Culture CinéDuchère, un cinéma de proximité et d’utilité sociale

CinéDuchère existe depuis près de trente ans.  Photo Dominique GOURAT
CinéDuchère existe depuis près de trente ans.  Photo Dominique GOURAT
Emmanuelle Bureau (directrice de CinéDuchère, à d.) et Georges Sothier (président, 5e à gauche) entourés des bénévoles, lors de la soirée des adhérents.  Photo Le Progrès/Dominique GOURAT
Emmanuelle Bureau (directrice de CinéDuchère, à d.) et Georges Sothier (président, 5e à gauche) entourés des bénévoles, lors de la soirée des adhérents.  Photo Le Progrès/Dominique GOURAT
CinéDuchère existe depuis près de trente ans.  Photo Dominique GOURAT Emmanuelle Bureau (directrice de CinéDuchère, à d.) et Georges Sothier (président, 5e à gauche) entourés des bénévoles, lors de la soirée des adhérents.  Photo Le Progrès/Dominique GOURAT

Petit cinéma indépendant bien arrimé sur la 3e colline, CinéDuchère occupe une place de choix dans le cœur des cinéphiles lyonnais.

Né en 1993 de la passion d’une bande de cinéphiles, CinéDuchère, labellisé Cinéma art et essai, n’était, au départ, qu’une association projetant des films le soir. Désireux de « faire un cinéma accessible à tous et exigeant sur la qualité », ses créateurs, dont Georges Sothier, président depuis 1998, peuvent aujourd’hui se targuer d’avoir réussi leur pari.

Preuve de ce succès, le nombre d’adhérents a presque doublé depuis 4 ans. Écran géant, salle de 90 places, accueil souriant de la quinzaine d’ouvreuses bénévoles ne suffisent sans doute pas à expliquer la réussite de CinéDuchère. Peut-être faut-il également la chercher du côté de « l’offre de films très intéressante et très variée », comme l’explique sa directrice, Emmanuelle Bureau.

Très actif, CinéDuchère inscrit à son programme de nombreux festivals de cinéma : Télérama, Ciné O’Clock, Drôle d’endroit pour des rencontres, Festival Lumière, On cartoon dans le Grand Lyon, Tout l’monde dehors et le très attendu festival Histoires vraies qui fait la part belle aux documentaires.

« On cherche à faire des propositions exceptionnelles pour que les jeunes puissent découvrir la grande variété de la production cinématographique actuelle », souligne la directrice de CinéDuchère qui coordonne, en lien avec les centres sociaux Passeurs d’images, un atelier de réalisation de films en coopération avec l’Atelier Musik du Conservatoire à rayonnement régional (CRR). Jusqu'au 3 mars, le festival Tous en salle leur sera dédié.

La 2e édition du festival Claquettes et bobines, organisée avec la Compagnie Hallet Eghayan, fera découvrir aux spectateurs, en juin, de nombreux films où règne la danse.

Une vraie convivialité

On vient de loin à CinéDuchère pour apprécier sa programmation éclectique, mais aussi pour partager film surprise, quiz sur le cinéma et soirée festive, comme lors de la fête des adhérents, où Nicole et Jacques Barranger confient avoir vu six films lors du festival Télérama. Comédienne, Luce Békistan commente : « L’ambiance est chaleureuse. Bon choix de films et soirées thématiques passionnantes. Le prix est correct. Il ne manque que les esquimaux ! »

CinéDuchère, 308, avenue Andréï-Sakharov. Lyon 9e. 04.72.17.00.21. www.cineduchere.fr 

2018 en chiffres

➤  129 adhérents

➤  21 715 spectateurs

➤  1 200 places offertes dans le cadre de Culture pour tous

➤  500 spectateurs lors des trois séances en plein air du festival Tout l’monde dehors

➤  200 titres programmés

➤  765 séances

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?