Vie de quartier Lyon 7e : des habitants dénoncent l’extension d'une station Vélo'v

Les habitants du 4, place Gabriel-Péri, organisaient une action dans la rue pour empêcher le démarrage du chantier. Photo Jean-Marc MANIFICAT
Les habitants du 4, place Gabriel-Péri, organisaient une action dans la rue pour empêcher le démarrage du chantier. Photo Jean-Marc MANIFICAT
La station Vélo’v actuelle située rue Gabriel-Péri devrait être étendue de 25 mètres, entraînant la suppression des dernières places de parking situées devant cet immeuble. Photo Émilie CLER
La station Vélo’v actuelle située rue Gabriel-Péri devrait être étendue de 25 mètres, entraînant la suppression des dernières places de parking situées devant cet immeuble. Photo Émilie CLER
Les habitants du 4, place Gabriel-Péri, organisaient une action dans la rue pour empêcher le démarrage du chantier. Photo Jean-Marc MANIFICAT La station Vélo’v actuelle située rue Gabriel-Péri devrait être étendue de 25 mètres, entraînant la suppression des dernières places de parking situées devant cet immeuble. Photo Émilie CLER

L'agrandissement de la station Vélo'v de la place Gabriel-Péri passe mal dans le quartier. Mis devant le fait accompli, sans consultation de la part de la Métropole, les riverains sont sortis en vue d'une action pacifique dans la rue pour exprimer leur désarroi et empêcher le démarrage du chantier.

Les travaux, qui ont débuté le 11 mars, devraient durer dix jours. Un arrêté de circulation dressé sur un panneau mobile le signale dans la rue : la station Vélo’v de la place Gabriel-Péri, qui compte déjà 10 bornes à vélo, sera agrandie de 25 mètres.

Pourtant, aucun riverain n’a été ni informé, ni consulté au préalable pour ces travaux. En réaction, ce lundi matin 11 mars, des habitants du 4, Gabriel-Péri, organisaient une action dans la rue pour empêcher le démarrage du chantier.

« Nous déplorons le manque de concertation de Lyon Métropole à ce sujet », s’insurge Jean-Jacques Moireaud, du conseil syndical de l’immeuble.

« Nous ne contestons pas le bien-fondé des déplacements « doux » en ville, mais il convient de tenir compte de l’accès à l’entrée de l’immeuble pour les pompiers, les ambulances et les déménagements, ainsi que des copropriétaires à mobilité réduite », souligne M. Moireaud.

Irrité, il poursuit : « Notre immeuble compte 66 appartements et la moyenne d’âge y est élevée. Tout le monde ne circule pas à vélo. L’extension de la station Vélo’v va réduire à néant les quatre dernières places de parking à proximité de l’immeuble ».

Le conseil syndical a alors écrit un courrier à la régie, mais elle non plus n’avait pas été prévenue. « Nous avons alors contacté la mairie du 7e arrondissement de Lyon, qui nous a renvoyés vers la déléguée à la voirie de la Métropole, laquelle nous a déboutés », déplore Nadine Gueyraud, membre du conseil syndical.

La prolifération des actes d’incivilités aux abords de la station Vélo’v

« Trop, c’est trop ! », s’indignent les riverains de la place Gabriel-Péri. Ils tiennent aussi à porter à la connaissance des élus que « ce quartier est particulièrement maltraité, avec la prolifération d’actes d’incivilités, une insécurité croissante, des trafics divers et permanents, et de la prostitution au grand jour, sans qu’aucune mesure ne soit prise. »

Le conseil Syndical du 4, place Gabriel-Péri, précise : « Des vélos et des trottinettes déboulent à toute vitesse sur les trottoirs, manquant à chaque fois de nous renverser. Et cette station Vélo’v est le dernier point d’arrêt des fêtards alcoolisés. Une copropriétaire de l’immeuble a dû changer de chambre pour pouvoir dormir, la sienne, qui donne sur la place, était trop bruyante. Même la fresque murale sur le cinéma, répertoriée dans certains guides touristiques, a été taguée. Nous n’en pouvons plus. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! »

La mairie reconnaît ne pas avoir prévenu les riverains

Pour Jean-Jacques Moireaud, membre du conseil syndical, des solutions alternatives existent. Non loin de là, il existe « un espace minéral, une sorte d’agora, qui pourrait permettre l’installation d’une nouvelle station Vélo’v. » De même, place du Pont.

Pierre Hémon, conseiller métropolitain, délégué aux mobilités actives, renchérit : « nous avons beaucoup travaillé ces questions avec la mairie du 7e et déterminé ensemble quel était l’emplacement idéal. C’est un service supérieur que nous offrons à la population. Favoriser les déplacements à vélo limite la pollution », insiste-t-il. D’après son dossier, les 10 bornes vélos supplémentaires ne devraient pas supprimer « plus de deux places de parking ».

De son côté, Françoise Rivoire, conseillère aux personnes âgées du 7e arrondissement, admet « ne pas avoir prévenu les riverains en amont, car il ne s’agissait pas d’un gros aménagement de voirie.

Place Gabriel-Péri, l’espace est plus restreint, mais la place handicapée sera maintenue », assure-t-elle. L’extension fait partie du contrat signé par JCDecaux pour Vélo’v. 1 850 accroches en plus sont programmées d’ici à 2020 et « une vingtaine d’extensions sont prévues dans le 7e », souligne la conseillère, qui assure « ne pas être insensible à ce que les habitants vivent », mais ne pas avoir « de réelle solution de remplacement. »

Émilie Cler et Jean-Marc Manificat

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?