Rhône Lyon : la rue Sainte-Catherine rendue aux fêtards les soirs de week-end

Nicolas Tobia, patron du Mumbaï Café, rue Sainte-Catherine : « La plupart des problèmes que l’on peut avoir le soir ici, sont liés aux voitures ou aux scooters qui passent n’importe comment devant nos établissements. C’est un fléau. » Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Nicolas Tobia, patron du Mumbaï Café, rue Sainte-Catherine : « La plupart des problèmes que l’on peut avoir le soir ici, sont liés aux voitures ou aux scooters qui passent n’importe comment devant nos établissements. C’est un fléau. » Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Nicolas Tobia, patron du Mumbaï Café, rue Sainte-Catherine : « La plupart des problèmes que l’on peut avoir le soir ici, sont liés aux voitures ou aux scooters qui passent n’importe comment devant nos établissements. C’est un fléau. » Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ

Centre névralgique de la vie nocturne en Presqu’île, la rue Sainte-Catherine souffre, les jeudis, vendredis et samedis soirs, de la circulation rendant dangereuse la déambulation des piétons et clients des bars. Autorisés par la mairie centrale et la Métropole, les commerçants ont entrepris depuis ce jeudi de bloquer la rue avec des barrières anti-béliers entre 23 heures et 4 heures du matin.

La voiture sort du parking souterrain LPA des Terreaux tourne à gauche rue Sainte-Catherine et poursuite sa route. Elle roule assez vite. Une autre arrive. Puis une autre. En journée, passe encore. Mais à la nuit tombée, lorsque la rue s’anime de sa célèbre vie nocturne avec ses étudiants qui viennent passer leur soirée dans les bars et autres établissements de nuit, la situation peut vite devenir compliquée. Dangereuse. Voire basculer dans le fait divers, si le ton vient à monter entre les différents protagonistes. « Accident, nuisances sonores, stationnement gênant… La plupart des problèmes que l’on peut avoir le soir ici, sont liés aux voitures ou aux scooters qui passent n’importe comment devant nos établissements. C’est un fléau », explique Nicolas Tobia. Patron du Mumbaï Café au 6 de la rue Sainte-Catherine, il est le tout nouveau président de « la nouvelle vie de la rue Sainte-Catherine ».

« Meilleure ville nocturne française »

L’association qui fédère les commerçants de la rue porte bien son nom. Créée il y a quelques années pour changer l’image de cette « rue de la soif », avec ses excès et ses dérives, elle œuvre à offrir une vie nocturne de qualité, festive et joyeuse. A coller avec le statut de « meilleure ville nocturne française » reçu par Lyon lors des « Trophées de la nuit 2015. « Nous sommes super impliqués dans ce projet, les abus historiques n’ont plus court aujourd’hui. C’est en partie grâce à nous parce que nous nous mobilisons pour que les choses avancent, nous sommes dans un respect soutenu de la législation. Nous sommes aussi très au contact des riverains. Et honnêtement, il y a peu de plaintes. Nous sommes une partie de la solution à tous les problèmes. »

La mairie centrale en a conscience. Alors lorsque l’association a une nouvelle fois déposé une demande pour faire interdire la circulation des véhicules dans la rue, les jeudis, vendredis et samedis entre 23 heures et 4 heures du matin, dans sa partie comprise en la rue Sainte marie des Terreaux et la rue Romarin, l’arrêté est tombé en leur faveur. « Considérant que pour assurer la sécurité des usagers et pour assurer la déambulation des nombreux piétons fréquentant les commerces, il y a lieu de prendre une réglementation provisoire de la circulation. »

Des mâchoires en acier

Déjà menée par le passé, cette expérimentation est renouvelée pour une durée de trois mois, jusqu’au 21 juin. Nouveauté cette année, « alors que les fois précédentes, nous avions eu recours à des véhicules d’une société de sécurité pour bloquer la rue (financer sur leurs deniers, nldr), la ville nous a prêté cette fois-ci des barrières anti-béliers. » Des mâchoires en acier aussi dissuadantes qu’efficaces, qui pour la première fois ont été installées ce jeudi soir. 150 mètres de voiries protégées et vide de véhicules, qui changent tout à l’ambiance dans la rue.

 Prêté par la ville de Lyon, ce système de barrière empêche les véhicules bélier de franchir les obstacles dans des zones d’évènements ou des zones urbaines Photo Progrès /DR.
Prêté par la ville de Lyon, ce système de barrière empêche les véhicules bélier de franchir les obstacles dans des zones d’évènements ou des zones urbaines Photo Progrès /DR.

« Nous travaillons vraiment en lien avec toutes les administrations et la police pour faire avancer les choses ici. J’espère qu’un jour nous pourrons obtenir davantage, comme la piétonnisation complète de la rue avec des petits poteaux qui ne laisseraient passer que les livraisons ou les services d’urgence. La rue Sainte-Catherine a tout pour devenir la nouvelle petite rue Mercière de Lyon, dans une optique vie nocturne, et sans terrasse. »

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?