Patrimoine Le grand orgue de Saint-François-de-Sales bientôt restauré

Depuis plusieurs années, le grand orgue de Saint-François présente un état d’usure qui s’aggrave avec le temps. Photo Elena JEUDY-BALLINI/Le Progrès
Depuis plusieurs années, le grand orgue de Saint-François présente un état d’usure qui s’aggrave avec le temps. Photo Elena JEUDY-BALLINI/Le Progrès

Il s’agit d’une première pour cet instrument de renommée internationale, conservé dans son état d’origine. Afin de promouvoir cette intervention, l’association Cavaillé-Coll, à Saint-François, a lancé, mercredi, le premier Festival d’orgue Cavaillé-Coll.

Il s’agit de la première restauration importante pour cet instrument connu des mélomanes du monde entier, classé monument historique en 1977 et considéré comme l’un des éléments les plus remarquables du patrimoine français.

Construit en 1880 par Aristide Cavaillé-Coll et conservé depuis dans son état d’origine, le grand orgue participe activement à la vie musicale : récitals, formation des jeunes organistes, enregistrements de CD, visites, etc.

Mais si cet instrument doté de quelque 2 600 tuyaux tient encore le coup du haut de ses douze mètres, il ne faut pas tenter le diable. « Notre souhait, c’est justement de ne pas attendre que l’orgue s’éteigne, ce qui serait dramatique », explique Franck Vaudray, organiste et président de l’association Cavaillé-Coll à Saint-François.

Il ajoute : « L’état actuel de l’instrument est très préoccupant : fuites de vents, mécanique fatiguée, oxydation de certains tuyaux, usure très importante des éléments en peau de plomb. »

Une enquête pour déterminer son état précis

Un diagnostic confirmé par Paul Cartier, facteur d’orgues : « Son effet sonore est trompeur. Les interventions récentes ont permis de le faire durer pour qu’il reste jouable, mais elles restent insuffisantes. »

Une enquête diligentée par la Ville de Lyon, propriétaire de l’instrument, permettra de déterminer d’ici à six mois son état précis, ainsi que l’ampleur du budget nécessaire à sa restauration.

En attendant, le public peut profiter du grand orgue en musique à l’occasion du premier Festival Cavaillé-Coll, jusqu’au 6 avril. Un événement organisé en partenariat avec la Ville, le Conservatoire national supérieur musique et danse (CNSMD) de Lyon, le Goethe-Institut et l’Orchestre des hospices civils de Lyon.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?