Commerce La cagnotte de la dernière chance pour «l’Odyssée de Nima»

Nadia Debache propose, dans ce lieu, un itinéraire sur la route des thés, mettant chaque mois à l’honneur un thé spécifique. Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Nadia Debache propose, dans ce lieu, un itinéraire sur la route des thés, mettant chaque mois à l’honneur un thé spécifique. Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA

Inauguré le 13 octobre 2017, le bar à thé et concept store situé au 1 rue des Capucins, dans le 1er arrondissement, pourrait fermer en mars. Un dernier espoir: la cagnotte lancée sur GoFundMe pour relancer l’affaire.

L’Odyssée de Nima est un concept store, bar à thé, créé il y a un peu plus d’un an par Nadia Debache rue des Capucins, sur le bas des Pentes (Lyon 1er).

À 51 ans, après une vie professionnelle menée en Tunisie, Nadia rejoint en 2013 son père, épicier à Lyon Croix-Rousse. Très vite Nadia a envie de lancer son commerce. «Je voulais m’installer à la Croix-Rousse. Je ne voyais pas ce bar à thé vivre ailleurs.»

Plus qu’un commerce, L’Odyssée de Nima est un lieu d’échange interculturel basé autour du thé où l’on peut se retrouver autour d’un jeu de société ou profiter ensemble d’un concert intimiste. Il est également possible d’acheter du thé en passant par la boutique ou sur le site e-commerce en cours de lancement. En quête d’un local, Nadia a vite un coup de cœur pour le 1, rue des Capucins sur les Pentes. Un lieu situé à deux pas de la montée de la grande côte et de la place des Terreaux qui a tout pour lui plaire. Son budget est serré mais qu’importe ! Une belle hauteur sous plafond, une superficie de 80 m² avec mezzanine. De quoi aménager un coin lecture, une salle de repos à l’étage. Nadia achète le fonds et fait un prêt pour lancer son affaire. Mais le local vieillissant nécessite d’importants travaux. Mise aux normes de l’électricité, création d’un escalier…

Nadia touche ses indemnités de chômage jusqu’en août 2017 où la commerçante demande une aide à la création d’entreprise. L’aide est accordée mais Nadia perd son statut de demandeur d’emploi et se retrouve sans revenus avec un enfant à charge et une boutique à faire vivre. « On est pressé de faire sortir les chômeurs des statistiques mais on ne leur explique pas les conséquences », constate amère la commerçante. La conjoncture économique vire au vinaigre en décembre 2018 avec le mouvement des Gilets jaunes qui dissuade les Lyonnais de sortir en presqu’île plusieurs samedis de suite. C’est l’engrenage. Un loyer non payé, un second. Nadia devient durant trois mois un point mondial Relay. Mais, le va-et-vient incessant des gens venant récupérer leur colis fait fuir sa clientèle.

En janvier 2019, Nadia stoppe le point relais. Aujourd’hui, son dernier espoir est une cagnotte lancée sur GoFundMe pour collecter 6 000 euros. Histoire de se donner une deuxième chance.

Marie-Christine Parra

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?