Urbanisme Au musée urbain Tony-Garnier, les artistes refont les murs

Les artistes de l’atelier oullinois Cité Création refont l’une des fresques du musée urbain Tony-Garnier.  Photo Le Progrès /Aline DURET
Les artistes de l’atelier oullinois Cité Création refont l’une des fresques du musée urbain Tony-Garnier. Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès/Aline DURET
Photo Le Progrès/Aline DURET
Photo Le Progrès/Aline DURET
Photo Le Progrès/Aline DURET
Les artistes de l’atelier oullinois Cité Création refont l’une des fresques du musée urbain Tony-Garnier.  Photo Le Progrès /Aline DURET Photo Le Progrès/Aline DURET Photo Le Progrès/Aline DURET

Créées à la fin des années 1980 sur les façades de l’ensemble de logements sociaux qui longe le boulevard des États-Unis dans le 8e  arrondissement, les fresques du musée urbain Tony-Garnier vont évoluer. Pour s’adapter à l’évolution de la ville.

Les échafaudages sont installés au pied des immeubles de la Cité Tony-Garnier. Marquant le départ d’un volumineux chantier engagé pour au moins une décennie. Propriété de Grand Lyon Habitat, l’ensemble de 1 542 logements sociaux va être réhabilité. Des travaux d’isolation pour l’essentiel, pour lesquels les façades extérieures sont en première ligne, ce qui oblige les aménageurs à revoir aussi l’ensemble des fresques – il y en a 24 – composant le musée urbain Tony-Garnier.

Une nouvelle œuvre créée

On a donc ressorti les pinceaux dans les allées de cette cité HLM, édifiée par l’architecte lyonnais Tony Garnier dans les années trente. Les artistes de l’atelier oullinois Cité Création refont l’un des murs, qui a été préalablement isolé. « Notre intervention est en lien avec la réhabilitation », confirme Lionel Toutain-Rosec, codirecteur associé. Et à terme toutes les fresques seront reprises. Pour celle qu’ils viennent de commencer à hauteur du 3 de la rue des Serpollières, il s’agit d’une création qui recouvre un ancien dessin voué à disparaître. Sur cette page redevenue blanche ils conçoivent une nouvelle œuvre : Tony Garnier à Lyon , dont les contours ont bien entendu été esquissés avec les habitants et l’association du musée.

A LIRE AUSSI ==> Bilan financier positif pour le musée Tony-Garnier
 

Les œuvres de Tony Garnier

Il s’agit cette fois de « montrer aux visiteurs, d’où qu’ils viennent, la diversité des ouvrages construits par Tony Garnier ». La réflexion a été engagée dans le cadre du 150e anniversaire de sa naissance, fêté cette année. Du coup, quatorze ouvrages – les plus emblématiques de l’architecte lyonnais (Halle, stade de Gerland, école de tissage, logements HBM, hôpital Grange-Blanche…) – ont été sélectionnés et seront représentés sur une carte lyonnaise. Tout sera terminé fin mars.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?