Ils font la ville A 27 ans, elle veut changer les mentalités dans la mode

« J’ai grandi en Ardèche, j’ai des valeurs un peu fortes », explique Léonie Ledy-Lepine. Photo Le Progrès /Aline DURET
« J’ai grandi en Ardèche, j’ai des valeurs un peu fortes », explique Léonie Ledy-Lepine. Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
« J’ai grandi en Ardèche, j’ai des valeurs un peu fortes », explique Léonie Ledy-Lepine. Photo Le Progrès /Aline DURET Photo Le Progrès /Aline DURET Photo Le Progrès /Aline DURET

Jeune cheffe d’entreprise, Léonie Ledy-Lepine a ouvert sa petite boutique située rue Sébastien-Gryphe, dans le 7e, en décembre 2017. Elle propose à sa clientèle de « consommer la mode de manière responsable ». Et ça marche.

Léonie Ledy-Lepine parvient à vivre de son métier. Certes, le salaire n’est pour l’instant, « pas mirobolant », mais qu’importe, dit-elle, « je me lève le matin en étant fière de ce que je fais et de ce que je propose aux gens ».

À 27 ans, cette jeune cheffe d’entreprise qui a choisi de se lancer, seule, dans le commerce, préfère « donner du sens à la vie » plutôt que de lorgner l’épaisseur de son chiffre d’affaires.

« Je fais quelque chose d’utile et qui peut aider à changer les mentalités ». C’est en ayant à l’esprit cette philosophie et le sentiment aussi de s’engager pour l’écologie, qu’elle ouvre un dépôt-vente pas tout à fait comme les autres.

Dépoussiérer l’image du dépôt-vente

Bienvenue à la Chouette Curieuse dans le monde du textile et de la mode écoresponsable. Un univers que la jeune femme découvre via le mannequinat à Paris.

De retour à Lyon, elle a une idée en tête : dépoussiérer l’activité de seconde main, balayer d’un revers de main la mauvaise image qui colle à l’activité du dépôt-vente qualifiée souvent de friperie. « Moi je veux faire l’inverse de tout ça, en ouvrant une belle boutique, style créateur ».

Dans ses rayons, des vêtements de marques connues de prêt à porter, plutôt moyen de gamme, « ni vintage, ni luxe », mais qui ont toujours « un petit truc en plus ».

Et le public est au rendez-vous. Pour déposer les vêtements, il faut prendre rendez-vous et son carnet est souvent bien plein.

Un "parcours de mode éco responsable"

Pour la vente, la clientèle « très variée » peut repartir avec une veste ou une robe « de 50 à 80 % de moins que le véritable prix ».

C’est « un parcours de mode éco responsable » qui est proposé, via l’acquisition d’une tenue de seconde main pour favoriser le recyclage ou via des cours pour apprendre à faire ses propres cosmétiques, recoudre ou à customiser ses vêtements…

« J’ai grandi en Ardèche, j’ai des valeurs un peu fortes ». Changer les mentalités dans le monde de la mode, c’est sa petite part à elle pour développer le sens de l’écologie.

Financement participatif et formation

À 18 ans, Léonie Ledy-Lepine monte à Paris pour suivre des études à l’école Supérieure de Publicité. Elle devient mannequin pour payer ses études puis décroche un Bachelor en communication et publicité.

Revenue à Lyon, elle travaille sur son concept et réalise une étude de marché puis lance une campagne de financement participatif qui lui permet d’ouvrir un site internet.

Elle candidate au statut Etudiant-Entrepreneur via l’incubateur Beelys (Université de Lyon) ce qui lui permet de bénéficier d’un accompagnement pour monter son projet.

Aujourd’hui elle est présidente de sa SAS (société par actions simplifiée).

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?