Artisanat du spectacle Styl costumier se sépare de sa garde-robe après 199 ans d’aventure

Stéphanie de Mulatier, la gérante de Styl costumier, auprès d’Emma et de Jagger, 3 ans, le gardien des lieux.    Photo Le Progrès /Stéphane GUIOCHON
Stéphanie de Mulatier, la gérante de Styl costumier, auprès d’Emma et de Jagger, 3 ans, le gardien des lieux. Photo Le Progrès /Stéphane GUIOCHON

Depuis le 21 janvier, la société spécialisée dans la location de costumes historiques vend ses trésors. La société fermera fin juin. Un espoir du côté du collectif de passionnés qui vient de créer “L’éloge d’un costume”.

Vestes, chapeaux, fourrures, bibis en plumes d’autruche, uniformes, bijoux, accessoires, épées, robes à crinoline, épées, armures : plus de 14 000 pièces de costumes cherchent preneurs dans les locaux de la société Styl costumier. Stéphanie de Mulatier, sa gérante ferme boutique profitant de la fin du bail, qui arrive à terme fin juin.

Le cœur serré, elle accueille le public du mercredi au vendredi pour vendre ses pièces de costumes. Située derrière l’opéra, cette maison lyonnaise a des allures de scène de théâtre. On se perd dans les recoins et on oublie le temps. Perchée au dernier étage d’un bâtiment canut, Styl costumier est un petit bijou.

La société a traversé la révolte des Canuts, trois guerres et Mai 1968

Une société lyonnaise fondée en 1820 par monsieur Blod, reprise en 1850 par monsieur Bosc et, en 1880, par Henri Fusy et qui a toujours été là dans cet appartement de 200 m² qui a gardé son cachet d’antan. Tomettes rouges au sol, planchers de guingois. « Ce lieu est emblématique. La société a traversé la révolte des Canuts, trois guerres et Mai 1968. C’est une très vieille dame », murmure Stéphanie. « Je suis arrivée ici comme stagiaire. Je triais les plumes et les boutons. » Stéphanie travaille avec les anciens propriétaires avant qu’ils ne lui cèdent leur commerce en 1993.

Location de costumes pour les bals masqués, le carnaval de Venise : Styl costumier se fait un nom parmi les artisans du spectacle.

Trois personnes travaillent ici. Il faut entretenir les costumes, les accessoiriser… Il y a aussi les bijoux, tiares, couronnes et bracelets. Certains datent de l’époque victorienne. Dans un coin, des robes de mariée en soie attendent qu’une couturière leur redonnent vie. On trouve aussi des robes années 1960, des pantalons années 1970. Il faut prendre le temps, accepter de se perdre dans les penderies, à la recherche de la pièce rare. On vend aussi, les meubles, du tissu, les malles, les boîtes à chapeaux et mannequins.

Mais Stéphanie nourrit un fol espoir. que Sylvie Luxemburger, artisane du cuir sur les Pentes et costumière, arrive à mobiliser les énergies pour sauver l’entreprise. Surnommée “l’elfe mécanique”, Sylvie a monté une association, “L’éloge du costume” pour écrire une nouvelle scène de cette histoire. Celle d’une maison costumière lyonnaise, qui devrait souffler ses 200 bougies en 2020.

> Styl costumier, 1, rue Alexandre-Luigini, Lyon 1er. Tél. 04.78.28.61.75.

 

1820

C‘est l’année de création de Styl costumier, qui aurait fêté ses deux cents ans en 2020. Si aucun repreneur n’est trouvé, l’histoire s’arrêtera brutalement fin juin.

L’association “L’éloge du costume” veut sauver Styl’ costumier

À Lyon, l’annonce de la fermeture, fin juin 2019, de Styl costumier a provoqué un vif émoi dans le petit monde des métiers du théâtre et du costume.

Le choc passé, la Croix-Roussienne Sylvie, plus connue sous son surnom “l’elfe mécanique”, costumière de théâtre, se mobilise. Lors d’une soirée chez Styl costumier en janvier, elle demande à Stéphanie de Mulatier la gérante, son soutien. Perruquier, maquilleur, chapelier, comédiens : des artisans du spectacle lyonnais se réunissent pour concevoir un plan d’attaque. L’association “L’éloge du costume” est créée pour fédérer les efforts et porter un projet axé sur la sauvegarde du costume de théâtre historique, la location aux particuliers et compagnies de théâtre, la transmission des savoir-faire. Une cagnotte leetchi est sur le point d’être lancée dans l’urgence. L’objectif : collecter, dans un premier temps, suffisamment d’argent pour acheter et mettre à l’abri 400 à 500 pièces de costumes.

Marie-Christine Parra

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?