Initiative A la Commune, culture et gastronomie font bon ménage depuis un an

Marie Durand, directrice générale de la Commune compte développer l’activité culturelle. Photo David TAPISSIER/Le Progrès
Marie Durand, directrice générale de la Commune compte développer l’activité culturelle. Photo David TAPISSIER/Le Progrès
Photo Le Progrès/David TAPISSIER
Photo Le Progrès/David TAPISSIER
Photo Le Progrès/David TAPISSIER
Photo Le Progrès/David TAPISSIER
Marie Durand, directrice générale de la Commune compte développer l’activité culturelle. Photo David TAPISSIER/Le Progrès Photo Le Progrès/David TAPISSIER Photo Le Progrès/David TAPISSIER

Créée en mars 2018 au cœur du 7e arrondissement, la Commune souffle ce week-end sa première bougie. L’occasion de faire le point avec sa directrice, Marie Durand, et d’évoquer les ajustements réalisés et les évolutions de ce nouveau lieu culturo-gastronomique, qui a déjà accueilli 350 000 visiteurs.

Un an déjà pour La Commune ! Conçu en plein cœur d’un quartier en profonde mutation, ce lieu hybride, à mi-chemin entre culture et gastronomie, associe économie par son côté incubateur de restaurants et interdisciplinarité. Une année à tester, à tenter et à entreprendre qui permet à la directrice générale, Marie Durand, et à son équipe de donner une identité de plus en plus marquée pour ce lieu.

Gastronomie : poursuivre l’incubation et le turn-over des futurs restaurateurs

À l’origine, l’idée était de proposer des espaces réservés à des futurs restaurateurs souhaitant tester des concepts et pouvant travailler dans une cuisine commune. Ces derniers sont accompagnés par l’équipe de la Commune sur la base d’un bail d’un an, jusqu’à ce qu’ils soient prêts à voler de leurs propres ailes.

Marie Durand : « Aujourd’hui, sur 16 échoppes, nous fonctionnons avec onze concepts différents, qui sortent entre 30 et 50 portions par jour. Afin d’améliorer la fluidité, nous avons installé des bips pour l’attente des plats. Fin avril, deux vont nous quitter et quatre nouveaux vont s’installer. Nous en prolongerons deux jusqu’à septembre mais l’objectif est clair : le turn-over est indispensable pour assurer le renouvellement ».

Réagencer les espaces et réorganiser les espaces dédiés

Le lieu a été pensé avec une mixité d’usage : la salle de conférences, privatisable, pouvait accueillir, si besoin, de la restauration. Les conférences étaient organisées là-bas. Les offres de bien-être pouvaient s’installer à différents endroits. La volonté : permettre la rencontre, l’échange.

Marie Durand : « Nous avons finalement opté pour de l’espace dédié et plus impliquant, sans pour autant limiter les échanges entre les personnes puisque certaines conférences seront proposées dans la salle principale. La salle d’exposition, toujours privatisable, n’accueillera plus de restauration : elle sera consacrée à la culture, pour « nourrir intellectuellement » les visiteurs. Par contre, comme le besoin d’espace pour s’installer et manger est important, nous avons créé des espaces apéro, ouvert la mezzanine à 40 couverts supplémentaires et créé un bar extérieur et une guinguette avec 60 couverts. Enfin, une loge pour le bien-être a été aménagée, proposant enfin une pièce réservée à ces activités ».

Réintroduire la culture comme axe prioritaire

Des échoppes pour manger, un bar et une scène de concert pour se divertir, des expositions et un programme hebdomadaire. L’objectif dans un premier temps était de faire connaître l’endroit, d’attirer du public en proposant un lieu original et différent.

Marie Durand : « Le lieu plaît… même si l’expérience peut dérouter les visiteurs car nous les rendons acteurs ! Nous ne voulons pas être seulement un bar et nous souhaitons lancer une expérience complète. L’objectif, à travers la programmation, c’est de poursuivre cette mixité du public en proposant des thématiques qui questionnent, des sujets de discussions qui interpellent. La Commune, nous le voyons comme un lieu infini pour tout oser… »

> La Commune, rue Pré-Gaudry à Lyon (7e). Site internet : https://lacommune.co/

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?