Projet Salle de spectacle de l’OL: pourquoi pas sur la friche ABB de Décines ?

La Friche ABB est située au Nord-Ouest du Groupama stadium et s’étend sur 16,5 hectares.  Photo Le Progrès /Christophe GALLET
La Friche ABB est située au Nord-Ouest du Groupama stadium et s’étend sur 16,5 hectares. Photo Le Progrès /Christophe GALLET
"Les terrains ne doivent pas correspondre en matière de Plan local de l’urbanisme. Si l’OL est intéressé, il faudra alors le changer", s'est exprimé Alain Landais, propriétaire de la friche ABB. / Photo Le Progrès
"Les terrains ne doivent pas correspondre en matière de Plan local de l’urbanisme. Si l’OL est intéressé, il faudra alors le changer", s'est exprimé Alain Landais, propriétaire de la friche ABB. / Photo Le Progrès
La Friche ABB est située au Nord-Ouest du Groupama stadium et s’étend sur 16,5 hectares.  Photo Le Progrès /Christophe GALLET "Les terrains ne doivent pas correspondre en matière de Plan local de l’urbanisme. Si l’OL est intéressé, il faudra alors le changer", s'est exprimé Alain Landais, propriétaire de la friche ABB. / Photo Le Progrès

L’OL projette une salle multifonctions à côté du Groupama stadium. À Décines, les 16,5 hectares de la friche ABB seraient un site idéal.

À l’occasion de la diffusion de ses résultats semestriels au 31 décembre 2018, le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, a de nouveau martelé qu’il avait pour projet de réaliser une salle multifonctions à côté du Groupama stadium. Le but, explique le dirigeant, c’est de « compléter son offre Events et accueillir des concerts tout au long de l’année, des séminaires et des salons professionnels de grande ampleur, et, le cas échéant, un club sportif résident (1). »

Cette salle, on ne sait pour l’instant pas où elle sera installée. Jean-Michel Aulas hésite toujours entre Meyzieu et Décines. Tout ce que l’on sait c’est que « les équipes travaillent à l’élaboration d’un livre blanc quel que soit le lieu retenu », commente le club.

À Meyzieu, le maire Christophe Quiniou nous a indiqué qu’il n’y avait pas, pour l’instant, de terrains libres. La seule possibilité serait au nord-ouest du centre commercial Leclerc, avec pour obligation de raser et de changer de destination le Plan local d’urbanisme. Le secteur est en zone industrielle alors qu’il faudrait le requalifier de zone de loisirs. Une passerelle serait aussi nécessaire au-dessus de la rocade est pour emmener le flux de spectateurs. Le maire de Meyzieu en a discuté avec le président de l’OL et a bien signifié que c’est la Métropole qui détenait aujourd’hui la clef du problème.

À Décines, la donne est un peu différente : le maire, Laurence Fautra (LR), a également rencontré Jean-Michel Aulas. « Nous en avons parlé. Et j’ai réaffirmé ce que je dis depuis le début : je suis d’accord du moment que cela rapporte de l’argent à la ville et que cela n’apporte pas de nuisances. Après, il faut aussi voir si c’est faisable. Pour le reste, on verra après ». Cette faisabilité passe par les terrains disponibles. Selon le maire, il y a aujourd’hui treize hectares autour du Groupama stadium capables d’accueillir la salle. Et les 16,5 hectares de la friche ABB.

Le propriétaire n’a pas eu de contact avec l’OL

Ces terrains sont au nord-ouest du Groupama stadium, à l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue Sully. Les locaux sont globalement désaffectés. Ils appartiennent à Alain Landais, qui possède également le centre commercial Leclerc , situé à quelques encablures de Meyzieu. Le propriétaire nous indique ne pas avoir été pour l’instant contacté par Jean-Michel Aulas. « J’ai découvert cette salle dans les colonnes du Progrès. Le site ABB dispose d’une belle surface, en capacité d’accueillir une salle et des parkings. Mais il ne doit pas correspondre en matière de Plan local de l’urbanisme. Si l’OL est intéressé, il faudra alors le changer. Mais c’est aussi valable pour tout autre projet », prévient Alain Landais. Le dirigeant avoue d’ailleurs que cette friche est pour l’instant en sommeil. « Il n’y a pratiquement plus d’activités dessus. Et les projets de tertiaires et d’habitations que l’on a étudiés avec la Métropole, ne sont pas allés plus loin. Comme il y a eu le PLU en même temps, cela a été mis en suspens. »

On le voit, ici encore : c’est la Métropole qui a la clef avec le PLU pour le « projet d’extension foncière », dixit son communiqué de presse, que souhaite l’OL avec cette salle, que cela soit pour des terrains privés ou métropolitains. Sollicité, David Kimelfeld, son président, n’a pour l’instant pas souhaité répondre à nos questions.

(1) La salle aura une jauge de 12 000 personnes en version assise et 15 000 en version debout. L’activité sportive pourrait être du hand, du hockey ou du basket. Ce qui ne manque pas d’interpeller, sachant que Tony Parker mène un projet de salle quasi similaire à Villeurbanne. Jean-Michel Aulas avait d’abord avancé la fin du premier trimestre pour présenter son projet. Finalement repoussé à avant l’été.

Quelle accessibilité ?

Si Laurence Fautra ne souhaite pour l’instant pas juger le projet de salle de l’OL, le maire de Décines se dit en revanche un peu plus préoccupée par l’accessibilité qui serait nécessaire pour cet équipement. « Si une telle salle devait se faire, comment les gens viendraient-ils ? », s’interroge-t-elle. Pour elle, la solution, c’est la même que celle qu’elle réclame pour tous les déplacements urbains dans sa ville : la construction du métro. Enfin, comme le maire de Meyzieu, elle souhaite qu’une passerelle soit construite au-dessus de la rocade.

Christophe Quiniou l’avance comme solution pour construire la salle chez lui. Laurence Fautra veut que la salle soit chez son voisin ou chez elle. « Le passage sur le rond-point de la rocade est trop dangereux. » D’après Christophe Quinou, la Métropole ne serait plus contre ce projet. À suivre.

Christophe GALLET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?