Gastronomie Le Nord, cette brasserie Bocuse qui n’a pas pris une ride

Yvan Charvet, manager et le chef, Brice Clementi.  Photo  DR
Yvan Charvet, manager et le chef, Brice Clementi.  Photo DR

Inauguré en 1907, le Nord a été repris, il y a 25 ans, par Paul Bocuse. Retour sur l’histoire d’une emblématique institution qui a su préserver son âme d’antan.

C’est le Nord… Il n’a pas bougé d’un pouce. Ou si peu. Inauguré en 1907 par Monsieur Perrodin, le Nord s’affiche à l’époque comme un haut lieu de la gastronomie lyonnaise, en particulier fréquenté par des peintres, écrivains et sculpteurs, venant discuter de leur conception de l’art, dans les chaleureux salons.

La première brasserie d’une longue série

En 1942, Louis Rouchy, pionnier en matière de vins, acquiert l’endroit qui devient le fief de nombreux habitués, pour l’ambiance conviviale, les assiettes copieuses et soignées, dignes de grands restaurants. En 1981, Alain Chassonnery, ancien élève de Paul Bocuse, reprend cette brasserie qu’il tient jusqu’en 1994. Puis, Monsieur Paul rachète cette institution, c’est sa première brasserie d’une longue série.

« Depuis lors, l’atmosphère feutrée perdure dans un décor d’antan, avec boiseries et beaux vitraux. Lyonnais et touristes adorent cet authentique univers, hors du temps », confie Yvan Charvet, manager depuis quatre ans, ravi d’accueillir le fils de… Louis Rouchy. « Jean vient chez nous une à deux fois par mois. Il adore les poissons entiers, comme la sole. »

À deux pas de l’hôtel de ville, le Nord est devenu la « cantine » de plusieurs élus et personnels de la mairie. « Lorsque Gérard Collomb était ministre de l’Intérieur, il venait encore plus souvent : le Nord lui manquait ! » Il y a aussi une ancienne commerçante qui, deux fois par semaine, se restaure avec plaisir à la table N°6. « Nous la bichonnons, avec des plats hors carte et de temps à autre, nous lui offrons le repas, c’est tout à fait légitime », confie le manager, au sein d’une équipe d’une vingtaine d’employés.

Sur réservation au 04.72.10.69.69.

C. R.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?