Éducation Lyon 1er: la maternelle Levi-Strauss ferme ses portes cet été en catimini

43 écoliers, répartis en deux classes, sont scolarisés à l’école maternelle Levi-Strauss.  Photo  DR
43 écoliers, répartis en deux classes, sont scolarisés à l’école maternelle Levi-Strauss. Photo DR

Mal agencée, sans cour de récréation ni salle de motricité, la maternelle Levi-Strauss du 37 bis de la rue Paul-Chenavard (Lyon 1er) fermera ses portes en juin.

Cela faisait plusieurs jours que la nouvelle circulait sur les réseaux sociaux. L’école maternelle Levi-Strauss, située au cœur de la Presqu’île, à deux pas du quai Saint-Antoine, vivait sa dernière année scolaire. Les élus du 1er arrondissement retenaient leur souffle, et Nathalie Perrin-Gilbert, maire, demandait par courrier confirmation à la mairie centrale (lire par ailleurs).

« Donner des conditions d’accueil et d’apprentissage semblables aux autres écoles lyonnaises »

Jeudi 21 février, la Ville de Lyon a confirmé l’information, se défendant d’avoir pris « une mesure arbitraire ou idéologique » sur la fermeture d’un service public, mais mettant en avant « une volonté de donner à ces enfants des conditions d’accueil et d’apprentissage semblables aux autres écoles lyonnaises. Ce qui n’est pas le cas et ne pourra l’être en restant dans les locaux actuels, qui ne sont manifestement plus adaptés. » L’ensemble des membres de la communauté éducative ont été informés la semaine dernière, afin d’anticiper au mieux la rentrée de septembre 2019. Cette année, quarante-trois écoliers, répartis en deux  classes, y sont scolarisés.

« La décision de fermer la maternelle Levi-Strauss à la rentrée de septembre 2019 a été prise par la Ville de Lyon et l’Éducation nationale, compte tenu des nombreuses problématiques liées à ce site atypique », explique-t-on en mairie centrale.

Récréation provisoire au musée des Beaux-arts

Deux raisons essentielles conduisent la Ville et l’Éducation nationale à engager cette procédure de fermeture. D’abord, l’impossibilité de doter l’école d’une cour de récréation remplissant les conditions de sécurité. Cet établissement, situé au 37, bis de la rue Paul-Chenavard, ne dispose pas des équipements habituels des écoles publiques de Lyon : pas de cour, et pas de salle de motricité, dont bénéficient habituellement les enfants en maternelle.

Cette situation oblige les enfants à sortir deux fois par jour, pour aller en récréation dans une cour installée de manière provisoire dans le jardin du musée des Beaux-arts depuis décembre 2018.

Auparavant, les élèves de cette maternelle se rendaient sur le quai Saint-Antoine, au niveau du chantier du futur parking LPA. Les retards de ce chantier de très grande ampleur, avec la présence de grues, rendaient impossible le maintien d’une cour à la rentrée 2018. C’est pourquoi la Ville avait imaginé, en urgence, une solution provisoire en mobilisant une partie de la cour du musée des Beaux-arts. Mais cet espace n’est pas adapté pour accueillir de manière pérenne de jeunes enfants (petite superficie, absence de jeux, espace partagé avec du public). Et une fois les travaux du parking LPA terminés en 2022, l’accès à une cour sur place nécessitera toujours des déplacements quotidiens. L’aménagement de cette zone sur les quais – conçue avant les attentats de 2015-2016 – ne répondra pas aux exigences en matière de sécurité renforcée dans le cadre du plan Vigipirate pour les établissements accueillant des enfants.

Autre problématique : l’école est située au sein d’un immeuble d’habitation dont la Ville n’est pas propriétaire. Sur les 200 écoles, c’est la seule à présenter ce cas de figure, ce qui ne permet pas de garantir la continuité de la qualité d’accueil des enfants.

Le bâtiment a subi et connaît encore des désordres techniques récurrents. La mise en œuvre des travaux est toujours longue et complexe et cela a une incidence sur la vie de l’école et des élèves. Ainsi, en 2017, l’école avait été fermée pendant deux semaines pour de grosses réparations.

À la rentrée, les écoliers iront dans les écoles publiques existantes

Pour la Ville, « cette décision a été prise en tenant compte de la disponibilité de places dans des écoles à proximité, ce qui permet la sécurité et la continuité d’accueil des enfants, et répond aux besoins des enfants et des familles. »

La Ville de Lyon a préparé, en lien avec l’Inspection académique, le suivi des élèves de l’école maternelle Levi-Strauss pour gérer au mieux la transition vers d’autres écoles du secteur. Les parents auront le choix d’inscrire, à titre exceptionnel, les 31 enfants concernés dans les trois écoles de proximité qui comptent 73 places disponibles à la rentrée (maternelles Michel-Servet, Robert-Doisneau et Lamartine). Ou, si c’est leur souhait, ils bénéficieront d’une dérogation pour inscrire les écoliers dans n’importe quelle autre école de la Ville de Lyon.

Les parents d’élèves mobilisés

Les parents d’élèves ont appris la fermeture de la maternelle Levi-Strauss jeudi dernier. La Ville de Lyon a opté pour un mail envoyé aux parents d’élèves. Michael, l’un d’eux est consterné : « Sans concertation avec les parents, ce mail nous annonce la fermeture de l’école pour la rentrée 2019. Cette école est comme une école de village, avec des parents avec qui on prend le temps de discuter, avec une équipe pédagogique formidable… Nos enfants vont se retrouver dans une nouvelle structure avec des classes surchargées. Le principal problème, c’est la cour de récréation… Nous, les parents, avions trouvé des solutions pour que nos enfants puissent y avoir droit. » Faute d’être entendus, les parents d’élèves veulent se mobiliser pour faire entendre leur voix.

Marie-Chirstine PARRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?