ECONOMIE 24 millions pour offrir un lifting au centre commercial La Part-Dieu

Du marbre rose, du marbre gris, du marbre beige… Des essais de matériaux ont été réalisés  en différents endroits du centre.  Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Du marbre rose, du marbre gris, du marbre beige… Des essais de matériaux ont été réalisés en différents endroits du centre. Photo Le Progrès /Tatiana VAZQUEZ

Les tests effectués dans différentes zones témoins du bâtiment ont parlé. Les choix de matériaux ont été faits et les travaux vont pouvoir débuter dès le mois de mars. Des travaux qui se feront la nuit, sans qu’aucune boutique ne soit fermée le jour.

Les habitués des lieux ou les clients de passage ont-ils remarqué le changement de décor dans ce petit coin du centre de shopping la Part Dieu ? Ce nouvel escalator éclairé de façon latérale ? Ce sol, ici de marbre rose, là de marbre gris et des joints, blancs ou noirs ou argentés. Et le plafond, en bois, en métal, fermé, ouvert à strate ou à lanière ? Le tout donne une impression étrange de patchwork, comme si l’architecte d’intérieur n’avait pas su choisir. C’est presque ça. À la différence que cet aménagement a été réalisé justement pour qu’un choix puisse être fait…

« Chaque zone devra être traitée en sept jours »

Bienvenue dans l’une des zones témoins de la rénovation du centre commercial. Le chantier sera mené en même temps que les travaux d’extension et la réalisation du roof top sur le toit de la Lanterne. Une rénovation de l’ancien qui va coûter 24 millions d’euros : et l’on comprend mieux pourquoi des tests sont faits. À ce prix-là, il serait dommage de se tromper…

« Nous avons investi beaucoup d’argent dans ces zones témoins. 500 000 euros. Cela nous permet de valider les matériaux à utiliser plus facilement. Nous les avons testés, usés, nettoyés, regardés comment ils se comportaient aux frottements. Les choix viennent d’être faits », expliquent Jean-Philippe Pelou, directeur du centre commercial.

D’autres devront encore aboutir. Notamment sur le réaménagement du forum qui veut être pensé comme une vraie place où l’on pourra organiser des concerts. Trente-trois propositions seraient sur le gril.

En mars, les travaux devraient commencer pour une livraison prévue, 13 mois plus tard, en avril 2020. Un chantier qui s’annonce délicat. « Les travaux seront menés en exploitation normale. Les ouvriers ne travailleront que de nuit et remettront les lieux en l’état, pour une ouverture chaque matin. Chaque zone devra être traitée en sept jours. » Et d’ajouter : « Le centre date de 1975. Il y a déjà eu des rénovations. Mais celle-ci est essentielle car elle va permettre d’unifier l’ancien bâtiment et l’extension pour donner le sentiment qu’ils ne font qu’un. »

À terme, avec ses 159 300 m² de surfaces commerciales et ses 305 commerces (boutiques et restaurants), La Part Dieu va devenir le plus grand centre commercial de France.

500 000

En euros, le montant de l’investissement pour aménager les zones témoins.

Le chantier de l’extension avance

Photo Tatiana VAZQUEZ
Photo Tatiana VAZQUEZ

En prenant un peu de hauteur depuis la passerelle qui donne sur la nouvelle coursive, la vue s’ouvre sur le chantier d’agrandissement du centre commercial La Part-Dieu.

Un chantier pharaonique dans tous les sens du terme qui s’élève à 382,5 millions d’euros.

Alors qu’actuellement 686 ouvriers travaillent sur le site, il faudra compter encore treize mois de travaux pour que la nouvelle aile entre en service avec ses quarante boutiques supplémentaires, son « dining expérience » associant 24 restaurants sur 8 000 m² et une promenade paysagère de 7 000 m² un food society de 2 500 m² de terrasses extérieures, 3 150 places de parking…

Quoi à la place du BHV ?

Le directeur du centre commercial la Part-Dieu n’est pas inquiet. La commercialisation des nouvelles coques et autres espaces avancent « très bien », dit-il. Idem pour les lieux laissés vacants après la fermeture du BHV. « Il n’est pas exclu que la coque soit découpée pour accueillir trois enseignes différentes. » Idem pour ce qui est des espaces actuellement occupés par le cinéma UGC. « Nous avons déjà plusieurs pistes. »

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?