze. Le groupe s’est ensuite fait un nom dans toute la région Nouvelle Aquitaine. « On a joué partout, dans tous les villages et toutes les situations : des fêtes, des repas de noce ou des podiums de quinzaines commerciales. Jouer pour des gens qui ne sont pas venus pour toi, qui mangent, ou qui discutent, c’est ce qu’il y a de plus difficile. Mais ça apprend à convaincre, à aller chercher le public, et ça nous a beaucoup servis », explique Jérémy.

Notre rencontre avec Mylène Madrias

Aujourd’hui un tourbus, un régisseur et une équipe technique

« Ils ont vite été très pros. Le week-end, ils prenaient leur Renault Espace et leur remorque, et ils faisaient tout, de l’installation de la sono jusqu’à son rangement après le concert. Aujourd’hui, ils ont un tourbus , un régisseur, et une équipe technique », souligne Jean-Pierre Portier.

Parce qu’entre-temps, il y a eu le phénomène « A nos souvenirs ».

La chanson a été écrite dans un train, en allant à un baptême, comme un cadeau de naissance. En trois heures, la chanson était pliée. Un exercice de nostalgie, une ode à la vie, aux racines, à la Corrèze éternelle, qui a touché bien au-delà du département de Chirac et Hollande. Le titre a décollé, le nom du groupe a circulé, et les concerts du trio sont devenus des événements.

Et un phénomène

«  On a vu des gens faire 6 heures de queue pour avoir des tickets pour le concert de Larajasse (le 14 avril prochain), dans les Monts du Lyonnais » se souvient le manager du groupe.

Après quelques dates « intimistes », dont le Ninkasi de Lyon-Gerland, les 3 Cafés Gourmands vont prendre la route des Zéniths. Le premier sera celui de Saint-Étienne. « On a beaucoup travaillé pour ces spectacles, on sera huit sur scène. Pour nous, c’est nouveau. Ça va nous faire plein de premières fois à vivre ! ».

Et si tout ça s’arrêtait ? « On verra bien » soupire Jérémy, « pour l’instant on profite et on essaie d’être bons pour les gens qui viennent aux concerts. Si ça doit s’arrêter un jour, j’aurais toujours mon diplôme d’ingénieur »…

Prochains concerts de 3 Cafés Gourmands : 13 avril à Champagnole (Jura), 14 avril à Larajasse (Rhône), 18 mai à Saint-Etienne (Loire), 28 juin à Ruoms (Ardèche), 12 juillet au Puy-en-Velay (Haute-Loire), 16 juillet à Porcieu (Isère), 22 novembre à Mâcon (Saône-et-Loire) et le 30 novembre à Lyon (Rhône).

Thierry Meissirel

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?