Rhône Jeunes migrants du squat de la Croix-Rousse : «Ici, c’est ma maison»

Depuis septembre dernier, plus de 200 jeunes migrants se sont installés dans le collège désaffecté.  Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Depuis septembre dernier, plus de 200 jeunes migrants se sont installés dans le collège désaffecté.  Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Depuis septembre dernier, plus de 200 jeunes migrants se sont installés dans le collège désaffecté.  Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ

Il n’y a toujours pas d’eau chaude dans le squat surpeuplé de l’ex-collège Maurice-Scève, mais les conditions de vie sont devenues plus convenables. Pas une raison, selon le collectif de soutien aux jeunes migrants, pour que cela serve de caution à la Métropole.

L’ancien CDI du collège Maurice-Scève est désormais transformé en salle de réunion. C’est là qu’au quotidien, on se réunit pour faire le point sur tout ce qui touche de près ou de loin à la vie au sein du squat de la Croix-Rousse où, depuis septembre dernier, plus de 200 jeunes migrants se sont installés.

Certains y ont pris leur quartier depuis plusieurs mois maintenant, mais « ça vient, beaucoup plus que ça va… », rit jaune, un membre du collectif de soutien. Elle ajoute : « Le lieu est surpeuplé. Chaque pièce a été transformée en chambre.

Et tous les jours, de nouveaux jeunes se présentent, adressés par Forum réfugié. On a même eu une famille avec un bébé… Honnêtement, c’est difficile de suivre. On ne peut pas tenir un listing de qui entre et qui sort… »

Un vaste campement

Le fait est qu’au fil du temps, le squat a trouvé son rythme en autogestion. Une cuisine a été installée : 200 repas par jour sont préparés, 25 kilos de riz au quotidien, écoulés.

Une salle est dédiée aux permanences juridiques pour les mineurs et les jeunes majeurs ainsi qu’à l’accueil des nouveaux arrivants. Du linge sèche sur des cordes tendues. Des inscriptions sur les murs, en français et en anglais, indiquent l’orientation. Par là les chambres et la salle de bain. Par ici, la cuisine et la salle à manger.

Un vaste campement

Le dimanche, c’est opération ménage. A la nuit tombée, le lieu devient un vaste campement : on lit, on écrit, on discute, on regarde un film… « Ici, aujourd’hui, c’est ma maison. Les jeunes qui sont ici et les soutiens, sont ma famille », confie A., Guinéen, qui vit ici depuis septembre.

De très précaire durant les premières semaines, la vie quotidienne est devenue plus « convenable ». Après que la Métropole a perdu son recours devant le tribunal administratif pour faire expulser les occupants du lieu, une mission de diagnostic et de médiation sur le lieu a été réalisée par l’association lyonnaise pour l’insertion par le logement (Alpil).

Celle-ci continue aujourd’hui, d’intervenir, en lien avec le foyer Notre dame des sans-abri. Les ordures ménagères sont à nouveau ramassées. La banque alimentaire apporte de la nourriture et on n’a plus besoin, ou moins besoin, des dons de denrées. Trois blocs sanitaires ont été installés dans la cour avec 9 WC et 9 douches, sauf que l’alimentation électrique du bâtiment 3 ne suffit pas à chauffer l’eau.

Mobilisation le 18 mars

« La convention d’intervention n’a toujours pas été signée avec la Métropole. Elle devait l’être en janvier. Résultat, les associations financent actuellement leur appui sur leurs fonds propres », explique les membres du collectif de soutien des habitants du collège qui craignent que d’ici quelques mois, le lieu ne soit vidé, lorsqu’il aura été vendu.

Et d’ajouter, dans un communiqué qui appelle à la mobilisation, ce 18 mars : « Aujourd’hui, la Métropole s’est engagée à un petit appui financier et logistique, via l’intervention de ces deux associations, mais nous refusons que les moyens investis lui servent de caution pour éviter de répondre à ses obligations légales. »

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?